Suisse
ukraine

«La Suisse est un problème»: l'Allemagne s'énerve contre Berne

«La Suisse est un problème»: l'Allemagne s'énerve à cause des munitions

epa10137731 German Chancellor Olaf Scholz is shown an anti-aircraft gun tank Gepard, by Juergen Schoch the lead trainer for the Gebhard system, during his visit a training facility of the arms-maker K ...
Le chancelier allemand Olaf Scholz devant un tank Gepard, en août dernier.Image: sda
La Suisse n'en démord pas: elle continue d'interdire à l'Allemagne de livrer des munitions suisses à l'Ukraine. La décision du Conseil fédéral lui vaut des réactions controversées chez nos voisins du nord. Brève revue de presse.
04.11.2022, 09:4904.11.2022, 09:54
Reto Wattenhofer / ch media
Plus de «Suisse»

Mercredi, par souci de respecter sa politique de neutralité, le Conseil fédéral a finalement décidé de refuser la transmission de matériel de guerre suisse à l'Ukraine. Il rejetait, de ce fait, une demande de la ministre allemande de la Défense Christine Lambrecht.

Souvenez-vous: dans une lettre, Christine Lambrecht demandait que l'Allemagne puisse transmettre à l'Ukraine 12 400 cartouches pour le char antiaérien Gepard. Des munitions qui proviennent, à l'origine, de Suisse.

«Un revers cuisant»

Autant dire que cette interdiction n'a pas particulièrement ravi côté allemand. La presse ne mâche pas ses critiques. Dans un commentaire titré «La Suisse est un problème», la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) juge que le refus de la Suisse est «un revers cuisant» pour la politique étrangère allemande.

Dans la phase actuelle de la guerre, il serait «particulièrement amer» pour l'Ukraine que l'insistance de la Suisse conduise à rendre le Gepard inutilisable, poursuit le quotidien. L'Allemagne doit également tirer des leçons de cette situation. L'une d'entre elles?

«Il vaut mieux ne plus acheter de matériel militaire en Suisse à l'avenir»

La Süddeutsche Zeitung, pour sa part, fait preuve d'à peine plus de compréhension. Dans un commentaire publié en début de semaine, elle soulignait déjà que la Suisse ne bloquait pas la transmission des munitions «simplement par manque de courage, mais parce que ses lois sont ce qu'elles sont».

«Aussi scandaleux que cela puisse paraître, c'est conformément à la loi que la Suisse n'autorise pas l'Allemagne à transmettre à l'Ukraine des projectiles de 35 millimètres pour les chars Gepard qu'elle lui a déjà achetée»

Pour le journal, la Suisse doit en tirer une conclusion: «Il est grand temps de changer quelque chose au statu quo».

Toujours selon la SZ, la Suisse se trouve à la croisée des chemins: «Soit la neutralité, qui n'a en fait causé que des problèmes aux Suisses ces derniers temps. Ou bien les affaires d'armement avec l'étranger, de toute façon compliquées sur le plan politique et également controversées dans le pays même». Au vu de leur faible utilité économique et en matière de politique de sécurité, la réponse est claire, conclut l'éditorial.

(Traduit et adapté de l'allemand par mbr)

L'Ukraine détourne une pub mythique pour remercier l'Allemagne
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
7 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
7
La Suisse vit à crédit depuis ce lundi
La Suisse a épuisé ses ressources naturelles annuelles. Il faudrait plus de deux planètes si tout le monde vivait comme les Suisses, avertit Greenpeace.

Ce lundi, la Suisse aura épuisé toutes ses ressources naturelles pour le reste de l'année, mathématiquement parlant. Selon le Global Footprint Network, le pays aura consommé d'ici la fin de l'année 2,5 fois plus de ressources que la part globalement disponible.

L’article