Suisse
Météo

Météo: pourquoi la Suisse risque de souffrir cet été

Une alerte de degré 2 à 3 a été lancée pour le bassin lémanique balayé par la bise (archives).
Cette semaine, les Romands ont eu droit à la bise et à un temps sec. Image: sda

Météo: pourquoi la Suisse risque de souffrir cet été

Un bon été se prépare en hiver. Et malheureusement pour la planète, il risque de faire bien soif lors de la saison chaude. En cause: un hiver déjà fort sec, avec trop peu de précipitations. Mais la Suisse semble avoir un avantage sur ses voisins.
01.03.2023, 05:4901.03.2023, 12:32
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

La France et l'Italie grincent des dents et des sols, alors que ces deux pays enregistrent en février un record de sécheresse hivernale. Avec plus de 32 jours, presque sans pluie, les nappes phréatiques de l'Hexagone ne sont pas suffisamment rechargées. Quant aux averses prévues les prochaines semaines, elles pourraient bien ne pas être suffisantes pour préparer la belle saison, et surtout pour combler les besoins de son secteur agricole.

Et comme mille mots ne valent pas une bonne image 👇

Côté Suisse, le pays connaît l«'un des hivers les plus doux depuis le début des mesures en 1864» - dixit le site de MétéoSuisse - et de part et d'autre, le manque d'eau inquiète déjà.

La température en hiver (décembre à février) en Suisse depuis le début des mesures en 1864
La température en hiver (décembre à février) en Suisse depuis le début des mesures en 1864, par météosuisse

Mais pourquoi s'angoisser en hiver, déjà? Coup de fil à Monsieur Météo.

Comme l'explique Mikhaël Schwander, météorologue à MétéoSuisse, avec un hiver et un printemps très humides, les sols et la végétation, gorgés de munitions hydriques, sont mieux armés pour aborder la saison chaude. «Cette humidité emmagasinée pourra favoriser le développement d'orage, et limiter les hausses des températures par évapotranspiration». En bref, en s'évaporant, l'eau nous offre une protection caniculaire. A l'inverse...

«Si aux conditions anticycloniques, défavorables à la pluie, s'additionnent un été chaud et des sols secs, les températures hautes seront amplifiées. Sans aucune source d'humidité, on entre dans un cercle vicieux avec les hautes températures. C'est la situation que nous avons vécue l'année passée.»
Mikhaël Schwander, météorogogue à MétéoSuisse
Anticyclonique?
Pour rappel: des conditions anticycloniques renvoient à une situation de relative haute pression atmosphérique, et de temps ensoleillé. Tout le contraire d'une dépression, quoi.

Les nappes au plus mal

La saison hivernale est censée faire le plein des nappes phréatiques. En février, dans un scénario idéal, les sols devraient être proches de la saturation en eau. Les montagnes sont censées devenir un réservoir d'eau solide, qui, au printemps, avec les fontes, devrait s'infiltrer dans les sols et dans les rivières. La végétation, au repos, favorise cette absorption.

Or cette année, avec le peu de précipitations et chutes de neige, le niveau d'humidité des sols est plus bas que normal. Le risque: que les sols souffrent d'un vrai déficit hydrique, avertit Mikhaël Schwander.

Si l'on prend la région genevoise, en temps normal et au mois de février, il tombe en moyenne 56 mm. Ce mois-ci, le ciel a déversé moins de 1 mm de ses précieuses larmes. A Lausanne, où la même moyenne prévaut, c'est même moins, avec 0.5 mm. En Valais, où la moyenne pour ce deuxième mois devrait être de 40 mm, il n'a plu que 0,1 mm. Enfin, à Château-d'Oex, la moyenne pour février (77 mm) est loin d'être atteinte, avec 6 mm.

«A Genève, avec 179% de la norme, il s’agit du mois de février le plus ensoleillé depuis le début des mesures en 1897»

Le bilan de février, en schémas👇

Répartition des précipitations pendant l’hiver 2022/23, représentée en % de la norme 1991‒2020.
Répartition des précipitations pendant l’hiver 2022/23, représentée en % de la norme 1991‒2020.infographie: météosuisse

Devant ce bilan, le météorologue est-il inquiet? «Pas encore, j'attends de voir ce qu'il se passera au printemps. Le mois de mars pourrait être plus humide qu'attendu, et cela pourrait changer la situation.» Et du côté des nappes phréatiques, rassure-t-il, la Suisse semble bien mieux pourvu que ses voisins.

«Pour l'agriculture suisse, par contre, si les conditions sèches perdurent au printemps, et que succède un été chaud, ce sera problématique.»
Mikhaël Schwander
5 faits déprimants soumis à Bertrand Piccard
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un homme de 31 ans se serait noyé dans la Linth
Un Roumain de 31 ans résidant à Glaris est présumé noyé dans la Linth près de Schänis, déclenchant une vaste opération de recherche.

Un Roumain de 31 ans habitant le canton de Glaris s'est vraisemblablement noyé dans la Linth dimanche, près de Schänis (SG). Un important dispositif a été mis sur pied pour retrouver le disparu.

L’article