Suisse
Météo

Sécheresse: la pluie tombée en février n'a pas amélioré les choses

Starke Regenfaelle und Gewitter ziehen ueber die Stadt Luzern und die Zentralschweiz, am Montag, 23. Mai 2022, in Luzern (KEYSTONE/Urs Flueeler)
Image: sda

Sécheresse: la pluie tombée en février n'a pas amélioré les choses

Suite aux précipitations récentes, la situation de sécheresse qui sévit en Suisse s'est quelque peu détendue. Mais il faudrait encore 30 à 35 jours de précipitations supplémentaires pour combler le déficit.
14.03.2023, 10:5614.03.2023, 11:40
Plus de «Suisse»

La neige et la pluie de ces derniers jours n'ont guère atténué la grande sécheresse qui sévit en Suisse. La situation s'est certes quelque peu détendue, du moins à court terme, écrit mardi la division hydrologie de l'Office fédéral de l'environnement, interrogée par Keystone-ATS. Mais il faut s'attendre à ce que le niveau des eaux baisse à nouveau rapidement.

Massimiliano Zappa, hydrologue à l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), parle lui aussi d'un soulagement passager. Il y a eu 10% des précipitations nécessaires, dit-il, ce qui est bien sûr très appréciable. Il faudrait toutefois encore 30 à 35 jours de précipitations pour combler le déficit.

De plus, mardi devrait à nouveau enregistrer 20 degrés par endroits, ce qui réduira encore plus vite l'effet. Selon M. Zappa, il n'y a pas de détente en vue sur le front de la sécheresse. (ats)

Plus de 1000 morts dans les pluies de mousson au Pakistan
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Berset a des alliés improbables pour conquérir l'Europe
Un peu plus de deux mois avant l'élection du nouveau secrétaire général du Conseil de l'Europe, l'ancien conseiller fédéral Alain Berset (PS) commence à se détacher de ses deux concurrents. Mais les socialistes pourraient devenir un obstacle.

Il a déposé sa candidature au poste de secrétaire général du Conseil de l'Europe le 10 janvier à 17 heures, littéralement au tout dernier moment. La clôture des inscriptions était fixée à 18 heures. Mais dès le lendemain, le président du centre Gerhard Pfister et la conseillère aux Etats Marianne Binder, qui est également vice-présidente de la délégation suisse auprès du Conseil de l'Europe, ont émis des critiques à l'égard de cette candidature.

L’article