en partie ensoleillé
DE | FR
Suisse
Société

Les travailleurs sociaux sont en burn out émotionnel

enquête

Les travailleurs sociaux sont en burn out émotionnel

burn out épuisement travailleurs sociaux social Suisse santé
Image: Shutterstock
La pandémie a un impact dévastateur sur la santé des personnes travaillant dans le social. En Suisse romande, un professionnel sur deux souffre d'épuisement. Explications.
29.04.2021, 12:3029.04.2021, 14:41
Plus de «Suisse»

Le domaine du travail social en Suisse est fortement marqué par la crise du coronavirus. Près d'une personne sur trois (31.3%) fait face à un risque élevé d'épuisement émotionnel. En Suisse romande, ce chiffre monte à plus d'une personne sur deux (55.6%) selon une étude.

Les statistiques

  • Près de 80% des travailleurs sociaux interrogés ont malgré tout déclaré être en bonne ou très bonne santé, contre près de 90% en 2017, ce qui représente une dégradation.
  • En 2020, un quart des professionnels ont déclaré que leur santé s'était détériorée, un phénomène particulièrement fréquent chez les stagiaires.
  • Près de 30% des personnes interrogées se sont plaintes de faiblesse générale, de manque d'énergie et de fatigue, contre 6.6% en 2017.
  • Les autres sortes de plaintes ont augmenté de six à douze points de pourcentage au cours de l'année qui a vu apparaître le coronavirus.

Davantage de ressources

L'organisation AvenirSocial demande donc à la Confédération et aux cantons de mettre davantage de ressources à disposition pour l'exercice du travail social. «Les travailleurs sociaux ont atteint leurs limites. Des charges supplémentaires seraient intenables et doivent être évitées. Il faut davantage de ressources, sous la forme de personnel et de moyens financiers», indique la co-secrétaire générale, Annina Grob.

Les effets du télé-travail et des semi-confinements

Ce sont 3507 personnes qui ont participé entre fin 2020 et début 2021 à l'étude de l'Institut du travail social et de la santé de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse (FHNW), sur mandat d'AvenirSocial. Si l'étude livre des résultats «préoccupants», elle indique cependant qu'une grande partie des professionnels maîtrise bien l'évolution au niveau des technologiques numériques et les réorganisations qui en découlent, comme le télétravail.

Pendant le semi-confinement du printemps dernier, 94.7% des établissements de travail social sont restés ouverts, selon l'étude. Et 97% des participants ont respecté les restrictions et les règles d'hygiène. La grande majorité des autres ont justifié leur non-respect des règles par le fait que garder leurs distances n'était pas possible dans le cadre de leurs activités quotidiennes spécifiques.

La fréquence des rendez-vous

Environ la moitié des professionnels a observé que les patients annulaient de plus en plus souvent leurs rendez-vous, davantage dans le domaine de l'intégration professionnelle, et moins dans celui de la santé. Toutefois, la demande de services a fortement augmenté depuis le début de la crise sanitaire, le plus fortement dans le domaine de l'aide sociale (+80%) et un peu moins dans le domaine du handicap (+40%). La raison: avec le coronavirus, les problèmes des bénéficiaires se sont fortement accrus.

L'intensité de la charge de travail varie d'un domaine à l'autre. Selon l'enquête, elle est la plus élevée dans le domaine de la protection de l'enfance et de l'adulte: près d'un quart des professionnels se plaignent d'une charge de travail importante. Ils sont deux fois moins nombreux à se plaindre dans les domaines de l'enfance et de la jeunesse, du conseil en matière de dépendance et de l'insertion professionnelle. (ats)

World of watson: la drague en français ou en schwyzerdütsch

Vidéo: watson

Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux

1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
Le mariage, en 2011.
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
PostFinance agace les Suisses
La filiale bancaire de La Poste a dévoilé sa nouvelle identité visuelle. Pour «rester dans l'air du temps», l'entreprise accouche d'une croix suisse passablement méconnaissable et abandonne le rouge, pourtant si emblématique. Alors que les clients semblent circonspects, on a passé un coup de fil à un graphiste pour savoir si PostFinance a vraiment fait tout faux.

Un vague hashtag? Deux routes blanches qui se croisent? Des quarts de cercle qui se frottent? Ou une croix suisse ébouriffée? Comme toujours, ce sera au public de décider ce qu'il veut bien voir. Ce qui est sûr, c'est que la nouvelle identité visuelle de PostFinance, dévoilée discrètement cette semaine, voudrait exprimer le «dynamisme», la «modernité», la «fraîcheur», la «confiance», la «fiabilité».

L’article