DE | FR

4 intérêts russes en Suisse mis à mal par la crise ukrainienne

L'Union européenne s'apprête, mardi, à annoncer des sanctions contre la Russie. Ceci survient en réaction à la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des régions séparatistes de l'est de l'Ukraine, le Conseil fédéral décidera mercredi s'il veut faire de même. Tour d'horizon de la présence économique russe en Suisse.
22.02.2022, 15:2622.02.2022, 17:17

Force pétrolière mise en suspens

Le chancelier allemand Olaf Scholz a annoncé, mardi, suspendre l'autorisation du gazoduc controversé Nord Stream 2 qui relie la Russie à l'Allemagne afin de le «réexaminer». Un peu plus tôt, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait, quant à lui, exigé l'arrêt «immédiat» du projet qui contourne le territoire ukrainien, le privant de recettes des droits de transit. L'entreprise russe est domiciliée dans le canton de Zoug depuis juillet 2015. L'infrastructure doit acheminer l'hydrocarbure à travers la mer Baltique jusque dans le nord-est de l'Allemagne.

Le navire poseur de canalisations russe «Akademik Tscherski» déployé pour la poursuite de la construction du gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique, était amarré au port de Mukran sur l'île de Ruegen (Allemagne).
Le navire poseur de canalisations russe «Akademik Tscherski» déployé pour la poursuite de la construction du gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique, était amarré au port de Mukran sur l'île de Ruegen (Allemagne).Image: sda

Le projet, achevé mais pas encore mis en service, a été cofinancé par cinq groupes énergétiques européens ( Engie, OMV, Wintershall Dea, Uniper et Shell). Nord Stream 2 se décrit sur son site comme un «projet commercial de gazoduc attaqué pour des raisons politiques» et assure que les «capacités de transit en Ukraine» vont «continuer à jouer leur rôle».

Le pipeline suit le parcours du son homologue Nord Stream, qui a transporté près de 60 milliards de mètres cubes de gaz naturel en 2021 et qui a aussi son siège à Zoug.

Banques en perte de vitesse

Gazprombank, l'une des plus grandes institutions financières de la Russie dispose d'une adresse à Zurich et d'un représentant installé à Dubaï pour ses activités au Moyen-Orient. La banque a fait part en 2020 d'une perte nette de 3,6 millions de francs et de 214 millions de francs de fonds propres. Début février, la banque a confirmé l'ouverture d'une procédure pénale contre des employés, faisant suite à une procédure de la Finma (l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers) conclue en 2018.

Gazprombank sur la Zollikerstrasse, à Zurich, le lundi 4 avril 2016.
Gazprombank sur la Zollikerstrasse, à Zurich, le lundi 4 avril 2016.Image: KEYSTONE

Selon le registre du commerce du Canton de Genève, la banque universelle russe Rosbank a été liquidée et radiée. Elle était spécialisée dans le financement du négoce international.

👉 Les dernières infos sur l'Ukraine, c'est par ici 👈

Commerce extérieur minimisé

Les échanges avec la Russie restent minimes, selon les derniers chiffres de l'Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières. En 2021, les exportations suisses se sont élevées à 3,2 milliards de francs sur un total de près de 260 milliards. La Russie se situe au niveau de la Corée du Sud ou du Canada. Les importations ont, elles, atteint 270 millions, en hausse de quasiment un tiers.

«Les échanges actuels de marchandises concernent avant tout des produits pharmaceutiques, des machines, des montres et des métaux précieux. Le commerce transfrontalier est important, mais aussi le commerce des services (15e partenaire commercial). En outre, la Suisse est le dixième investisseur direct en Russie».
Economiesuissesource

Actions revues à la baisse

En 2018, le milliardaire russe Viktor Vekselberg a été inscrit sur une liste rouge américaine à la suite des sanctions prononcées contre la Russie, en représailles notamment à l'annexion de la Crimée en 2014. Il a alors revu à la baisse ses parts dans plusieurs entreprises helvétiques, comme Sulzer (situé à Wintertur), Oerlikon (localisé à Schwyz) et de l'ancien Schmolz+Bickenbach (désormais Swiss Steel dont le siège est établi à Lucerne). Via son véhicule d'investissement Tiwel, il détient actuellement 48,82% des actions de l'industriel winterthourois Sulzer. Il détient aussi des parts dans la société immobilière Züblin.

Viktor Vekselberg est propriétaire et président du conglomérat russe Renova Group, spécialisé dans le pétrole et l'aluminium.
Viktor Vekselberg est propriétaire et président du conglomérat russe Renova Group, spécialisé dans le pétrole et l'aluminium.Image: keystone

L'an dernier, il déclarait à l'antenne russe du magazine Forbes que «plus de 1,5 milliard de dollars» de ses avoirs étaient gelés dans des banques américaines et suisses. Il a récemment gagné devant le Tribunal fédéral qui a estimé que Postfinance a violé la loi lorsqu'elle a fermé le compte privé du milliardaire. (awp/mndl)

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Poutine a fait transpirer son chef de l'espionnage

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des informaticiens aux cuisiniers: l'impact du manque de bras en Suisse
En ce moment, le nombre de postes vacants sur le marché du travail suisse n'a jamais été aussi élevé depuis des années. Les employeurs recherchent désespérément du personnel. Alors que les associations professionnelles s'inquiètent pour leurs entreprises, les syndicats trouvent que tout cela n'est pas si grave. D'un coup, ce sont les travailleurs qui tiennent les rênes.

En vous promenant dans les ruelles des villes et des villages, vous avez sans doute remarqué quelque chose au cours des derniers mois: dans les vitrines, devant les entrées et sur les camionnettes devant les magasins d'artisanat, les offres d'emploi s'affichent en masse. Les restaurants, les menuiseries, les commerces de détail et les installateurs sanitaires ne sont pas les seuls à chercher désespérément du personnel : les maçons, les informaticiens et les infirmiers sont également très recherchés.

L’article