DE | FR

Une initiative populaire veut interdire les feux d'artifice en Suisse

L'association «Feuerwerksinitiative» n'en peut plus des feux d'artifice. Elle lance une initiative pour interdire la vente et les tirs d'engins pyrotechniques dans toute la Suisse. Explications.



Pour de nombreux Suisses, les feux d'artifice sont aussi indispensables au 1er août que les cervelas et l'hymne. Cela s'est encore confirmé ce week-end, durant la fête nationale célébrée à grand bruit dans plusieurs régions. Ce qui n'a pas suscité l'enthousiasme de tout le monde, et encore moins de l'association «Feuerwerksinitiative».

Spectators watch the traditional bonfire with a fireworks, during the Swiss National Day, in Cologny near Geneva, Switzerland, Tuesday, August 1, 2017. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

L'objectif: obtenir un amendement constitutionnel qui interdise l'utilisation et la vente de feux d'artifice. Image: KEYSTONE

Selon cette association, les feux d'artifices auraient des conséquences importantes sur:

Le texte d'initiative «Pour une restriction globale des feux d'artifice» serait déjà examiné par la Chancellerie fédérale à Berne.

Le bruit des feux d'artifice va à l'encontre de la Constitution fédérale

L'objectif est de parvenir à une réglementation, au niveau national, par le biais d'un amendement constitutionnel qui interdise l'utilisation et la vente de feux d'artifice. Ce, afin de protéger les animaux et les personnes. A noter que les gouvernements cantonaux pourraient obtenir des dérogations, sur demande, pour des événements d'importance suprarégionale.

Pour les initiateurs du texte, la Constitution fédérale se contredit. Ces derniers rappellent que l'article 74, par exemple, exige «la protection des personnes et de leur environnement naturel contre les nuisances et les nuisances» et que l'article 80 l'ordonne tout autant pour la «protection des animaux».

Et vous, êtes-vous favorables à une interdiction des feux d'artifice?

Les feux d'artifice, déjà interdits dans un village

Ce n'est pas la première fois qu'une initiative de ce type est lancée. Sauf que les précédents efforts pour inscrire cela dans la loi ont souvent été infructueux, comme l'admet l'association Feuerwerksinitiative. Le premier échec est survenu en 2015, lors d'une initiative cantonale en Argovie. Avec 65% de «non», les électeurs ont rejeté l'initiative anti feux d'artifice. Au niveau municipal, en revanche, ça a été tout le contraire. Lors d'un référendum de septembre 2020, les habitants de Davos ont décidé que les feux d'artifice seraient officiellement interdits dans le village.

L'initiative de l'association doit maintenant recueillir 100 000 signatures. Ce qui, selon le comité d'initiative sera rapidement atteint à compter de la semaine prochaine. La Protection suisse des animaux et la SCS (Société Cynologie Suisse) ont, qui plus est, assuré leur soutien au projet.

Bien que les arguments semblent convaincants et présagent une solide majorité à l'électorat, il est possible que le Conseil fédéral et le Parlement élaborent une contre-proposition. (phh/chmedia)

Pour le 1er août, on a demandé aux gens de jouer les Guillaume Tell

Vidéo: watson

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Face à une classe politique «trop molle», les initiatives pro climat se multiplient

Et une de plus! Cette semaine, une nouvelle initiative en faveur du climat a été lancée. Une manière de faire pression sur la classe politique suisse, jugée trop timide. Avec le risque d'agacer les citoyens.

Le constat est largement accepté: la Suisse doit impérativement répondre à l’urgence climatique et le temps presse après le non à la loi CO2 en juin dernier. Face à une classe politique poliment qualifiée de «timide», ce sont les citoyens qui empoignent la question.

Cela ne date pas d’hier, certes. Mais il n’y a peut-être jamais eu autant d’initiatives populaires ou de votations qui touchent de près ou de loin la question climatique. Dernière en date, celle des Jeunes vert.e.s lancée …

Lire l’article
Link zum Artikel