Suisse
Politique

Naturalisations: «Il faut faire un effort pour devenir suisse»

Ein kleiner farbiger Junge traegt stolz die Schweizer Fahne ins kleine Stadion des Jakob-Park zum Finale bei der Credit Suisse Schulfussballmeisterschaft in Basel am Mittwoch, 13. Juni 2007. In zwoelf ...
Bâle, 13 juin 2007.Image: KEYSTONE

Naturalisations: «Il faut faire un effort pour devenir suisse»

Une initiative populaire portée par la gauche rompt avec la doctrine suisse de la naturalisation en se rapprochant du droit du sol. Les pour, les contre et les très sceptiques comme l'ex-conseiller fédéral Pascal Couchepin ont donné leur avis à watson.
23.05.2023, 18:5624.05.2023, 06:56
Plus de «Suisse»

«Cette initiative est vouée à l’insuccès, elle n’a aucune chance devant le peuple.» Pascal Couchepin a répondu du tac au tac, sans prendre le temps de la réflexion. «Cinq ans pour devenir suisse? C’est très court», observe l’ancien conseiller fédéral valaisan. Cinq ans, c’est le délai fixé dans la proposition de réforme constitutionnelle en faveur d’une naturalisation à la limite du droit du sol, notion inconnue en Suisse. Fort de 26 membres, une bonne vingtaine étant d'origine étrangère, le comité d’initiative a présenté son texte mardi à Berne.

Lisa Mazzone, Staenderaetin GRUENE Schweiz, spricht an einer Medienkonferenz von das komitee fuer die Demokratie-Initiative: Fuer ein Grundrecht auf Einbuergerung, am Dienstag, 23. Mai 2023 in Bern. ( ...
Lisa Mazzone.Keystone

«C’est un projet nécessaire pour la Suisse moderne, une reconnaissance pour toutes les personnes étrangères qui vivent, travaillent et tissent leurs liens sociaux ici», plaide la conseillère aux Etats Lisa Mazzone (Vert.e.s/GE), elle-même «troisième génération» née suisse de parents d’origine italienne et l’une des chevilles ouvrières de l’initiative avec l’ancien sénateur Paul Rechsteiner (PS/SG). Une Genevoise et un Saint-Gallois: comme le symbole d’une cause embrassant le pays d'un bout à l'autre.

Les communes hors jeu

En 2021, sur la lancée du vote de 2017 favorable à la naturalisation facilitée des étrangers de troisième génération, Mazzone et Rechsteiner avaient déposé des motions visant à faciliter l’accès à la nationalité suisse pour les personnes nées sur le territoire helvétique. Le Conseil fédéral n’avait pas donné suite.

Ils reviennent tous deux, aujourd’hui, à la charge, à six mois des élections fédérales, avec une initiative populaire tournant le dos à la doctrine suisse de la naturalisation. L’obtention de la nationalité ne dépendrait plus de critères à la fois politiques et subjectifs, parfois laissés à la discrétion des communes, mais de conditions objectives et de nature administrative.

Mettre fin à l'«arbitraire»

Reposant actuellement sur des bases aléatoires, la naturalisation deviendrait automatique dès lors que la personne «possède des connaissances de base dans une langue nationale», «ne met pas en danger la sûreté intérieure ou extérieure de la Suisse», «n’a pas été condamné à une peine privative de liberté de longue durée» et «séjourne légalement en Suisse depuis cinq ans». Des conditions minimales, pouvant être aisément satisfaites.

Paul Rechsteiner, ehem. Staenderat SP Schweiz, spricht an einer Medienkonferenz von das komitee fuer die Demokratie-Initiative: Fuer ein Grundrecht auf Einbuergerung, am Dienstag, 23. Mai 2023 in Bern ...
Paul Rechsteiner.Keystone

Membre du comité d’initiative, Nadra Mao est d’origine somalienne. Née à Berne, elle a acquis la nationalité suisse à l’âge de 9 ans. Voici son propos:

«La population en Suisse est à 40% d’origine immigrée et 26% des habitants de ce pays n’ont pas le passeport helvétique, pose la Bernoise. Il est important que les personnes vivant en Suisse puissent participer pleinement à la vie démocratique. Obtenir la nationalité suisse de manière non arbitraire, après cinq ans de résidence, ce n’est pas mettre en danger la mentalité suisse. Qui peut définir ce qu’est la mentalité suisse? Les personnes vivant dans ce pays participent toutes à sa mentalité. Il n’y a pas de craintes à avoir. L’Allemagne prévoit un délai de cinq ans, il est déjà de cinq ans en France.»
Arber Bullakaj, Praesident von Aktion Vierviertel, rechts, spricht neben Nadra Mao, Vorstand von Aktion Vierviertel, links, an einer Medienkonferenz von das komitee fuer die Demokratie-Initiative: Fue ...
Nadra Mao.Keystone

Hormis en 2017 – la cinquième fois fut la bonne –, les quatre précédentes tentatives pour une naturalisation facilitée ont toutes échoué devant le peuple. Le PLR Pascal Couchepin ne trouve pas la présente initiative «extrêmement choquante en soi», mais elle s’écarte selon lui de la notion de «Willensnation», de «nation par volonté», attachée à la nationalité suisse.

«Il faut faire un effort pour devenir suisse, et les termes de cette initiative sont a priori exempts de tout esprit d'effort»
Pascal Couchepin

Chef du groupe libéral-radical aux Chambres fédérales, le Neuchâtelois Damien Cottier ne voit pas pourquoi «il faudrait de nouveau voter sur la naturalisation des étrangers, alors que peuple s’est prononcé à ce sujet relativement récemment, en 2017».

Sans surprise, le conseiller national UDC bernois Erich Hess est «totalement contre cette initiative». Comme Pascal Couchepin, il estime qu’«elle n’a aucune chance». «Après cinq de résidence en Suisse, on n’est pas intégré», affirme-t-il. Et de rappeler qu’en 2013, il avait fait accepter dans le canton de Berne une initiative durcissant les conditions d’obtention de la nationalité suisse pour les étrangers délinquants et ceux bénéficiant de l’aide sociale.

Jean-Luc von Arx s’exprime «à titre personnel». Le chef du groupe Le Centre au conseil municipal de la Ville de Genève accueille favorablement la nouvelle initiative pour une naturalisation facilitée des étrangers.

«Cette initiative ne sacrifie en rien à ce que représente le passeport suisse»
Jean-Luc von Arx, Le Centre, Genève

L'élu centriste ajoute: «On a besoin de citoyens suisses dans tous les domaines, dans les administrations comme dans le secteur privé. Cela participe de la vitalité d’un pays. Cela dit, je pense qu’il faut faire montre de motivation, marquer d’une manière ou d’une autre sa volonté de devenir suisse.» La France, par exemple, où prévaut le droit du sol, organise des cérémonies de naturalisation.

L’initiative des «5 ans» n'a semble-t-il rien prévu de la sorte.

Il publie des fiches de salaire sur TikTok
Video: watson
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Le froid s'installe pour un moment en Suisse romande
Il a neigé jusqu'à 600 mètres ce jeudi, on compte 20 centimètres dans l'Arc jurassien et les Préalpes, plus encore en altitude. La fraîcheur va-t-elle s'installer pour longtemps? On fait le point.

De nombreux romands ont bel et bien rangé les tongs et ressortis les pelles à neige, ce jeudi matin. Depuis quelques jours, les giboulées printanières se sont muées en manteau blanc. Même à La Chaux-de-Fonds, on était passé en mode printemps en début de semaine. 👇

L’article