DE | FR

3 questions pour comprendre le retrait de la task force de l'OFSP

Anne Levy, Direktorin BAG, Virginie Masserey, Leiterin Sektion Infektionskontrolle, BAG und Martin Ackermann, Praesident, National COVID-19 Science Task Force, von links, sprechen an einem Point de Presse zur Covid 19 Pandemie, am Mittwoch, 24. Maerz 2021, in Bern. (KEYSTONE/Peter Schneider)

Image: sda

La task force scientifique, c'est bientôt fini? C'est ce qu'a révélé jeudi le site d'information «Heidi.news» sur la base d'une dizaine d'entretiens. Trois questions pour mieux comprendre.



Pourquoi?

Le groupe d'experts, constitué par le Conseil fédéral en mars 2020, évoque plusieurs raisons:

Concrètement, ça veut dire quoi?

La task force compte actuellement 70 membres. A partir de l'été, le groupe va réduire drastiquement ses effectifs. Cela permettra d'assurer une veille épidémiologique en cas de nouvelle flambée.

Certaines des activités opérationnelles doivent être transférées à l’Office fédéral de la santé publique.

Et après?

La réduction des effectifs est la première étape du retrait de la task force. Si tout se passe bien au niveau épidémiologique, elle pourrait définitivement disparaître fin 2021, début 2022.

Une année de confinement en images

1 / 12
Une année de confinement en images
source: keystone / ennio leanza
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur la gestion du Covid-19:

Chaque habitant pourrait bientôt se faire dépister du Covid en Suisse

Link zum Artikel

Se faire vacciner? Les Suisses Romands préfèrent laisser ça aux Alémaniques

Link zum Artikel

Les effets secondaires des vaccins restent limités en Suisse

Link zum Artikel

Pfizer teste son vaccin chez les jeunes enfants

Link zum Artikel

Voici le nouveau visage de la Task Force et les changements prévus

Nouvelle composition, réduction des effectifs, nouvelle directrice: l'organisation de la task force scientifique connaît un tas de changements. Petit résumé.

L'organisation de la task force de la Confédération est chamboulée. Elle verra sa taille réduite d'ici l'été et changera de responsable. Martin Ackermann, 50 ans, son directeur actuel, transmettra ainsi le flambeau à la professeure Tanja Stadler, 40 ans.

La raison invoquée pour justifier ces changements? L’amélioration de la situation épidémiologique qui requière des adaptations. Et pour cause. Le programme de vaccination suisse progresse rapidement et la situation épidémiologique …

Lire l’article
Link zum Artikel