DE | FR
Image: watson/shutterstock/Facebook
L'enquête à 2 balles

Est-ce que le Spritz, c'est de gauche?

Chaque élection est l'occasion pour les médias de faire des interviews «à la Konbini» pour présenter les candidats. Mais est-ce que cela permet de savoir pour qui voter? Décryptage de l'exemple vaudois.
20.02.2022, 17:3720.02.2022, 19:58
Benjamin Décosterd
Benjamin Décosterd
Suivez-moi

«Jour|nuit», «Beyoncé|Rihanna», «Hachis parmentier|Guy Parmelin»: voilà quelques exemples de questions qui pourraient se retrouver dans une interview Fast and Furious de Konbini:

(L'effervescent Edouard Baer, ou l'incarnation d'un poème que le destin aurait écrit en trempant sa plume dans une coupe de champagne.)Vidéo: YouTube/Konbini

C'est rapide, un peu voyeur, marrant, rythmé et il faut faire un choix binaire puis le justifier en deux phrases: ça cartonne, puisque c'est formaté pour nos algorithmes et notre court cycle d'attention (vous êtes encore là?).

Dès lors, pas étonnant que le format soit repris à la sauce «bien de chez nous, ou bien». C'est notamment ce qu'a fait le quotidien 24heures, avec les candidates et candidats aux prochaines élections vaudoises.

En effet, les 13 papables sont soumis à une série de questions pour en apprendre «sur les personnalités en lice», malgré «les clivages politiques traditionnels [qui] se font jour».

Dans une volonté d'investigation journalistique, j'ai regardé toutes les vidéos…
Toutes.
TOUTES.
TOUUUUTES!
(Vous me devez 32min16s de vie).

Mais ce n'est pas tout. Dans une volonté d'investigation journalistique sérieuse, j'ai fait un tableau comparatif de toutes les réponses des candidat·e·s.
Toutes.
TOUTES.
(À) TOUUUUUTES!

(Vous me devez trois heures de vie)

Image: watson

Le tableau est disponible sur Google Drive, pour celles et ceux que cela intéresse.
De rien.

Et c'est là que le titre de cet article va enfin prendre son sens (les chroniqueurs sont comme les chats, ils dorment beaucoup et ils retombent toujours sur leurs pattes).
En effet, on constate qu'à la question: «Dry January|Spritz», deux candidates de gauche ont préféré le Spritz. Alors qu'à droite, la réponse est majoritairement (deux fois sur trois) «Dry January».
Mais, dans ces cas-là, le Dry January n'était pas toujours opposé au Spritz (il y a aussi eu la question «Dry January|Gin Tonic»).

Alors évidemment, il y a un biais et il aurait été plus juste de titrer «Le Dry January, c'est de droite?», mais c'était moins catchy, puisque nous sommes en février.

Et ce n'est pas si grave, parce que les équipes de 24heures n'ont pas non plus poussé la rigueur journalistique trop loin. Mais on apprend quand même de ces trucs…

Un scoop, en deux actes:

<b>Alors que le vrai scoop serait de nous dire qui est Circé Barbezat-Fuchs, candidate indépendante de Bex, pourquoi elle se présente et surtout qui va voter pour elle(?)</b>
Alors que le vrai scoop serait de nous dire qui est Circé Barbezat-Fuchs, candidate indépendante de Bex, pourquoi elle se présente et surtout qui va voter pour elle(?)Image: Capture d'écran, 24heures.ch

Si le quotidien vaudois n'avait pas remarqué que dans Infotainment, il y avait info, le lecteur averti notera qu'il y a une certaine paresse intellectuelle dans les couloirs de la rédaction.

Sur le plan politique, on n'apprend rien (à droite on veut baisser les impôts, à gauche on est team Mormont, contre Holcim… WOW!) et surtout on ne peut rien apprendre, puisqu'il n'y aucune systématique dans les questions.

Sur le plan personnel non plus, aucune surprise : des adultes vaudois préfèrent le chasselas à la vodka… WOW!
Aucune surprise donc, et surtout assez peu d'intérêt: que peut-on déduire de quelqu'un qui préfère Wawrinka à Federer?
À la limite, il aurait fallu vraiment assumer le côté personnel. Et poser des questions qui permettent de réellement connaître nos politiciennes et politiciens:

  • Dire: «oui oui, j'ai entendu parler»|Assumer d'être inculte
  • Relever son courrier tous les jours|Angoisse administrative
  • Levrette|Missionnaire

À défaut d'un entre-deux, 24heures aurait dû faire un choix (éditorial) clair. Un peu comme dans une interview de 24heures, en fait.

Suite au refus de l'aide aux médias, son rédacteur en chef s'inquiétait de la hausse du prix du papier.
Et nous avec: à défaut d'écrire des conneries sur ces élections, 24heures en filme et il ne faudrait pas qu'il ne reste plus que leurs vidéos.

Ces interviews «ça ou ça» – entre opinions politiques et goûts personnels – pourraient toutefois soulever une question intéressante: est-ce que tout est politique?
Une question qui demande une rigueur journalistique que nous n'avons peut-être pas en Suisse romande (?).

En conclusion, et pour en revenir à la question en titre, je ne crois pas que le Spritz soit de gauche. Et je ne vais pas déranger un·e expert·e pour en être sûr.
Si vous souhaitez analyser plus en détail les réponses des candidat·e·s à l'élection vaudoise pour le savoir:

  1. Bien du courage
  2. Ne le faites pas

Parce que toutes ces réponses sont au premier degré. Chose que l'on pourrait reprocher aux personnes interrogées, mais ce serait oublier qu'une question inutile donne rarement une réponse cruciale.


(Ah oui… Cette chronique est postée sur watson.ch, entre une vidéo Battle sur le bonnet en intérieur et un article sur la femme qui a le plus gros derrière du monde. Ne me demandez pas de me justifier, je n'ai aucun argument pour défendre ce paradoxe. À part peut-être les mots d'Orelsan: «Quelle époque, mes aïeux, quelle époque.»)

Sinon dans l'actu, il s'est aussi passé ça 👇

+ d'enquête à 2 balles

Est-ce qu'on peut dormir debout?

Link zum Artikel

Pourquoi photographie-t-on ses jambes en vacances?

Link zum Artikel

Les boutons des portes d'ascenseurs fonctionnent-ils vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi est-ce qu'on profite d'Halloween pour s'habiller sexy?

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Combien de temps la Suisse résistera-t-elle avant d'intégrer l'Otan?
La Finlande et la Suède ayant demandé leur adhésion à l'Otan, la question va immanquablement se poser pour la Suisse: doit-elle rejoindre l'Alliance atlantique? Watson a confronté des élus et des experts militaires à ce tabou.

L’étau, comme le tabou, se resserre. A présent que la Finlande et la Suède ont demandé à intégrer l’Otan, les derniers Mohicans de la neutralité en Europe sont la Suisse et l’Autriche. Combien de temps encore résisteront-ils avant de rejoindre, eux aussi, l’Alliance atlantique? Concentrons-nous sur la Suisse.

L’article