DE | FR
Des manifestants prennent part à un rassemblement contre l'invasion russe en Ukraine à Lausanne, le jeudi 3 mars 2022. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Des manifestants prennent part à un rassemblement contre l'invasion russe en Ukraine à Lausanne, le jeudi 3 mars 2022. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
témoignage

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Comment être fier de ses racines quand son pays est à l'origine d'une guerre sanglante? Des Russes résidant en Suisse racontent l'impact de ce conflit dans leur vie quotidienne.
07.03.2022, 06:3507.03.2022, 17:32
Suivez-moi

A l'international, la liste des sanctions contre la Russie s'allonge. En France, les restaurateurs russes se font insulter, et en Suisse, les touristes russes sont expulsés. Au quotidien, et même à l'étranger, les Russes font face aux conséquences d'une guerre qu'ils n'ont pas choisie. watson est allé à leur rencontre.👇

Du mal à prononcer le mot «Russe»

Elena Lups est gérante de l'épicerie slave «Doushka» à Lausanne, et la guerre en Ukraine, c'est un sujet dont elle parle du matin au soir: «nous aussi, on se demande comment on va vivre. Dans mon magasin, les employés viennent d’Ukraine, de Russie, et on travaille tous ensemble. On partage la même douleur.»

Si Elena explique ne pas porter la responsabilité politique de son pays et affirme qu'elle ne rougira pas de dire qu'elle est Russe, elle avoue cependant avoir fait des ajustements dans sa vie quotidienne.

«Il y a une semaine, le répondeur de l’épicerie c’était bonjour épicerie russe Doushka on vous écoute. Aujourd'hui je dis simplement bonjour épicerie slave Doushka.»
Elena Lups, gérante de l'épicerie slave «Doushka» à Lausanne

«J’avais l’habitude de vendre des ravioles à la russe, et aujourd’hui je n’arrive plus à prononcer le mot russe.» Même chose pour les célèbres concombres russes: «aujourd’hui je m’arrête, et je dis simplement qu’ils sont très bons. C’était un tel choc qu’il nous faudra encore du temps pour nous ajuster.»

Avec l'aide de bénévoles, Elena organise aujourd'hui une récolte à destination de l'Ukraine. Une cinquantaine de cartons, remplis de produits de première nécessité, s'empilent tous les jours devant l'entrée de l'épicerie: «Une camionnette pleine est déjà partie hier, et aujourd’hui, il y en aura une autre. On a déposé le tout à l’ambassade d’Ukraine, à Berne

«Je suis à 100% avec l’Ukraine, mais je ressens aussi une douleur énorme pour les gens qui sont restés en Russie. C’est un régime fasciste, dès que les gens disent ou font quelque chose que le gouvernement n’apprécie pas, ils risquent la prison»
Elena Lups, gérante de l'épicerie slave «Doushka» à Lausanne

Elle confie avoir demandé à ses parents, actuellement en Russie, d'arrêter de regarder la télévision et de regarder aussi ce qu'il se passe sur Internet: «En Russie, si vous prononcez le mot «guerre» vous risquez d'aller en prison. Selon le gouvernement, ce n’est pas une guerre, mais une opération de défense.»

En Russie, c'est la dictature

Olga, jeune trentenaire d'origine russe, est bénévole à l'épicerie Doushka à Lausanne et aide à trier ce que les gens apportent: «s'il y a quelque chose, même de petit, que je peux faire pour changer la situation, je suis heureuse de le faire.»

Personnellement, elle ne se sent pas stigmatisée et n'a eu aucune expérience de ce genre en Suisse. Elle avoue quand même avoir eu quelques différends avec ses amies suisses: «mes amies me disent que ce sont les Russes qui devraient sortir dans la rue et changer la situation, mais en réalité, ils ne peuvent pas la changer, s'ils descendent dans la rue pour manifester, ils se font arrêter.» Elle poursuit:

«Ma famille est sortie dans la rue avec seulement deux ballons, un jaune et un bleu, et en 5 minutes, ils se sont fait arrêter à Moscou. C'est fou comme la dictature fonctionne aujourd'hui en Russie»
Olga, bénévole pour la récole de dons à l'épicerie Doushka à Lausanne.

Si elle aime son pays, Olga avoue, émue, qu'elle souhaite que la paix revienne en Ukraine: «J'aime la Russie, je suis Russe, mais en même temps, je suis triste de ne rien pouvoir changer dans mon pays. Qu'est-ce que je peux vous dire de plus? Nous devons agir, nous devons faire quelque chose, mais quoi?»

«Certaines de mes connaissances m'ont tourné le dos»

Pour Svetlana, la situation est délicate: «les Européens mettent de plus en plus l'accent sur notre origine, sur notre nationalité, et j'ai peur de l'impact que cette guerre peut avoir sur la vie professionnelle et personnelle des Russes à l'étranger.»

Elle explique que certaines de ses connaissances lui ont déjà tourné le dos: «mes amies m'ont dit qu’il fallait qu’on se réveille, car on est responsable du leader que l’on a choisi.»

«Les gens croient vraiment que la démocratie existe partout, et que le peuple russe a vraiment voté pour le président Poutine»
Svetlana, secrétaire médicale en Valais

La plupart des Russes ne soutiennent pas Poutine

«Pour l'instant, je n'ai pas eu besoin de me justifier quant à mes origines, et j'espère que ça n'arrivera pas», confie Nadia Sikorsky, éditrice en chef du quotidien russophone «Nasha Gazeta». Elle affirme:

«Poutine n’a pas demandé mon avis, ni l’avis de 99% du peuple russe avant de déclarer la guerre, on a été surpris autant que le reste du monde»

Dans un blog qu'elle écrit régulièrement pour Le Temps, Nadia se livre sur le fait d'être russe et résidente en Suisse. Sa position est évidente: «je ne suis pas contre la Russie, mais contre la guerre qu'elle a déclenchée. Et je prends cette position précisément pour que mes enfants n’aient pas honte de parler le russe et de se considérer russes».

A travers ses écrits, elle appelle ses lecteurs à ne pas confondre les otages et les complices, et souligne également la «guerre de l'information» que se livrent actuellement l'Ukraine et la Russie.

Selon elle, les Russes qui habitent loin des grandes villes, qui n'ont pas accès à Internet et qui ne regardent que la télévision d'état, subissent un lavage de cerveau terrifiant: «les deux dernières chaines plus ou moins libérales ont été fermées à Moscou. Il y a eu plus de 6 000 personnes arrêtées pour avoir manifesté contre la guerre, c’est vraiment terrible ce qu’il se passe.»

«Aujourd'hui, je comprends ce que les Allemands, qui étaient contre la guerre, ont pu ressentir et le courage qu'il leur a fallu pour manifester»
Nadia Sikorsky, éditrice en chef du quotidien russophone «Nasha Gazeta».

Nadia met en garde le public: «faites attention à ne pas vous comporter comme ceux que vous accusez de discriminer. Parler le russe n’est pas un crime, et cela ne veut pas dire qu’on soutient la guerre

Un peu d'amour dans ce monde de bruts?

1 / 27
Un peu d'amour dans ce monde de brutes?
source: boredpanda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les diplomates de l'ONU quittent la salle lors d'un discours du ministre russe

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

Des personnes trans sont bloquées en Ukraine

Link zum Artikel

Sean Penn emmène Hollywood en Ukraine pour un documentaire

Link zum Artikel

La guerre en Ukraine, ça vous préoccupe? Comment? Dites-nous tout!

Link zum Artikel

Conflit Ukraine-Russie: 3 scénarios militaires les plus probables

Link zum Artikel
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
Les mesures anti-Covid se prennent au détriment des femmes
Selon une étude, la pandémie a aggravé les inégalités entre les hommes et les femmes.

Les femmes faiblement rémunérées ont été particulièrement touchées par les mesures liées au Covid-19, selon une «étude genrée» publiée par la Commission fédérale pour les questions féminines (CFQF). Celle-ci propose de développer les structures d'accueil pour les enfants. Lors de la présentation d'une analyse genrée qu'elle a commandée au bureau d'études de politique du travail et de politique sociale (BASS), la CFQF a relevé:

L’article