DE | FR

Yves Nidegger se maintient pour le second tour à Genève

Image: KEYSTONE
Surprise à Genève. L'UDC Yves Nidegger et la PDC Delphine Bachmann se présentent au second tour de l'élection complémentaire du Conseil d'Etat genevois, qui se déroulera le 28 mars.
08.03.2021, 22:0309.03.2021, 14:02

Le conseiller national n'a récolté dimanche qu'un petit 13% des suffrages. Pourtant son parti a décidé lundi soir de le lancer dans la course au second tour.

Tous les regards étaient tournés lundi sur le PLR, après le retrait de son poulain Cyril Aellen qui est arrivé loin derrière Pierre Maudet, avec 9000 voix de retard. Conclusion: le parti ne lancera personne. Il ne soutiendra personne.

La question du soutien au conseiller d'Etat démissionnaire Pierre Maudet, exclu des rangs du PLR, n'a même pas été posée aux délégués.

Grosse surprise en revanche du côté du PDC qui a décidé de lancer la députée Delphine Bachmann.

L'UDC Yves Nidegger et la PDC Delphine Bachmann rejoignent donc les trois autres candidats au deuxième tour:

  • La Verte Fabienne Fischer
  • L'indépendant (ex PLR) Pierre Maudet
  • Olivier Pahud de Evolution Suisse

Nos articles sur le dimanche politique

Les résultats des votations et des élections en un coup d’oeil

Link zum Artikel

Scrutins fédéraux définitifs ++ poussée des Verts sur Vaud et Fribourg

Link zum Artikel

Refus de l’e-ID: la Suisse a un problème avec le numérique

Link zum Artikel

Les 5 raisons de l'excellent score de Pierre Maudet

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après le cinéma, soutenir la musique suisse? «La discussion peut reprendre»
Le conseiller national socialiste, Baptiste Hurni, avait demandé, en 2021, au Conseil fédéral, de faire un rapport sur les plateformes de streaming, pour éventuellement légiférer en la matière. Il nous explique en quoi le «oui» du jour à la lex Netflix le motive à reprendre cette discussion. Et comment il compte le faire.

Un oui, un grand oui pour la «Lex Netflix». Plus grand que les partisans de la loi eux-mêmes ne l'auraient espéré. La modification de la loi sur le cinéma, incluant une obligation pour les plateformes de streaming tels que Disney+ ou Netflix (d'où le surnom de la votation) de réinvestir 4% de leur chiffre d’affaires réalisé en Suisse dans des productions helvétiques et de proposer au moins 30% de contenus européens dans leur catalogue, a passé la rampe de la population à hauteur de 58% d'opinions favorables ce dimanche 15 mai.

L’article