DE | FR
Livia Leu temporise.
Livia Leu temporise.Image: sda

La Suisse tempère face à Moscou et analyse la situation

Le Conseil fédéral avance avec prudence dans le dossier russo-ukrainien. Il entend d'abord analyser la situation, avant de prendre une décision sur d'éventuelles sanctions.
23.02.2022, 19:5924.02.2022, 06:05

L'Union européenne a pris des sanctions ciblées contre les 351 parlementaires russes, qui ont approuvé la reconnaissance des républiques ukrainiennes séparatistes de Donetsk et Lougansk, et 27 autres personnalités. Les Etats-Unis ont décidé d'une première tranche de sanctions économiques. Berlin a même suspendu les travaux sur l'important gazoduc Nord Stream 2. Et la Suisse? Elle temporise.

Condamnation des actions

Attendu toute la journée, le Conseil fédéral ne s'est finalement pas présenté devant la presse mercredi. Il a envoyé un communiqué où il répète dans les grandes lignes la position présentée la veille par la secrétaire d'Etat, Livia Leu.

Livia Leu, secrétaire d’État, le 22 février 2022.
Livia Leu, secrétaire d’État, le 22 février 2022.Image: sda

Berne s'inquiète de la situation dans l'Est de l'Ukraine et condamne les actions de la Russie. Elles constituent une violation du droit international et des accords de Minsk, ainsi qu'une atteinte à l'intégrité territoriale et à la souveraineté de l'Ukraine, dénonce le gouvernement qui refuse de reconnaitre l'indépendance des régions.

Position pacifique

D'éventuelles sanctions suisses ne sont toujours pas à l'ordre du jour. Berne continue de se mobiliser pour une résolution pacifique du conflit, poursuit-il. Le Conseil fédéral veut avant tout éviter que la Suisse ne soit utilisée comme une plateforme pour contourner les sanctions occidentales. Il semble ainsi suivre la voie empruntée après l'annexion de la Crimée en 2014.

Avant toute décision, il analysera la nature des sanctions occidentales adoptées. Et de préciser être en contact permanent avec plusieurs pays pour échanger sur la situation actuelle.

Plusieurs mesures possibles

S'il le juge nécessaire, le gouvernement pourrait édicter des mesures de coercition par voie d'ordonnance pour appliquer les sanctions décidées par ses principaux partenaires. Il pourrait s'agir:

  • De restrictions sur le trafic des marchandises
  • De sanctions financières
  • D’interdictions d’entrée et de transit ou encore
  • D’une combinaison de ces mesures. (ats/mndl)

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des Suisses en Ukraine: «Je suis encore plus déterminé à rester!»

Toute l'actu' brûlante sur l'Ukraine...

La crise russo-ukrainienne résumée en 3 points

Link zum Artikel

«Loi martiale», «séparatiste»: vous ne pigez rien? Voici le dico!

Link zum Artikel

Donald Trump persuadé qu'il aurait pu éviter la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

La communauté internationale réagit à l'offensive russe

Link zum Artikel

L'invasion russe provoque l'effondrement des marchés mondiaux

Link zum Artikel

Plusieurs villes et régions d'Ukraine frappées par des explosions

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Variants d'Omicron: «les cas pourraient à nouveau augmenter», selon Tanja Stadler
Alors que le nombre global de cas diminue, on voit déjà les variants d'Omicron s'imposer notamment en Allemagne et au Portugal. L'évolution pourrait néanmoins être différente en Suisse.

Pour l'heure, on recense environ 1700 nouvelles infections de Covid confirmées. C'est quinze fois moins que lors du deuxième pic d'Omicron à la mi-mars. Le nombre de patients hospitalisés testés positifs a également été divisé par dix. La baisse des cas n'est donc pas seulement due au peu de tests effectués.

L’article