larges éclaircies
DE | FR
Suisse
Mode

La start-up suisse Haelixa se mobilise pour une mode durable

Haelixa-Gründerin Michela Puddu
Co-fondatrice de Haelixa, Michela Puddu veut bouleverser le secteur du textile avec sa start-up.image: screenshot facebook/haelixa

Cette start-up suisse va devenir le pire ennemi de la fast-fashion

Avec sa jeune entreprise, la Suissesse Michela Puddu déclare la guerre à l'industrie de la fast fashion. Elle veut non seulement garantir la traçabilité des textiles et autres produits, mais aussi œuvrer pour un monde plus durable.
16.04.2023, 07:5805.05.2023, 12:07
Kilian Marti
Kilian Marti
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Dans notre pays, la mode bon marché a la cote. Le site en ligne chinois Shein, en particulier, gagne en popularité. Mais ce fournisseur de fast fashion est aussi connu pour ses marchandises de mauvaise qualité et ses chaînes d'approvisionnement douteuses. L'environnement en paie le prix, et les employés aussi: semaine de 75 heures avec un seul jour de congé par mois, comme le décrit Public Eye.

Alors que la fast fashion se concentre sur le prix, la mode équitable met l'accent sur des thèmes durables. Mais la question se pose souvent de savoir dans quelle mesure un vêtement a réellement été produit de manière équitable.

Pour pouvoir le prouver, Michela Puddu a fondé la start-up suisse Haelixa avec un camarade de l'EPFZ. La technologie d'ADN qu'elle a développée pourrait montrer, même dans la mode bon marché, où et comment le coton de ses textiles a poussé et quelles chaînes d'approvisionnement un produit a suivies. Des détails que les entreprises de fast fashion aimeraient bien occulter. Mais comment cela fonctionne-t-il exactement?

Obtenir un résultat grâce aux tests PCR

«La technologie que nous utilisons peut être comparée à une empreinte digitale», explique Michela Puddu à watson. La start-up fabrique chimiquement dans son propre laboratoire un liquide que les clients peuvent appliquer sur les produits au moyen d'un marqueur.

Baumwolle Baumwollfeld
Le marqueur permet d'identifier si le coton est biologique ou non, par exemple.image: shutterstock
«Chaque produit est doté d'une identité ADN unique et traçable, comme une empreinte digitale»
Michela Puddu

Il est ainsi possible d'établir clairement, à travers toutes les chaînes d'approvisionnement, du fabricant au détaillant, qu'il s'agit par exemple de coton biologique pour les textiles et qu'aucun pesticide n'a été utilisé lors de la culture.

Mais pour savoir si un produit a été doté du marqueur Haelixa, l'entreprise doit tester la marchandise dans son propre laboratoire à Kemptthal, mentionne la spécialiste. Pour cela, elle a recours à un PCR qui permet de déterminer si le produit a été enrichi avec l'ADN spécial. Celui-ci serait d'ailleurs absolument compatible avec l'homme et l'environnement.

Plantations de coton en Tanzanie

La technologie de Michela Puddu est largement utilisée dans le monde, par exemple dans les plantations de coton en Tanzanie. Avec sa start-up, la Suissesse aide d'autres entreprises suisses à garantir la traçabilité des fibres et des fils.

Alors que ce sont surtout les entreprises durables qui s'enthousiasment de l'idée commerciale de Michela Puddu, la branche de la fast fashion montre majoritairement peu d'intérêt à créer de la transparence dans les caractéristiques des produits et les chaînes d'approvisionnement. La fondatrice est consciente que sa start-up est un affront pour l'industrie de la mode à bas prix. Mais elle a un avis bien tranché sur la question:

«L'industrie de la mode a besoin de solutions comme la nôtre, la traçabilité physique. Les marques de mode doivent devenir plus transparentes pour répondre à la demande des consommateurs qui veulent des informations précises sur les produits.»
Michela Puddu.

Elle fait également attention à la manière dont elle peut réduire son propre impact sur l'environnement, par exemple en faisant attention à ce qu'elle porte, à ce qu'elle mange ou à la manière dont elle voyage. Et selon Michela Puddu, de plus en plus de gens sont dans le même cas qu'elle.

«Une tendance se développe dans le monde entier pour de nouvelles réglementations anti-greenwashing. Les entreprises sont tenues responsables de ce qui se passe dans leurs chaînes d'approvisionnement, de ce qu'elles affirment et de la manière dont elles peuvent étayer ces affirmations.»

Elle est convaincue que la traçabilité sera déterminante pour savoir qui restera sur le marché à long terme.

Nominée pour le «Green Business Award» suisse

L'objectif de Michela Puddu est de faire de l'entreprise une «référence en matière d'étiquetage et de traçabilité des produits». Outre les textiles, l'or et les pierres précieuses, la traçabilité des produits alimentaires devrait bientôt être assurée.

Michela Puddu Haelixa
Michela Puddu en pleine analyse. image: zVg/ DJ Wehrli

La start-up zurichoise innovante est en phase avec son temps. C'est aussi pour cette raison qu'elle est nominée pour le «Green Business Award» suisse. L'année dernière, c'est le fabricant de substituts de viande Planted Foods qui a remporté la palme.

Cette année encore, «28 entreprises à la fois durables et performantes sur le plan économique sont nominées», comme l'indique l'organisateur dans un communiqué de presse. Le gagnant sera désigné par un jury présidé par l'ancienne conseillère fédérale Doris Leuthard.

Michela Puddu est reconnaissante. Lorsqu'elle est arrivée d'Italie à l'EPFZ pour ses études, elle ne pensait pas rester aussi longtemps et créer une entreprise. Mais elle a réalisé que «les produits suisses sont connus pour leur grande qualité et leur performance. C'est un avantage pour vendre la technologie que nous développons», explique-t-elle. La fondatrice de la start-up souhaite donc rester en Suisse à long terme. «J'aime ce pays et après dix ans à Zurich, toute ma vie est ici aussi.»

Harry Potter en Balenciaga, ça existe grâce à l'IA
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Simonetta Sommaruga a retrouvé du boulot
A la tête du Département fédéral de justice et police (DFJP) pendant huit ans, la socialiste a marqué son mandat par sa démarche en faveur de l'égalité salariale. Elle va pouvoir poursuivre son combat autrement.

L’ancienne conseillère fédérale Simonetta Sommaruga reprend la présidence de la Fondation «Equal-Salary». Il s’agit du premier engagement public de la Bernoise depuis son départ du Conseil Fédéral fin 2022.

L’article