DE | FR

Suisse-UE: Le Parlement libère (enfin) le milliard de cohésion

keystone
Cela fait plusieurs années que le sujet altère la relation entre la Suisse et l'Union européenne. Il semble désormais résolu.
30.09.2021, 21:5601.10.2021, 16:48

Le nouveau milliard de cohésion sera versé à l'Union européenne (UE). Quelques heures seulement après le Conseil des Etats, le National a accepté jeudi de supprimer les conditions à son octroi.

Le sujet cristallise les tensions entre la Suisse et l'Union européenne depuis des années. Faute d'avancées sur l'accord institutionnel, Bruxelles avait refusé l'équivalence boursière à Berne. En réaction, le Parlement avait conditionné le deuxième milliard de cohésion. Il ne devait être versé que si l'UE s'abstenait de toutes mesures discriminatoires.

Négociations rompues par le Conseil fédéral

Le 26 mai change totalement la donne. Le Conseil fédéral rompt unilatéralement les négociations sur l'accord-cadre. L'UE est fâchée et le fait savoir. Pour l'amadouer, le gouvernement veut débloquer l'enveloppe. Le Parlement avait initialement prévu de prendre son temps et de l'examiner en deux sessions. Il a finalement mis les bouchés doubles et bouclé le sujet en une journée.

Le Conseil des Etats a adopté le texte dans la matinée, par 30 voix contre 9. A l'exception de l'Union démocratique du centre (UDC), rejointe par quelques centristes, tous les autres sénateurs ont plaidé pour le versement inconditionnel du milliard, parfois à contre-cœur ou par simple «pragmatisme». Les députés ont suivi dans la soirée par 131 voix contre 55. Les débats n'en ont pas moins été animés. Petit pas, mais important.

«Ne pas jouer avec le feu»

«L'érosion des relations bilatérales n'est pas une option», a lancé d'entrée de jeu Fabian Molina (PS/ZH). «L'UE est notre principal partenaire politique, économique, culturel et linguistique», a complété Christa Markwalder (PLR/BE). «Il ne faut pas jouer avec le feu», a averti quant à elle Elisabeth Schneider-Schneiter (Centre/BL). Et d'ajouter:

«Le lien que Bruxelles fait entre le milliard de cohésion et la participation à Horizon Europe n'est pas joli. Il n'est pas sûr que le versement de la contribution débloque la situation. Si aucune décision n'est prise, il ne se passera, pour sûr, rien»
Elisabeth Schneider-Schneiter

Les effets de l'interruption unilatérale des négociations se font déjà sentir, ont souligné plusieurs orateurs. Aucun nouvel accord n'est pour l'instant signé ou actualisé. La reconnaissance des produits médicaux n'a par exemple pas été acceptée. Et la Suisse est sur le banc de touche dans le cadre du programme Horizon Europe. (ats)

Après ce sujet sérieux, détendez-vous avec la prof de Yoga qui a le plus beau bureau du monde 😍

1 / 7
La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

La droite appelle le PS à stopper l'initiative contre les F-35

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Comment Syngenta et le lobby des agriculteurs profitent de la guerre
La guerre en Ukraine aggrave la faim dans le monde. Pour des organisations comme Syngenta ou l'Union suisse des paysans, c'est une occasion en or de faire valoir leurs propres intérêts, sous couvert d'aide humanitaire.

Dans un monde globalisé, une guerre comme celle en Ukraine a des répercussions qui vont bien au-delà des rapports de force politiques. Les avertissements d'une crise alimentaire mondiale se multiplient. Bien que ces menaces soient à prendre au sérieux, elles offrent également le prétexte idéal pour stopper les efforts en lien avec une agriculture plus écologique.

L’article