Suisse
Coop

Coop va innover et ouvrir des Coop to-go dans des hôpitaux

Coop veut ouvrir des magasins sans personnel dans des lieux improbables

Le détaillant Coop lance une nouvelle stratégie de croissance avec son partenaire, l'entreprise de distributeurs de snacks Selecta. Le projet soulève des questions.
19.02.2024, 06:0319.02.2024, 07:16
Benjamin Weinmann / ch media
Plus de «Suisse»

Les boutiques «to-go» du géant du commerce de détail Coop sont déjà monnaie courante dans les gares. Avec leurs sandwiches, leurs boissons sucrées et leurs chips, elles répondent aux demandes des pendulaires assoiffés et affamés. Il existe aujourd'hui 22 filiales réparties dans tout le pays. A cela s'ajoutent environ 140 points de restauration sans service dans des bureaux d'entreprises, qui contiennent parfois aussi des réfrigérateurs. Ils sont gérés par l'entreprise de distributeurs automatiques de snacks Selecta.

En 2015, Coop a lancé le concept de magasin de proximité «Coop to go». Aujourd'hui, il existe 22 succursales. D'autres seront bientôt ajoutés, qui seront ouverts 24 heures sur 24 et fonction ...
En 2015, Coop a lancé le concept de magasin de proximité «Coop to-go». Aujourd'hui, il existe 22 succursales. D'autres seront bientôt ajoutés, qui seront ouverts 24 heures sur 24 et fonctionneront sans personnel.Image: Keystone

Les deux entreprises souhaitent désormais pousser le concept to-go encore plus loin. «Nous voulons établir des filiales "Coop to-go" sans service dans des lieux semi-publics», annonce le chef de projet Roland Frefel dans un entretien avec CH Media, l'éditeur de watson.

Ce qu'il entend par là: les coins «to-go» dans les bureaux d'entreprises ne sont accessibles qu'aux employés de ces entreprises. Lorsqu'il est question du secteur semi-public, Coop et Selecta pensent aux universités, aux hautes écoles spécialisées ou aux hôpitaux.

En contact avec plusieurs hôpitaux

«Nous avons déjà conclu un contrat avec un hôpital cantonal», déclare Frank Keller, directeur de Selecta Suisse. Il ne révèle pas encore de quel hôpital il s'agit. «Nous ouvrirons probablement le magasin au deuxième trimestre». Il ajoute qu'ils sont aussi en contact avec d'autres hôpitaux ainsi qu'avec des hautes écoles.

Ces nouveaux coins de restauration auront deux grandes différences avec les boutiques à emporter telles qu'on les connaît dans les gares: ils seront ouverts 24 heures sur 24 et se passeront de personnel. Les clients pourront scanner eux-mêmes leurs produits à une caisse et les payer par voie électronique.

En outre, l'assortiment sera également adapté en fonction de l'emplacement:

«Dans les hôpitaux, nous proposerons certainement aussi des fleurs, des ours en peluche, des pralinés et des magazines, comme on le voit aujourd'hui dans les magasins d'hôpitaux».
Frank Keller, directeur de Selecta Suisse

Comment gérer les vols potentiels?

Reste à savoir comment Coop va gérer les vols potentiels. «C'est bien sûr un sujet que nous examinons de près», dit Frefel. «Il est clair que nous installerons des caméras de surveillance et que les clients en seront informés».

Keller estime que le potentiel de chiffre d'affaires est important:

«Nous nous attendons à un chiffre d'affaires annuel de 500 000 francs à 1,5 million de francs, selon l'hôpital ou l'université».

Car la clientèle potentielle comprendrait non seulement le personnel, qui travaille de jour et de nuit, mais aussi les patients et les visiteurs. A titre de comparaison, le chiffre d'affaires des coins à emporter dans des entreprises se situe, selon Keller, entre 30 000 et 200 000 francs par an, selon l'emplacement. «A moyen terme, je peux m'imaginer 10 à 20 magasins dans le secteur semi-public».

On peut toutefois se demander quelles sont les chances de succès. Après tout, le groupe de kiosques Valora a abandonné ses boutiques 24 heures sur 24, toujours sans service, de la marque Avec, tout comme Migros avec ses filiales Migrolino et Voi. Et même le géant américain Amazon a récemment fait marche arrière avec ses filiales de ce type.

Pas de technologie à la Amazon

«Nous avons bien entendu observé ces évolutions», déclare Frefel, «Mais nous sommes convaincus de notre stratégie». Notamment parce que Coop ne miserait pas sur une technologie aussi coûteuse qu'Amazon. En effet, ce dernier équipe ses magasins de capteurs, de puces et de caméras qui rendent le scannage des produits superflu. Le logiciel du magasin reconnaît ce qui atterrit dans le panier et le débite automatiquement de la carte de crédit enregistrée.

De plus, Coop mise sur son partenaire Selecta pour son expansion. «Notre compétence est la micro-distribution», explique le directeur de Selecta Suisse. En d'autres mots, il s'agit de la livraison de snacks en petites quantités à des distributeurs automatiques ou à des magasins sans personnel.

«Grâce à un logiciel intelligent, nous savons toujours ce qui a été acheté et ce qui doit être réapprovisionné»
Frank Keller, directeur de Selecta Suisse
Migros mise sur son concept Teo 24 heures sur 24 sans surveillance, désormais disponible sur quatre sites.
Migros mise sur son concept Teo 24 heures sur 24 sans surveillance, désormais disponible sur quatre sites.

Certes, certains concurrents ont récemment mis en veilleuse leurs propres projets de magasins en libre-service ouverts 24 heures sur 24. Néanmoins, Coop et Selecta ne sont pas les seuls à avoir des ambitions de ce genre. Migros Zurich exploite actuellement quatre sites de son concept Teo, issu de sa filiale Tegut en Allemagne, qui est un mini-magasin Migros sans personnel, accessible 24 heures sur 24.

Selon ses propres indications, l'entreprise bernoise Rüedu exploite désormais 32 boutiques qui vendent des produits venant de fermes locales en libre-service à Berne et à Zurich. Dernièrement, Rüedu a chiffré à CH Media le potentiel de 50 sites par région. Spar a également lancé son propre concept 24 heures sur 24 sans personnel avec Go24.

Projet pilote: des réfrigérateurs Coop dans les gares

Coop teste actuellement l'utilisation de distributeurs automatiques de nourriture extra-larges, accessibles 24 heures sur 24 par carte de crédit. Les distributeurs sont installés depuis quelques mois dans les gares de Soleure, Berne Wankdorf, Ostermundigen et Konolfingen. Sur les étagères, on trouve des produits comme le lait, la viande et le fromage.

«Nous sommes actuellement en discussion avec les CFF pour un déploiement dans toute la Suisse»
Roland Frefel
Voici un de ces distributeurs automatiques testés par Coop dans quatre gares CFF.
Voici un de ces distributeurs automatiques testés par Coop dans quatre gares CFF.

Selon Frefel, ce sont surtout les petites gares qui entrent en ligne de compte, car elles ne disposent pas, aujourd'hui, d'un magasin de proximité. L'année dernière, Selecta, partenaire de Coop, a testé un concept similaire, appelé Smart-Fridges, dans quelques gares CFF, avec des sandwichs et des salades fraîches.

«Nous sommes en train de les supprimer à nouveau»
Frank Keller, directeur de Selecta Suisse.

L'assortiment était axé sur des produits frais qui ne se conservent pas longtemps: «La situation concurrentielle dans les grandes gares était sans doute trop importante pour cela». A Paris-Gare-de-Lyon et à l'aéroport de Zurich, les smart-fridges sont toutefois un succès, tout comme à l'aéroport d'East Midlands en Angleterre.

L'expansion se poursuit donc. 24 heures sur 24.

Traduit et adapté de l'allemand par Léa Krejci

Et voici des tatouages moches, à ne pas reproduire...
1 / 31
Et voici des tatouages moches, à ne pas reproduire...
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur X
Une influenceuse américaine s'extasie devant la Coop
Video: extern / rest
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le Conseil des Etats va statuer sur des zones sans loups
Récemment, une cinquantaine de loups ont été abattus dans le cadre des tirs préventifs de régulation des meutes dans les cantons du Valais, des Grisons, du Tessin et de St-Gall.

Les cantons devraient être autorisés à créer des zones «zéro loups». Le National a accepté mercredi par 95 voix contre 83 et 7 abstentions une motion du Centre en ce sens, contre l'avis du Conseil fédéral, de la gauche et du PVL. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

L’article