Suisse
Police

Une police romande a décidé de filmer ses agents en direct

Une police romande a décidé de filmer ses agents en direct
Une policière neuchâteloise procède à un contrôlePolice neuchâteloise

Pourquoi cette police romande a décidé de filmer ses agents en direct

La police neuchâteloise annonce que certains de ses véhicules seront équipés de caméras embarquées. Comment ces caméras seront-elles utilisées et dans quel but?
16.02.2023, 16:4516.02.2023, 21:41
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Les images de courses-poursuites ou d'arrestation filmées depuis la voiture de police deviendront une réalité en Suisse romande. En effet, la police neuchâteloise a annoncé que certains de ses véhicules étaient désormais équipés de caméras filmant l'avant, l'arrière et l'habitacle. Une première en Suisse romande. Mais quels sont les objectifs de ces caméras? Et quelle est la différence entre ces appareils embarqués dans les véhicules et les caméras portées par les policiers?

Pas une bodycam

Les caméras utilisées par la police neuchâteloise ne seront pas portées par les policiers, mais resteront dans les véhicules. Il ne s'agit donc pas des fameux bodycam qui ont été testés par d'autres polices romandes. Le périmètre visuel de la vidéo concerne l'avant, l'arrière et l'habitacle du véhicule.

caméra embarquée dans une voiture de police neuchâteloise
Un exemple d'images enregistrées par les caméras embarquéespolice neuchâteloise

Georges-André Lozouet, porte-parole de la police neuchâteloise, explique que les caméras embarquées ont pour objectif l'aide à l'engagement des moyens.

«Lorsque les agents arrivent sur les lieux d'un accident, nous pouvons évaluer la situation et décider si des moyens supplémentaires seront nécessaires à leur intervention»
Georges-André Lozouet, porte-parole police neuchâteloise

Contrairement aux caméras portées sur l'uniforme de certains policiers, l'objectif initial du système neuchâtelois n'est pas de faire baisser la tension entre les policiers et les personnes interpellées, «mais cela peut y contribuer», admet son porte-parole.

Les images pourront aussi servir de preuves lors de procédures judiciaires. «Quand on va sur les lieux de cambriolage, on croise parfois les auteurs et ces caméras amèneront un certain nombre d'éléments lors de l'enquête.»

Allumée en permanence

Un autre élément vient confirmer la différence cruciale entre le système neuchâtelois et la bodycam. Alors que celle-ci doit être enclenchée volontairement par l'agent de police lors d'une intervention, les caméras de la police neuchâteloise sont totalement indépendantes.

«La caméra est allumée en continu et les policiers n'ont pas accès au système d'enregistrement qui est externalisé»

L'agent de police dépêché sur une intervention ou celui mangeant son sandwich durant la pause sera filmé sans interruption. Questionnée sur l'aspect intrusif du dispositif, la police neuchâteloise explique que le projet a été «construit avec les syndicats de police». En d'autres termes, sans leur aval, pas de mise en place de caméra.

Accessible en temps réel

Les caméras neuchâteloises tourneront donc en continu et les images sont retransmises en direct vers la centrale d'engagement de la police. Ces images permettront aux responsables situés à la centrale de guider les opérations sur le terrain.

«En voyant les images à distance et en direct, on peut aussi éviter ‹l'effet tunnel› que subissent certains policiers sur le terrain et contribuer à la prise de décision»

Georges-André Lozouet précise que les caméras ne sont pas équipées de micro, rendant ainsi les vidéos muettes. Toutefois, les conversations radios sont accessibles par la centrale d'intervention et sont de toute manière enregistrées.

Qu'est-ce que l'effet tunnel?
Cet effet est régulièrement évoqué lorsque l'on est confronté à une situation de crise ou de stress intense. Il s’agit d’une focalisation de l'attention sur un élément, excluant toutes les autres informations que nous avons dans notre environnement.

La police neuchâteloise explique que les véhicules équipés de ces caméras sont signalés par un pictogramme visible sur la carrosserie. Elle ajoute que les images qui peuvent être utilisées en tant que preuve seront effacées dans un délai de quatre mois. Quant à l'utilisation de caméra portée sur l'uniforme des policiers ou bodycam, pour Georges-André Lozouet «ce n’est pas à l’ordre du jour, mais à moyen terme, il est n’est pas impossible que nous disposions de tels équipements».

Les explications de la police Neuchâteloise 👇

Vidéo: watson
La police américaine à la poursuite d'un voleur de tracteur
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Explosion en Argovie: des feux d'artifice impliqués
Selon les premiers éléments de l'enquête, une batterie de feux d'artifice serait à l'origine du drame qui a coûté la vie à deux hommes.

Les deux personnes tuées dans les explosions survenues jeudi dans un parking souterrain à Nussbaumen (AG) sont un Italien de 43 ans et un Suisse de 24 ans. La police suppose que des feux d'artifice sont à l'origine des explosions.

L’article