DE | FR
Dès aujourd'hui, les personnes non-vaccinées peuvent enfin retrouver les bistros.
Dès aujourd'hui, les personnes non-vaccinées peuvent enfin retrouver les bistros.
témoignage

«Je me sens libre!» Fin du certif', un grand saut pour les non-vaccinés

Retourner au restaurant, aller au spa ou simplement se rendre au café du coin, les décisions du Conseil fédéral quant à la levée des mesures Covid mercredi ont fait le bonheur d'une grande partie de la population. Mais plus particulièrement celui des non-vaccinés. Témoignages.
17.02.2022, 11:4718.02.2022, 07:55
Suivez-moi

Boire un verre, aller au cinéma, manger au restaurant: dès ce jeudi, tout cela est possible et sans avoir à présenter de certificat Covid, ni à porter un masque. Une décision qui fait particulièrement le bonheur des non-vaccinés, pour la plupart privés de sorties depuis des mois.

Fin janvier, watson leur avait demandé de raconter leur quotidien en vue d'une libération imminente. On les a recontactés pour savoir comment ils comptent fêter cette fin du certif'. 👇

«On peut enfin souffler»

Pour Jérémy, c’est un grand moment de soulagement: «C’est incroyable, je me sens libéré. Je vais enfin pouvoir souffler, revoir du monde.» La première chose qu'il va faire? «Boire un verre avec un pote, direct!»

Ce qui manquait le plus à Jeremy, on s'en souvient, c’était de pouvoir se rendre à la salle de sport. «Je n’ai pas fait d'exercice depuis cinq mois, car c’était exclu de me faire tester avant chaque session, et aussi hors budget.»

«L’abandon du masque est une bonne nouvelle, surtout dans les salles de sports. Il est assez gênant en plein exercice»
Jérémy, 34 ans, commercial

Cindy, en revanche, avait trouvé le moyen de faire encore un certain nombre d'activités: «Je me faisais tester et j’essayais de tout faire en un seul week-end», explique-t-elle. Mais, au fil du temps, cette organisation était devenue pesante.

Aujourd'hui, elle se réjouit de ne plus avoir à s’en soucier: «Je ne suis pas quelqu’un qui sort beaucoup. Pourtant, ces derniers temps, ça devenait de plus en plus difficile. Je ne pouvais vraiment plus rien faire.»

«Je me réjouis d’aller danser à la Movida, ça fait longtemps»
Cindy, 30 ans, gestionnaire de salaire

Claudia, éducatrice à Genève, s'avoue rassurée que les mesures soient enfin levées. Pour la Genevoise de 26 ans, c'est la possibilité de retrouver ses activités culturelles préférées qui la rend heureuse: «J’ai déjà prévu d’aller à la Makhno à Genève ce soir et au cinéma dimanche.»

«Le masque dans les transports? Ça se comprend»
Claudia, 26 ans, éducatrice à Genève.

Kathy, elle, a prévu d'aller fêter la fin des restrictions au restaurant avec des amis, mais plutôt la semaine prochaine. «Oui, ça faisait un moment qu’on l’attendait. On est soulagé, mais on ne va pas se ruer au resto non plus. Tranquille.»

«J’ai un pote qui m’a dit: "On a gagné!" Et je l’ai tout de suite arrêté: on n'a rien gagné du tout, c’est ridicule»
Kathy, 45 ans, employée de commerce

Pour elle, le plus dur, c'était de fait subir sa décision de ne pas se faire vacciner à ses enfants: «Moi je faisais des apéros entre amis, mais pour faire des activités avec mes enfants, c’étais plus compliqué.»

C'était le cas aussi pour Gilles, 34 ans, responsable marketing: «Le crève-cœur pour moi, ça a été de ne plus pouvoir proposer des activités à nos filles.»

«Je n'y crois pas encore»

Odile, elle, est heureuse mais toujours un peu sceptique: «Moi, je prends ça un peu avec des pincettes. C'est une bonne chose, ça permettra de souffler, mais je n'y crois pas encore.»

«Pour beaucoup, un retour à la normale était devenu quasiment impératif»
Odile, 41 ans, employée de cuisine

La première chose qu'elle fera ce jeudi? Rendre visite à ses parents: «Avec la levée des mesures, je pense que je peux sereinement les prendre dans mes bras.»

Pour elle, c'est la possibilité de retrouver une certaine légèreté: «C'est cette idée d'insouciance qui fait du bien.»

Continuer à porter le masque dans les transports publics? C'est une bonne chose dans l'esprit d'Odile: «Dans les transports, il y a beaucoup de monde, il y a du brassage. Cela permettra de diminuer encore les infections et la transmission du virus et de ses variants.»

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Le meilleur d'Andri Ragettli, le skieur acrobatique des Grisons

Tous les articles sur la levée des mesures Covid en Suisse

Tout connaître des règles Covid du Conseil fédéral en 9 points

Link zum Artikel

Sommes-nous prêts à vivre sans Covid dès jeudi? «Non, je ne pense pas»

Link zum Artikel

Pannes, manifs, 2G+, retour en 6 dates sur le certif Covid

Link zum Artikel

On a décodé le discours du Conseil fédéral: 6 questions à un expert

Link zum Artikel

Calmez-vous, ce 16 février n'a rien d'un jour historique

Link zum Artikel

Les meilleurs mèmes sur la levée des restrictions Covid

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Après le cinéma, soutenir la musique suisse? «La discussion peut reprendre»
Le conseiller national socialiste, Baptiste Hurni, avait demandé, en 2021, au Conseil fédéral, de faire un rapport sur les plateformes de streaming, pour éventuellement légiférer en la matière. Il nous explique en quoi le «oui» du jour à la lex Netflix le motive à reprendre cette discussion. Et comment il compte le faire.

Un oui, un grand oui pour la «Lex Netflix». Plus grand que les partisans de la loi eux-mêmes ne l'auraient espéré. La modification de la loi sur le cinéma, incluant une obligation pour les plateformes de streaming tels que Disney+ ou Netflix (d'où le surnom de la votation) de réinvestir 4% de leur chiffre d’affaires réalisé en Suisse dans des productions helvétiques et de proposer au moins 30% de contenus européens dans leur catalogue, a passé la rampe de la population à hauteur de 58% d'opinions favorables ce dimanche 15 mai.

L’article