DE | FR
Chaque Suisse doit disposer d'une place dans un abri situé à proximité de son domicile. Pourtant, l'application de cette règle est un peu plus complexe qu'il n'y paraît.
Chaque Suisse doit disposer d'une place dans un abri situé à proximité de son domicile. Pourtant, l'application de cette règle est un peu plus complexe qu'il n'y paraît.shutterstock

Menace nucléaire en Suisse? Pas de panique (mais tous aux abris)

La Suisse compte plus de huit millions de places protégées dans les abris antiatomiques. De quoi nous rassurer en pleine guerre russo-ukrainienne et sous la menace nucléaire brandie par Vladimir Poutine? On a posé la question à deux experts.
02.03.2022, 11:4707.03.2022, 13:07
Suivez-moi

Si la construction d'abris antiatomiques était une discipline sportive, la Suisse battrait tous ses concurrents à plate couture. Eh oui, nous sommes champions du monde en nombre d'abris par habitant. L'Office fédéral de la protection de la population dénombre 360 000 abris qui peuvent se situer dans les immeubles, les maisons individuelles ainsi que les bâtiments communaux. watson a demandé à deux experts de la protection civile si nos bunkers étaient encore à jour et s'ils étaient parés à les utiliser prochainement.

Préoccupation généralisée

«Vous n'êtes pas la première à me poser la question, on sent que la population est inquiète», nous explique les chefs de la protection civile des cantons de Vaud et de Genève. En cause? La peur grandissante au sujet du conflit en Ukraine et des menaces de représailles nucléaires russes.

«Les gens veulent savoir si leur place est garantie dans les abris où ils se trouvent précisément»
Louis-Henri Delarageaz, commandant de la Protection civile vaudoise

Mais, pas de panique pour le moment, les chefs de la PC des deux cantons se veulent rassurant en soulignant les kilomètres qui nous séparent de la guerre pour l'instant, mais aussi l'absence de conséquences directes sur la population suisse.

«Pour décider de l’occupation des abris, nous dépendons de de la Confédération. Pour l'instant, nous n'avons pas mis en place de mesures particulières»
Louis-Henri Delarageaz, commandant de la Protection civile vaudoise

Du côté genevois, on se veut tout aussi rassurant, mais on réfléchit déjà sur l'accueil des réfugiés sur sol helvétique. «Nous avons déjà eu des discussions sur les places disponibles pour accueillir les personnes déplacées, nous voulons anticiper au maximum», précise Nicola Squillaci, chef de la Protection civile genevoise.

Et vous, vous préparez déjà votre place dans votre abri?

Une place pour chacun

Et nos abris dans tout ça? Tout d'abord, sachez que le principe est simple et que c'est une obligation légale: chaque habitant doit disposer d'une place dans un abri situé à proximité de son domicile. Pourtant, l'application de cette règle est un peu plus complexe qu'il n'y paraît. Selon Louis-Henri Delarageaz, commandant de la Protection civile vaudoise, théoriquement, toute nouvelle construction doit avoir une place pour chacun, mais les exceptions à cette règle sont nombreuses.

«L'objectif est de disposer de 100% de places protégées pour l'ensemble de la population, mais cela ne veut pas dire qu'il y aura forcément de la place dans votre immeuble. On peut vous recommander de vous mettre à l'abri à quelques minutes de chez vous, dans un autre bâtiment par exemple.»
Louis-Henri Delarageaz, commandant de la Protection civile vaudoise

Il n'y a donc pas lieu de vous inquiéter si vous avez un doute sur la capacité d'accueil de l'abri de votre immeuble. A Genève, et pour ses 500 000 habitants, Nicola Squillaci, le chef de la protection civile est formel:

«Tous les abris recensés sont fonctionnels et au moment voulu, chacun y trouvera sa place»
Nicola Squillaci, chef de la Protection civile genevoise

Câble télé et bouteilles de vin

Tout va bien, on sera sain et sauf. Enfin, en descendant à la cave, il est quand même difficile de s'imaginer rester plusieurs jours accroupi entre les vélos, les vieux meubles et les bouteilles de vin. On est en droit de se demander si cet endroit va nous protéger des bombardements ennemis. Pour le commandant Delarageaz, il n'y a aucun doute sur la sûreté de ces espaces qui sont conçus pour résister à une attaque nucléaire, oui, nucléaire.

«Ces abris répondent à toutes les normes pour nous protéger du souffle et des radiations causées par une bombe nucléaire. Mais il faut être réaliste, ces espaces n'allaient pas rester vides, ils ont aussi d'autres utilités»
Louis-Henri Delarageaz, commandant de la Protection civile vaudoise

Et ce n'est pas la montagne de cartons ni de meubles entassés qui diront le contraire, à ce jeu, un habitant du canton de Genève est sorti du lot.

«On a trouvé un espace avec un sauna en lieu et place de l'abri antiatomique. Le propriétaire n'avait aucune idée de son usage initiale»
Nicola Squillaci, chef de la Protection civile genevoise

sourit Nicola Squillaci au bout du fil. Car faut-il le rappeler, les abris sont contrôlés une fois tous les dix ans, l'objectif étant de vérifier si les murs ne sont pas percés pour éviter des problèmes d'étanchéité ou si les portes sont toujours fonctionnelles. Ah oui, pour ceux qui se demandent comment se débarrasser des objets qui encombrent leur abri, sachez qu'en cas de menace avérée et sur ordre de la Confédération, la protection civile de votre canton vous laissera quelques jours pour faire le ménage.

L'Office fédérale de la protection de la population vous présente Paul qui a fait les bons gestes en cas de danger.Vidéo: YouTube/Alertswiss

N'oubliez pas votre radio

Mais alors comment devrions-nous réagir en cas d'attaque? «Tout dépendra de la situation. S'agit-il d'une attaque nucléaire? D'un bombardement? D'échanges de tirs? On pourra vous demander de vous protéger dans un abri ou alors ordonner l’évacuation de la population», explique le commandant Louis-Henri Delarageaz. En ce qui concerne les solutions de protection s'il devait y avoir des combats comme dans la capitale ukrainienne, elles sont nombreuses.

«Il n'y a pas que les abris antiatomiques pour se protéger des combats. En Suisse, beaucoup de bâtiments offrent une protection suffisante contre les actions guerrières»
Louis-Henri Delarageaz, commandant de la Protection civile vaudoise

Et les consignes à suivre lors d'une menace de cette ampleur? Elles seront données par le biais des sirènes et de l'application Alertswiss. Les principales règles seront peut-être de rester confinés ou d'écouter la radio. Ah oui, vous pouvez préparer une radio à piles, elle sera toujours utile si vous n'avez pas de courant dans votre abri.

Un peu d'amour dans ce monde de bruts?

1 / 27
Un peu d'amour dans ce monde de brutes?
source: boredpanda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Pourquoi faudrait-il dire «Kyiv» au lieu de «Kiev»?

Plus d'articles sur les banques suisses:

Evasion fiscale: UBS condamnée par la justice française

Link zum Artikel

Le montant investi par les banques suisses dans le charbon donne le tournis

Link zum Artikel

Pourquoi les activistes du climat s'attaquent à UBS et Crédit Suisse?

Link zum Artikel

Le WWF classe la durabilité écologique des banques suisses

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Trop d'enfants et personnel à bout: les crèches suisses sont en crise
La pénurie de personnel qualifié s'aggrave, le nombre de places d'accueil a baissé, la qualité pédagogique aussi: les crèches sont en crise, comme le montre une nouvelle enquête dans la branche. L'Association suisse des structures d'accueil de l'enfance demande maintenant plus d'argent pour une offensive de qualité.

«La plupart des enfants quittent l'école au milieu de la vingtaine. Le manque permanent de personnel, la pression: tout cela te détruit», déclare Lara, 27 ans, dans la dernière édition du journal syndical Work. Le titre de l'article est le suivant: «Alerte à la crèche: le secteur se dirige vers d'énormes problèmes».

L’article