larges éclaircies
DE | FR
Suisse
Politique

Credit Suisse: le Conseil fédéral veut lui aussi une enquête

Le Conseil fédéral veut lui aussi une enquête sur Credit Suisse

La question d'une commission d'enquête parlementaire sur Credit Suisse franchit un palier supplémentaire à Berne: le Conseil fédéral se dit en sa faveur. Le Parlement tranchera en juin.
02.06.2023, 13:4404.06.2023, 12:06
Plus de «Suisse»

Le Conseil fédéral est favorable à la création d'une commission d'enquête parlementaire (CEP) sur le rachat de Credit Suisse (CS) par UBS. Il est utile et nécessaire d'examiner en détail les événements qui ont conduit à cette acquisition, indique-t-il vendredi.

La CEP permettra cet examen, indique le gouvernement dans son avis purement consultatif. Il accorde ainsi son «plein soutien» au Parlement.

Le National devrait, selon toute vraisemblance, accepter la création de cette commission le 7 juin. Et le Conseil des Etats devrait le suivre le lendemain.

Budget de cinq millions

Si la CEP est acceptée, elle comptera 14 membres, 7 de chaque Chambre. Elle aura un budget de cinq millions de francs pour enquêter sur la gestion du dossier CS au cours des dernières années par le Conseil fédéral, l'administration fédérale et d'autres organes ou personnes soumis à la surveillance du Parlement.

Elle se penchera aussi sur les événements qui ont conduit à la fusion d'urgence de CS avec UBS le 19 mars dernier. Elle fera rapport au Parlement sur les résultats de ses travaux, ainsi que des propositions quant aux mesures à prendre.

(sda/ats)

Les élections complémentaires au Conseil fédéral en images
1 / 11
Les élections complémentaires au Conseil fédéral en images
Les nouveaux conseillers fédéraux, Elisabeth Baume-Schneider et Albert Rösti, prêtent serment.
source: sda / peter schneider
partager sur Facebookpartager sur X
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
L'internement des assassins mineurs autorisé par le Parlement
Le ministre de la justice Beat Jans a précisé qu'aucun internement ne pourra être prononcé tant que les jeunes ne sont pas devenus majeurs.

Les personnes qui ont commis un assassinat lorsqu'elles étaient mineures doivent pouvoir être internées. Suivant le Conseil des Etats, le National a validé mercredi, par 130 voix contre 61, ce durcissement voulu par le Conseil fédéral. La gauche s'y est opposée, en vain.

L’article