DE | FR

A Lausanne aussi il sera possible de fumer du cannabis (légalement)

Dès fin 2022, fumer du cannabis à Lausanne sera légal. L'objectif? Etudier l'impact d'un modèle de vente à but non lucratif sur la consommation, la santé et la sécurité.
10.05.2022, 13:3210.05.2022, 16:15

«A Lausanne, comme dans d'autres villes, le cannabis est très présent. On estime que 6500 personnes ont consommé du cannabis le mois dernier et 1500 en consomment quotidiennement», a déclaré mardi Emilie Moeschler, conseillère municipale en charge des sports et de la cohésion sociale.

«Il est essentiel pour les villes de lancer de telles études expérimentales afin d'aborder le sujet de manière objective et sereine», a ajouté la conseillère municipale socialiste. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que la ville de Lausanne prend cette direction. En 2018 déjà, elle avait manifesté son intérêt pour une expérience pilote.

Vente contrôlée

Le Centre de compétence Addiction Suisse accompagnera la ville, pour la partie scientifique du projet, qui se déroulera sur une période de quatre ans et demi. Le cannabis pourra être acheté dans un point de vente spécifique. Mais le lieu ne sera pas médicalisé, contrairement à la Suisse alémanique qui préfère les pharmacies, a précisé Moeschler.

L’entrée en vigueur d’une modification de la loi fédérale sur les stupéfiants, le 15 mai 2021, a ouvert la voie à des essais pilotes strictement encadrés.

Fin mai, le projet devrait être soumis à la commission d'éthique cantonale et à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour examen. Courant avril, l'OFSP avait donné son feu vert à la ville de Bâle pour le premier projet pilote de ce type. Mais ce ne sont pas les seules villes de Suisse à avoir rejoint le projet pilote: Berne, Bâle, Genève et Zurich y participent également.

Contrer le marché noir

En termes de sécurité, le projet permettra de limiter les nuisances engendrées par le marché illégal, estimé à 9 millions en 2020. «La police aura pour rôle de surveiller les sites de production, d'identifier le cannabis issu du projet de celui du marché noir et de suivre l'impact sur ce dernier», a détaillé Pierre-Antoine Hildbrand, municipal en charge de la sécurité et de l'économie.

Questionné sur les avantages de participer à ce programme, ce dernier relève qu'il permet d'être dans la légalité, d'être rassuré sur la qualité des produits et de mieux gérer sa consommation. Conformément à la législation fédérale, la consommation sera limitée à l’espace privé et la revente à des tiers sera interdite.

En ce qui concerne le prix, il sera identique à celui du marché noir, soit entre 10 francs et 13 francs le gramme. Et en termes de quantité? Ce sera 10 grammes de THC par mois, maximum, mais elles devraient suffire à un consommateur intensif, selon Frank Zobel, directeur adjoint d'Addiction suisse. (ats/sia)

Une sénatrice américaine explose sur le droit à l'avortement

Là aussi, on parle cannabis

En douce, le cannabis se transforme en dangereuse drogue dure

Link zum Artikel

Deux tiers des Suisses favorables à des essais pilotes sur le cannabis

Link zum Artikel

Le cannabis, bientôt légal en Suisse? Ailleurs, ça roule!

Link zum Artikel

Le Canada est assis sur un stock énorme (mais invendable) de cannabis

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon Berset, la santé joue un rôle primordial pour la paix en Ukraine
La Suisse appelle à protéger l'accès aux soins dans les conflits, alors que sévit la guerre en Ukraine.

En ouvrant dimanche l'Assemblée mondiale de la santé à Genève, le conseiller fédéral Alain Berset a mis en avant le rôle de la santé pour la paix.

L’article