Suisse
Réfugiés

Pourquoi cette famille refuse l'aide sociale en Suisse

Cette famille refuse l'aide sociale en Suisse
«D'une part, nous avions peur d'être expulsés. D'autre part, notre fierté nous interdisait de toucher l'aide sociale. Nous nous sommes toujours dit que nous nous en sortirions seul», raconte Enis, 23 ans.keystone

Pourquoi la famille T. refuse l'aide sociale alors qu'elle en aurait besoin

Depuis 2019, si des étrangers en difficulté perçoivent l'aide sociale, ils risquent d'être expulsés. Beaucoup, donc, y renoncent. Comme la famille T., de Bosnie-Herzégovine. C'est l'un des fils, Enis, 23 ans, qui aide ses parents.
27.08.2023, 08:0527.08.2023, 11:14
Othmar von Matt / ch media
Plus de «Suisse»

Enis T.* a 23 ans et vit, comme beaucoup de ses amis, chez ses parents. Mais sa vie quotidienne est fondamentalement différente de la leur. Alors que ces derniers n'ont rien à payer à la maison, organisent des fêtes et partent en vacances, Enis vit reclus — et économise autant qu'il le peut. Avec son frère Adem, il soutient ses parents — son père Esad, 58 ans, et sa mère Sabina, 53 ans.

«Je profite de la vie à ma façon et avec ce que je peux me permettre», dit-il.

«Une voiture qui va d'un point A à un point B me suffit. Sinon, je reste chez moi. Des vacances sur une plage ou ailleurs ne me semblent pas nécessaires. Je pourrai me rattraper plus tard»
Enis, 23 ans

Enis est poly-mécanicien de formation, travaille comme tourneur CNC et suit en parallèle une formation continue de technicien ES en processus d'entreprise. Après une longue période de chômage, le papa travaille à nouveau temporairement comme chauffeur. Il est néanmoins tributaire de l'aide de ses deux fils. Enis ne s'achète donc guère de nouveaux vêtements et ne dépense jamais plus de cinq francs pour son repas au travail.

La famille T., originaire de Bosnie-Herzégovine, est la première à avoir accepté de parler publiquement de la manière dont elle s'en sort sans aide sociale, malgré une situation financière difficile. Et, surtout pourquoi elle a décidé d'y renoncer: pour ne pas courir le risque d'être renvoyée. C'est le fils, Enis, qui raconte. La famille, elle, veut rester anonyme.

Depuis 2019, l'expulsion d'étrangers est possible s'ils «dépendent durablement et dans une large mesure de l'aide sociale». La loi sur les étrangers et l'intégration a été révisée à cette époque. Depuis lors, les autorités peuvent rétrograder un permis d'établissement (C) en un permis de séjour (B). Un permis B doit être renouvelé chaque année. Cela permet d'expulser rapidement les bénéficiaires de l'aide sociale, quelle que soit la durée de leur séjour.

La gauche s'insurge

Mais il existe une résistance politique à cette démarche. Le Conseil national et le Conseil des Etats ont approuvé une initiative de la conseillère nationale socialiste Samira Marti, et de 37 cosignataires. Le travail parlementaire se poursuit.

La conseillère nationale Samira Marti.
La conseillère nationale Samira Marti.

Samira Marti veut désamorcer la situation en complétant l'article 62 de la loi sur les étrangers: les étrangers qui séjournent en Suisse «de manière ininterrompue et régulière» depuis plus de dix ans ne devraient plus pouvoir être renvoyés parce qu'ils perçoivent l'aide sociale. Sauf s'ils ont «volontairement» provoqué leur situation ou l'ont «volontairement laissée inchangée».

Trois membres de la famille T. ont un permis B: le père, la mère et le fils Adem. Seul le fils Enis, né en Suisse, a obtenu le passeport entre-temps. Ferid, le troisième fils, a été expulsé il y a trois ans.

La famille ne sait toujours pas pourquoi Ferid a dû partir. Était-ce à cause de petits délits commis dans sa jeunesse? Ou y avait-il d'autres raisons? «Au moment de son expulsion, il était employé temporairement dans une usine», raconte Enis.

«Finalement, on nous a dit que l'intégration de Ferid avait échoué et qu'il devait quitter la Suisse. Et ce, bien qu'il considère la Suisse comme sa patrie, plus que la Bosnie»

La famille T. était arrivée en Suisse en 1997 et 1998. Le père, d'abord, s'est enfui illégalement, pour rejoindre notre pays en 1997, après la guerre en Bosnie. La mère a suivi en 1998, avec Adem et Ferid, en bateau, de la Croatie vers l'Italie, puis enfin: la Suisse.

La famille T. a d'abord obtenu le statut de réfugié. En 2000, elle risquait de le perdre, les autorités estimant qu'un retour en Bosnie était possible. Mais comme le père Esad souffrait d'un trouble de stress post-traumatique à cause de la guerre, et pour lequel il suivait un traitement, la famille a obtenu un permis B.

Le père Esad avait terminé une formation de peintre en automobile, avant de quitter la Bosnie. Mais, en Suisse, il a toujours travaillé comme chauffeur. Le problème? La langue.

Cela a changé depuis. Pourtant, Esad n'a jamais trouvé d'emploi fixe. Son fils Enis l'a soutenu dans ses recherches d'emploi, écrivant avec lui jusqu'à 20 candidatures par mois.

«Malgré sa grande expérience en tant que chauffeur, on lui a toujours dit qu'il n'était pas qualifié»

La peur d'être expulsé était très forte

Bien que la détresse financière ait été parfois très grande, la famille T. n'a jamais eu recours à l'aide sociale, en 26 ans de présence en Suisse.

«D'une part, nous avions peur d'être expulsés. D'autre part, notre fierté nous interdisait de toucher l'aide sociale. Nous nous sommes toujours dit que nous nous en sortirions seul»
Enis

Les premières années, la peur d'être expulsé était très grande, raconte Enis. «Mes parents craignaient que leurs trois fils n'aient alors pas un bon avenir en Bosnie». Depuis, la peur a diminué. «Certes, elle existe toujours», avoue Enis. Mais si on la garde constamment à l'esprit, on ne peut plus vivre correctement. C'est pourquoi nous nous disons: c'est la famille qui compte. Tant que nous sommes ensemble, tout va bien».

Dans les pires moments, la famille T. a pu compter sur l'aide d'une religieuse, qui leur a également trouvé un logement. «La sœur a accueilli ma famille et nous a aidés», explique Enis. «Nous lui devons beaucoup. Elle nous a soutenus dès qu'elle le pouvait. Elle nous a énormément aidés». Aujourd'hui encore, c'est une véritable amie de la famille.

La famille T. va «mieux», même si «ce n'est pas excellent», souligne Enis. Avec leur salaire, lui et son frère Adem peuvent soutenir aussi bien leurs parents que leur frère qui a été expulsé.

«Pour lui, il est presque impossible de trouver un emploi dans notre pays d'origine»

*Tous les noms sont anonymisés et connus de la rédaction.

Traduit et adapté par Noëline Flippe

La canicule vous tue? Voici des photos de l'Antarctique
1 / 14
La canicule vous tue? Voici des photos de l'Antarctique
Les glaciers du fjord Drygalski à l'extrémité sud de la Géorgie du Sud, en Antarctique.
source: universal images group editorial / reda&co
partager sur Facebookpartager sur X
Des orages ont traversé la Suisse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Assurances: pourquoi Comparis est sous haute surveillance
Comparis s'est opposée à la Finma et a porté l'affaire devant le Tribunal administratif fédéral. Le portail en ligne a perdu sur toute la ligne et le litige donne un aperçu du business de plusieurs millions avec les changements de caisse maladie.

Depuis 1996, le premier service de comparaison de Suisse Comparis passe le marché au crible pour guider ses utilisateurs vers la meilleure offre, que ce soit pour les voitures d'occasion, les appartements ou les assurances. Il obtient ainsi 80 millions de vues par an, dont un million pour des comparatifs d'assurance. Mais en ce qui le concerne, Comparis s'est jusqu'à présent refusé à une transparence totale.

L’article