larges éclaircies
DE | FR
Suisse
maladie

Des Suisses ont une idée prometteuse pour vaincre le cancer

Eine Roentgenassistentin, rechts, und eine Medizinisch-Technische Assistentin, links, demonstrieren am 26. April 2007 das Mammographie Screening Programm in Berlin. Ein Streit um die beste Brustkrebs- ...
Un service d'oncologie Image: AP

Des chercheurs suisses ont une idée prometteuse pour vaincre le cancer

Les médicaments anticancéreux sont conçus pour éliminer les tumeurs, mais sont impuissants contre les processus qui mènent à la formation de métastases. Les espoirs reposent sur des médicaments qui détruisent les amas de cellules malignes avant qu'elles ne prennent racine.
25.02.2023, 16:2725.02.2023, 18:09
Stephanie Schnydrig / ch media
Plus de «Suisse»

Le cancer se montre sous son aspect le plus effrayant lorsque l'on pense avoir déjà vaincu la maladie. C'est le cas lorsque la tumeur initiale a disparu, mais que certaines cellules cancéreuses, que le traitement n'a pas réussi à éliminer, se réveillent de leur état de sommeil. Le cancer s'est propagé, dit-on dans le langage populaire, au foie, aux poumons, aux os ou au cerveau. Dans de nombreux cas, la maladie est alors incurable.

Neuf décès par cancer sur dix ne sont pas dus à la tumeur primaire, mais aux tumeurs secondaires. Si les métastases pouvaient être supprimées, les cancers perdraient une grande partie de leur caractère effrayant.

C'est précisément pour cette raison que les chercheurs accordent de plus en plus d'attention à la détection des cellules cancéreuses circulant dans le sang et qui sont sur le point de former des métastases.

La solution? Un médicament pour le coeur

Nicola Aceto est biochimiste et professeur d'oncologie moléculaire à l'EPF de Zurich. Il s'intéresse aux cellules tumorales circulantes et à leur rôle dans la formation de métastases, notamment dans le cancer du sein.

Il y a quelques années, dans une étude très remarquée, il a renversé la doctrine en vigueur jusqu'alors, selon laquelle une seule cellule tumorale circulante pouvait semer les graines d'une métastase. Selon Nicola Aceto, ce ne sont en effet pas des cellules isolées, mais des associations de jusqu'à cinquante cellules de ce type qui peuvent se développer en métastases.

Cette découverte met en évidence un point d'attaque contre la métastase: les médicaments qui brisent les clusters freineraient la métastase. Un tel médicament pourrait être la digoxine, comme Aceto a pu l'observer dans des études animales. La digoxine fait partie des substances actives de la digitale rouge, une plante toxique traditionnellement utilisée en médecine chinoise contre le cancer. En médecine occidentale, la digoxine est utilisée pour le traitement des troubles du rythme cardiaque.

Actuellement, l'EPFZ et l'Hôpital universitaire de Bâle mènent une étude clinique sur neuf patientes atteintes d'un cancer du sein, afin de vérifier le mécanisme d'action du médicament. Pour ce faire, les patientes chez lesquelles des fusions de cellules tumorales circulantes ont pu être identifiées reçoivent chaque jour une dose de digoxine adaptée à leur fonction rénale. Les chercheurs espèrent pouvoir présenter les résultats cette année encore.

Une étude menée par des scientifiques français a déjà montré que les médicaments cardiaques du groupe de substances actives des glycosides de digitaline, dont fait partie la digoxine, pourraient améliorer les chances de survie des patients cancéreux. Ils ont montré que les malades du cancer qui, en plus d'une chimiothérapie, recevaient de tels médicaments pour le cœur, avaient en moyenne une espérance de vie de quarante pour cent supérieure à ceux qui ne recevaient qu'une chimio.

«Il est plausible que ces meilleures chances de survie étaient dues à la destruction des grappes de cellules tumorales circulantes»
Nicola Aceto, biochimiste et professeur d'oncologie moléculaire à l'EPF de Zurich.

Interrompre le canal de communication entre les cellules

Une tumeur cancéreuse peut être composée de milliards de cellules, dont très peu quittent la tumeur et se transforment en cellules cancéreuses circulantes. Ariel Ruiz i Altaba étudie pourquoi certaines cellules tumorales font cela et quels sont les mécanismes sous-jacents. Il est professeur de génétique médicale à l'Université de Genève.

Récemment, lui et son équipe ont découvert que ce sont justement les traitements anticancéreux qui peuvent favoriser le processus de détachement des cellules. Plus précisément, ce sont les thérapies qui visent à étouffer les cellules tumorales en les privant d'oxygène.

Cela coïncide avec une étude du groupe de recherche du professeur Nicola Aceto de l'EPFZ, qui est parvenu à une conclusion similaire: selon cette étude, un manque d'oxygène favorise le détachement des cellules cancéreuses circulantes de la tumeur initiale. Cela conduit à une situation paradoxale, explique le professeur de biologie:

«Si nous apportons de l'oxygène à la tumeur, il y a moins de métastases, mais la tumeur primaire se développe plus rapidement»

Ruiz i Altaba a trouvé une solution à ce problème.

Le professeur genevois a décodé les signatures génétiques des cellules pro-métastatiques dans les tumeurs de patients cancéreux décédés. Dans la revue spécialisée Cell Reports, lui et son groupe de recherche ont rapporté que les cellules tumorales qui survivent de justesse à un traitement anticancéreux se reprogramment génétiquement et déclenchent une cascade dévastatrice.

Celle-ci commence par le fait que les cellules reprogrammées déclenchent une tempête de cytokines. Cela incite les cellules tumorales voisines à se transformer en cellules migrantes. Et ce n'est pas tout: cela alimente encore plus la tempête de cytokines et renforce le désir de migration des cellules reprogrammées.

«La tempête de cytokines est un canal de communication important entre les cellules cancéreuses. Si cette transmission de signaux pouvait être coupée, la métastase pourrait être stoppée»
Ruiz i Altaba, professeur de génétique médicale à l'Université de Genève.

(aargauerzeitung.ch)

Le séisme qui a frappé la Turquie et la Syrie en images
1 / 22
Le séisme qui a frappé la Turquie et la Syrie en images
source: sda / petros giannakouris
partager sur Facebookpartager sur X
Ce chat dodu est devenu une star grâce sur Google maps
Video: youtube
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ces ex-conseillers fédéraux n'auraient jamais dû parler de la 13ᵉ rente AVS
Plusieurs anciens conseillers fédéraux sont sortis de leur silence pour militer contre la 13ᵉ rente AVS. Une position qui a énervé une partie de la population, surtout que les retraites des ex-Sages ne cessent d'augmenter.

Les rentes versées aux anciens conseillers fédéraux font à nouveau parler d'elles, dans le sillage de la campagne sur la 13e rente AVS. Le 3 mars prochain, le peuple s'exprimera sur cette initiative du Parti socialiste qui vise à rajouter une rente supplémentaire à l'année, sur le modèle du treizième salaire, pour augmenter le soutien aux plus pauvres via l'AVS.

L’article