Suisse
Migros

Voile: une employée poursuit la Migros pour discrimination

La Migros est poursuivie pour discrimination

Le détaillant Migros a mis à la porte une employée de longue date parce qu'elle ne voulait pas travailler sans son voile. D'autres entreprises suisses connues, comme la Poste ou Valora, gèrent le sujet de manière différente.
22.02.2024, 16:5922.02.2024, 17:43
Benjamin Weinmann / ch media
Plus de «Suisse»

La Migros est accusée de discrimination. Comme l'écrit 20 minutes, le distributeur a licencié sans préavis une caissière parce qu'elle avait décidé de porter le voile. Celle-ci a porté plainte contre l'entreprise.

Mais reprenons les choses dans l'ordre: M.A.*, comme la femme est désignée dans l'article, travaillait depuis 2017 à la caisse d'une succursale lucernoise du géant orange. Cette femme kurde, qui vit en Suisse depuis des années, a longtemps renoncé à porter le foulard. En juillet 2023, elle a sauté le pas.

«Mon patron m'a dit que je ne pouvais pas venir au travail avec le voile. Que je serais sinon renvoyée à la maison»
M.A. à 20 Minutes

Ses supérieurs ont avancé l'argument du code vestimentaire, selon lequel les symboles religieux sont interdits. Cette explication n'a pas convaincu M.A.:

«Certaines de mes collègues avaient le droit de travailler avec d'énormes croix tatouées sur la main. Je me sens vraiment discriminée.»

Licenciement après six ans

M.A. a demandé à être transférée dans un autre service, sans succès. Elle s'est alors absentée du travail les jours suivants, car elle ne se sentait plus à l'aise sans son foulard. Résultat: l'employeur l'a licenciée sans préavis. M.A. porte maintenant plainte contre Migros, pour laquelle elle a travaillé pendant six ans.

Selon la porte-parole de la Migros, Carmen Hefti, le code vestimentaire du personnel des filiales des coopératives est réglementé au niveau national, «avec une marge de manœuvre pour l'aménagement spécifique à la coopérative ou à l'entreprise». Il est interdit à tous les collaborateurs en contact avec la clientèle de se couvrir la tête:

«Cela inclut les couvre-chefs religieux, comme les foulards, turbans ou kippas»

De plus, dans sa réponse, la Migros souligne que les règles de sécurité et d'hygiène doivent être respectées à tout moment. Interrogée par CH Media sur le rapport exact avec l'exercice du travail à la caisse, Carmen Hefti répond que cette affirmation s'entend de manière générale en ce qui concerne le travail à la Migros.

Il semble, toutefois, que Migros ne soit plus tout à fait à l'aise avec ces directives. En effet, selon la porte-parole, des discussions sont actuellement en cours avec les coopératives afin d'adapter le code vestimentaire sur certains points. Le port du hijab fait également partie de cette discussion.

Comment ça se passe chez Coop et ailleurs?

Coop interdit également à son personnel de vente de porter un couvre-chef. C'est clairement communiqué lors de la signature du contrat, comme l'explique la porte-parole Sina Gebel.

«Nous respectons les besoins privés de nos collaborateurs, mais nous souhaitons faire la distinction entre vie privée et activité professionnelle.»
Sina Gebel, porte-parole de Coop

Dans les lieux en contact avec la clientèle, on renonce donc autant que possible aux symboles de toutes sortes, «notamment les symboles d'engagement politique ou d'appartenance à un groupe de supporters, ainsi que tout symbole religieux».

Le groupe Valora, connu pour ses marques Brezelkönig, Avec ou Caffè Spettacolo, traite en revanche le sujet de manière plus souple, comme le confirme son porte-parole Sascha Heiniger:

«Nous n'avons pas de telles directives vis-à-vis de notre personnel, donc pas d'interdiction du port du voile».

La Poste autorise tous les signes religieux

Et comment la Poste aborde-t-elle cette thématique? «La Poste s'engage pour l'égalité des chances et donc pour la tolérance et l'ouverture envers les autres cultures et religions», explique la porte-parole Jacqueline Bühlmann.

«Les collaborateurs peuvent donc porter des vêtements et des bijoux à caractère religieux, par exemple des croix ou l'étoile de David sur une chaîne, des signes frontaux hindous, la kippa, le foulard ou le dastar (réd: turban porté par les hommes sikhs).»

Cette règle s'applique également aux employés en contact avec la clientèle.

Jacqueline Bühlmann renvoie au droit constitutionnel à la préservation de la liberté de conscience et de croyance. Des personnes de plus de 100 nations travaillent à la Poste, la diversité culturelle est donc grande:

«Nous voulons consciemment utiliser le potentiel de cette diversité et entretenir une culture d'entreprise marquée par l'estime et la diversité.»

Selon la porte-parole, il n'existe donc pas de directives à l'échelle du groupe concernant le port de vêtements et de bijoux à caractère religieux sur le lieu de travail et, par conséquent, pas d'interdiction du port du voile.

Adapté de l'allemand par Tanja Maeder

WTF – ça, c'est végane? – Migros Edition
1 / 14
WTF – ça, c'est végane? – Migros Edition
Mousse au chocolat végétal Andros (1.90): «On ne voit aucune différence avec la mousse au chocolat au lait. Idéale pour un dessert végane.»
partager sur Facebookpartager sur X
Vente d'alcool à la Migros? On a trouvé des produits bien plus punk
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un prof romand fait du porno: pourquoi ses élèves sont «critiquables»
En diffusant des images pornographiques de leur professeur, des élèves d'un gymnase vaudois ont peut-être enfreint doublement la loi, sur un plan civil et pénal. Un avocat se penche sur le cas.

Est-on en tort lorsqu’on diffuse des contenus pornographiques d’une tierce personne? Viole-t-on son droit à l’image? Les élèves du gymnase Auguste-Picard qui ont partagé des captures d’écran impliquant un professeur de cet établissement vaudois auront peut-être à affronter ces questions. Selon 24 Heures qui a révélé l’affaire, il s’agit d’images prélevées sur un site pornographique faisant également office de réseau social. On y voit le professeur en train de se masturber. Ses agissements n’auraient rien d’illégal. Mais ils le compromettent moralement, au vu, surtout, de sa profession d'enseignant.

L’article