DE | FR

Après les critiques, Nestlé réduit encore ses activités en Russie

Un manifestant invitant à boycotter Nestlé, le 22 mars à Lausanne.
Un manifestant invitant à boycotter Nestlé, le 22 mars à Lausanne.Image: KEYSTONE
Le groupe agroalimentaire a décidé de limiter davantage son activité en Russie, quelques jours après avoir été critiqué par le président ukrainien, qui l'avait notamment accusé de financer la guerre.
23.03.2022, 16:1623.03.2022, 17:34

Son insistance à maintenir ses activités en Russie avait provoqué de vives critiques, notamment de la part du président ukrainien. Samedi, Volodymyr Zelensky avait affirmé, en se référant aussi au groupe veveysan:

«De grandes sociétés continuent de financer la machine de guerre russe alors qu'elles auraient dû se retirer depuis longtemps du pays»

Un appel qu'il a ensuite répété devant la foule rassemblée sur la place fédérale, le même jour: «Les affaires (de Nestlé) en Russie fonctionnent même si nos enfants meurent et nos villes sont détruites».

Après avoir répondu aux critiques, le groupe agroalimentaire est passé à l'acte. Mercredi, il a annoncé qu'il réduira encore son activité au pays des tsars et reversera les éventuels profits à des organisations humanitaires.

7000 collaborateurs

L'activité de Nestlé en Russie sera désormais limitée à l'alimentation pour bébés et aux nutriments à usage médical. «Nous sommes en train de chercher des solutions pour notre personnel et nos usines en Russie, nous allons continuer de verser les salaires», a indiqué le groupe, qui y compte quelque 7000 collaborateurs.

La suspension de la production et de la vente de produits en Russie concerne «la grande majorité des produits, y compris l'alimentation animale, le café et les confiseries».

Piratage

Nestlé est également la cible de pirates informatiques. Un groupe de hackers prétend avoir publié sur internet des données piratées au cours de la nuit de mardi à mercredi. Selon Nestlé, il n'en est rien et ces affirmations sont fausses.

A la Bourse, le titre Nestlé tenait la lanterne rouge parmi les titres de l'indice SMI et était même le principal vecteur de son recul. À 12h59, l'action cédait 0,9% à 119,44 francs, tandis que l'indice SMI perdait 0,3%. (asi/ats)

Une frappe russe sur un centre commercial à Kiev

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi le vote sur les F-35 pourrait aussi «réjouir» Viola Amherd
Cet été, l'initiative populaire contre l'achat de l'avion de combat F-35 devrait être définitivement déposée. Une votation pourra donc être possible avant l'expiration de l'offre de contrat.

Le Conseil fédéral ne veut pas attendre. La semaine dernière, il a décidé de signer les contrats d'acquisition de l'avion de combat F-35 avec le gouvernement américain «au plus tard pour le 31 mars 2023, c'est-à-dire pendant la période de validité des offres». Et ce, malgré la récolte de signatures en cours pour l'initiative populaire «Contre le F-35» du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), du Parti socialiste (PS) et des Verts.

L’article