DE | FR

On sait qui a fait dérailler le train Bex-Villars-Bretaye et pourquoi

Les images étaient spectaculaires: en février dernier le train Bex-Villars-Bretaye a été emporté par une avalanche. L'enquête met à jour les responsabilités.
03.05.2022, 11:3903.05.2022, 12:39

L'avalanche qui avait fait dérailler le train Bex-Villars-Bretaye (BVB) le 2 février dernier a été provoquée par... un renard, selon le rapport d'enquête du Service suisse d'enquête de sécurité (SESE). Comment cela a-t-il été possible?

Il s'est passé quoi déjà ?

La coulée de neige de 100 mètres de large s'était déclenchée vers 14h50 au secteur dit des «Bouquetins». Elle avait dévalé sur 150 mètres avant de s'arrêter sur la piste dite «La Populaire» du domaine skiable de la station, faisant au passage dérailler le train et renversant une des deux rames. Il n'y avait eu aucun blessé, ni dans le train, où seul le conducteur était à bord, ni sur la piste.

1 / 7
Une avalanche emporte un train à Villars-sur-Ollon
source: sda / alex belles
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Qu'est-ce qui montre qu'un renard soit à l'origine de l'avalanche?

Le rapport sommaire et définitif du SESE, publié fin mars et relayé mardi par Matin.ch indique:

«Les traces relevées au départ de la coulée montrent que son déclenchement a été provoqué par le passage d'un renard cheminant perpendiculairement à la pente sur sa partie supérieure»

«A cause des précipitations tombées les jours précédents, le manteau neigeux était instable. La nouvelle neige ne faisait pas encore corps avec l'ancienne. Dans une telle situation, dans un secteur très pentu (pente de 69%, soit un angle supérieur à 30 degrés), un déclenchement spontané d'une coulée est à tout instant possible», écrit le SESE.

Comment un simple renard a-t-il pu commettre ce désastre?

Ces conclusions mettent surtout en évidence que ce secteur de Bretaye (sur la commune d'Ollon) n'était pas complètement assuré par la forêt. Or il n'avait pas été classifié comme comportant un risque d'avalanche, car il ne figurait pas au cadastre cantonal des dangers.

La carte de la forêt protectrice contre les avalanches mentionnait qu'à cet endroit la forêt assurait une fonction de protection. De ce fait, aucune mesure spécifique complémentaire d'atténuation du risque ne figurait dans le système de management de la sécurité du gestionnaire d'infrastructure, soit les Transports publics du Chablais (TPC). Mais dans les faits, le SESE affirme:

«La forêt dans cette zone est composée essentiellement de vernes très clairsemés et d'arbres quasi inexistants. Sa fonction protectrice contre les avalanches n'était pas complètement assurée.»

Le SESE précise encore:

«Après renseignements pris auprès des services concernés, il s'avère que la zone où la coulée s'est déclenchée n'a pas fait l'objet de coupes durant les dernières années.»

Et maintenant?

Les paravalanches installés plus en amont en direction de la gare de Bretaye font actuellement l'objet d'un projet de renouvellement. La zone où la coulée s'est déclenchée a été intégrée, après l'accident, à ce projet de renouvellement. Cette zone sera équipée de paravalanches dans le courant de l'année 2022, indique encore le rapport final. (jah/ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Incendie à l’aéroport de Genève: les vols ont pu reprendre - premières infos
De gigantesques flammes ont dévoré le chantier du nouveau centre d'asile, près de l'aéroport de Genève. Le trafic aérien a été suspendu pendant deux heures. Les décollages ont pu reprendre vers 19h30.

Le chantier situé en bout de piste de l'aéroport de Genève était en feu. Il s'agit du site du nouveau centre d’accueil pour requérants d’asile. Le feu s'est propagé au dernier étage du bâtiment en construction.

L’article