DE | FR
keystone shutterstock italie pont de gênes 2018

Accident du téléphérique de Stresa (à gauche), mai 2021. Effondrement du pont de Gênes (à droite), septembre 2018. images: keystone/shutterstock

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Après le pont de Gênes en 2018 et le tunnel du Grand-Saint-Bernard en 2017, la catastrophe du téléphérique de Stresa, le dimanche de Pentecôte, n'est que le dernier incident d'une longue liste de problèmes avec les infrastructures italiennes. Mais comment s'explique une telle série noire? watson a posé la question côté suisse et côte italien.



L'effondrement du pont de Gênes, qui avait fait 43 morts en 2018, a mis en lumière de graves manquements dans la sécurité d'importantes infrastructures chez notre voisine l'Italie. Le piètre état du tunnel du Grand-Saint-Bernard, constaté en 2017, en était l'un des signes. Qu'en est-il après la tragédie du téléphérique de Stresa?

La désactivation volontaire des freins de secours a, pense-t-on, provoqué la chute de l'engin et la mort de quatorze personnes, le dimanche de Pentecôte. Face à ce drame, Olivier Français, conseiller aux Etats vaudois, ingénieur civil EPFL, veut à tout prix éviter l’écueil du «y’en a point comme nous», ce péché d’orgueil des faux modestes.

«Qui peut jurer qu’un employé, en Suisse, ne pourrait pas commettre un jour une faute aussi inexcusable?»

Olivier Français, conseiller aux Etats vaudois

Olivier Français, qui préside la société suisse d’exploitation du tunnel du Grand-Saint-Bernard, n’en pointe pas moins, avec diplomatie, quelques constantes pouvant expliquer le mauvais état de certaines infrastructures italiennes, le pays de nos vacances et de nos origines pour une partie d’entre nous.

Alors, l’Italie, pas sûre?

Italie, pas sûre? Mais quel pays peut se targuer d'être sûr à 100%? Il n’empêche, les conclusions de l’enquête sur l’effondrement du pont de Gênes, le 14 août 2018 (43 morts), sont accablantes. Elles ont mis au jour de graves négligences dans l’entretien de l’ouvrage. Le concessionnaire, en charge de l’exploitation, y est visé au premier chef.

Un an avant Gênes, le 21 septembre 2017, c’est une poutrelle de 300 kilos qui s’était effondrée dans le tunnel du Grand-Saint-Bernard, reliant depuis 1964 le canton du Valais au Val d’Aoste, en Italie. Il n’y avait pas eu de victime, mais cet incident avait révélé le mauvais état du tunnel, côté italien.

Des matériaux au rabais

Un dossier qu’Olivier Français connaît sur le bout des doigts. «Cet incident nous avait amenés, nous tous, Suisses et Italiens, à entreprendre des travaux de maintenance», rappelle le Vaudois. «Mais il est vrai, poursuit-il, que les détériorations constatées sur le tronçon italien du tunnel témoignaient de choix, dans les matériaux de construction, qui n’avaient pas été ceux faits en Suisse En clair, c’était moins solide dans la partie transalpine.

«Le grand problème en Italie est le manque d’argent pour les infrastructures de ce type, routes, ponts, tunnels, note Olivier Français. Comparée à la Suisse, l’Italie est un pays immense, tout comme la France. Cela nécessite des investissements conséquents

Maudite «paperasse»

Le deuxième grand problème, identifié par Olivier Français et par bien d’autres s’agissant de l’Italie, c’est la «paperasse», autrement dit, le millefeuille bureaucratique, avec, au sommet, l’Etat central. «L’Italie a de très grands ingénieurs, valant bien les Suisses, mais les structures décisionnelles, dans la matière qui nous concerne, font apparaître des doublons qui peuvent nuire à l’efficacité de la gestion des infrastructures.»

Le conseiller aux Etats vaudois rappelle que c’est après un précédent accident de téléphérique, qui avait fait 13 morts en 1972 à Bettmeralp, dans le canton du Valais, que le processus de décision et de contrôle pour ce type d’installation avait été revu en Suisse. «Des bureaux de contrôle décentralisés, autonomes tant vis-à-vis de Berne que des exploitants de remontées mécaniques, avaient été créés, la responsabilité de la maintenance leur incombant», explique Olivier Français. Ces changements n’ont bien sûr pas abrogé la responsabilité des exploitants pour ce qui concerne le suivi des consignes de sécurité.

La tragédie de Gênes, elle, a provoqué un scandale doublé d’une prise de conscience en Italie. Joint par téléphone, l’ancien directeur de la protection civile du Val-d’Aoste, Silvano Meroi, qui ne veut parler que pour son secteur et pas pour l’ensemble de l’Italie, signale un changement valable toutefois dans tout le pays.

L'université italienne au secours des infrastructures

«Désormais, des ingénieurs des universités et des écoles polytechniques sont associés au contrôle des infrastructures telles que ponts et tunnels», explique-t-il. Si bien que ce ne sont plus les sociétés concessionnaires, publiques, privées ou à capitaux mixtes, comme celles gérant le tunnel du Grand-Saint-Bernard côté italien, qui, seules, avec leurs techniciens «maison», ont en charge la sécurité des installations. Cette ouverture à l’expertise académique, gage d’autonomie, a été actée l’an dernier par l’Etat italien.

L’Italie, qui est un peu notre seconde patrie, nous aura, quoi qu’il en soit de ses infrastructures, énormément manqué depuis l’éclatement de la pandémie. Arriviamo amici!

La chute d'une cabine à Stresa

1 / 9
La chute d'une cabine à Stresa
source: sda
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

RTS: souffrance au travail, des femmes aussi visées par des témoignages

D'après les informations recueillies par watson, des femmes, aussi, seraient soupçonnées de comportements inadéquats, et la problématique de la souffrance au travail l'emporterait sur le harcèlement proprement dit.

Alors qu’à 9h29 ce matin tombait un communiqué de presse de la RTS, relatif à l’enquête du Collectif de défense (CDD), les employés de l’audiovisuel public pouvant se libérer de leurs tâches, se connectaient à la conférence interne consacrée au contenu de cette investigation. Il était même possible d’y assister en présentiel, dans le studio 4 de la RTS, à Genève, et dans la limite de 195 places, Covid oblige. A 11h30, la présentation des faits reprochés, associée à …

Lire l’article
Link zum Artikel