Suisse
UDC

Clip de l'UDC: accusé de plagiat, le parti contre-attaque

Accusée de plagiat, l'UDC contre-attaque

Ça aurait pu faire un carton, ça a vite terminé en flop. La chanson de campagne de l'UDC s'est fait bloquer par YouTube pour raisons de violation de droits d'auteurs. Le parti dit «examiner des mesures juridiques» pour la rendre à nouveau audible.
15.08.2023, 16:5915.08.2023, 18:28
Kari Kälin / ch media
Plus de «Suisse»

Elle a débarqué lundi matin comme un boulet de canon dans les écouteurs des Suisses: la chanson de campagne de l'UDC, Das isch d'SVP (qu'on pourrait traduire par: «Ça, c'est l'UDC») a provoqué des réactions diverses et variées, entre fans de ce clip potache et bon enfant et tous ceux qui auraient préféré se faire amputer des oreilles.

Dans cette vidéo de près de trois minutes, tournée dans un club de Zurich, des personnalités de l'UDC comme Magdalena Martullo-Blocher, le président Marco Chiesa ou le conseiller fédéral Albert Rösti se lancent sur la piste de danse, secondés par des danseuses accomplies. La mélodie et les paroles sont l'œuvre de DJ Tommy, soit le conseiller national zurichois Thomas Matter.

Clip de l'UDC: accusé de plagiat, le parti contre-attaque
Cette bande de thugs.youtube

Des dizaines de milliers de personnes ont regardé la vidéo sur YouTube. Mais le succès fut de courte durée. Mardi matin, elle n'était plus visible. En cause: Sony Music Publishing est intervenu auprès de Youtube pour bloquer la vidéo, l'accusant de violation de droits d'auteurs.

En effet, difficile de ne pas entendre un petit air de We are family, le tube du groupe Sister Sledge.

«Un blocage injustifié»

Pourtant, Thomas «DJ Tommy» Matter ne veut pas entendre parler de plagiat. Il assure que la création de la chanson est originale, dans la musique comme les paroles, et qu'il ne s'agit en aucun cas d'une violation de droit d'auteur. Il n'exclut pour autant pas d'avoir été inconsciemment inspiré, expliquant que sinon, «plus aucune chanson pop ne pourrait sortir».

Le Zurichois n'a pas encore été contacté par Sony Music et a exigé de YouTube de débloquer la vidéo. Il déclare: «Nous examinons quelles mesures juridiques nous pourrions prendre contre Sony et ceux qui sont responsables de ce blocage injustifié».

Dénonciation sur Twitter

Selon lui, l'argument de la violation du droit d'auteur est purement politique et viserait à empêcher l'UDC de mener tranquillement sa campagne électorale.

En effet, un tweet a fait parler de lui. Patrick Karpiczenko, alias «Karpi», est un humoriste connu en Suisse alémanique souvent présent dans des émissions de la SRF. Et il n'a pas hésité à dénoncer l'UDC auprès du compositeur de la chanson, Nile Rodgers, et de Sony Music, dont il taggue plusieurs comptes.

Très satisfait de son coup, Karpi a ensuite retweeté après l'annonce du blocage de la vidéo, dans une référence très pop culture à Apocalypse Now: «I love the smell of Urheberrechtsverletzung in the morning». A doublement traduire par:

«J'aime l'odeur de la violation de droit d'auteur au petit matin»
«Karpi», humoriste de la SRF

Le torchon brûle depuis quelques temps entre l'UDC et l'humoriste. Dans le sillage des tensions entre le parti agrarien et la SSR, l'UDC l'a déjà qualifié de «comique financé par la redevance».

L'exemple d'Ed Sheeran

En cas de plainte, c'est un tribunal qui doit décider si la chanson de campagne de l'UDC est juridiquement un plagiat ou non. Selon le droit d'auteur suisse, les auteurs ont «le droit exclusif de décider si, quand et comment l'œuvre sera utilisée». Ils peuvent également décider de manière exclusive si, quand et comment l'œuvre peut être modifiée. Celui qui estime que ses droits d'auteur ont été violés peut intenter une action en justice en demandant une prestation.

Thomas Matter évoque ainsi un jugement rendu en mai dernier par un tribunal de New York. Dans le cadre d'un procès civil, la cour a acquitté le chanteur pop Ed Sheeran. Il était accusé d'avoir utilisé sans autorisation le classique de la soul Let's Get It On de Marvin Gaye pour son tube Thinking Out Loud. La sonorité des deux titres est en effet proche.

Mais le tribunal a estimé que quelques sons similaires ne pouvaient pas constituer une violation des droits d'auteur. Ed Sheeran a fait valoir que les accords et les rythmes utilisés dans la composition sont des «éléments musicaux de base» sur lesquels personne ne peut prétendre appliquer des droits d'auteur.

Traduit et adapté par Nicolas Varin

Quand Maurer dansait avec des «Teletubbies»
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
13ᵉ rente: la droite a investi des sommes folles et a perdu: voici les graphes
Les opposants à la 13ᵉ rente AVS ont dépensé plus que les partisans, mais le texte a été accepté et la même chose pour l'initiative sur les rentes.

Les opposants à l'initiative sur la 13ᵉ rente AVS ont dépensé plus d'argent que les partisans en vue du scrutin du 3 mars. Or le texte a été accepté. Même scénario pour l'initiative sur les rentes: le camp du «oui» a investi dix fois plus de moyens, mais sans succès.

L’article