Suisse
ukraine

Ukraine: la Suisse, un placard doré pour Iryna Venediktova?

Mercredi, le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kuleba, a «signé la demande de nomination de Madame Venediktova comme ambassadrice en Suisse».
Mercredi, le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kuleba, a «signé la demande de nomination de Madame Venediktova comme ambassadrice en Suisse».keystone/shutterstock

La Suisse, un placard doré pour la procureure virée par Zelensky?

L'ex-procureure générale, suspendue par Zelensky mi-juillet, pourrait revenir dans le costume d'ambassadrice d'Ukraine en Suisse. Pourquoi? «Le président est constamment à la recherche de candidats pour les pays qui sont pour lui une priorité.» La Suisse, une priorité, vraiment?
04.08.2022, 11:1504.08.2022, 11:49
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

La dernière fois qu'Iryna Venediktova faisait les gros titres, on apprenait sa fracassante mise à l'écart par le président Zelensky lui-même, le 19 juillet dernier. L'ex-procureure générale d'Ukraine, mais aussi Ivan Bakanov (ancien chef des services secrets) avaient été suspendus en raison de la découverte de dizaines de cas de collaboration avec Moscou au sein de leurs services.

Réputée, depuis les atrocités de Boutcha, pour être la plus grande traqueuse de crimes de guerre perpétrés par la Russie, Iryna Venediktova avait elle-même annoncé en mai dernier que plus de 13000 procès étaient dans le pipeline. On se souvient d'ailleurs de Vadim Chichimarine, le tout premier soldat russe condamné par le tribunal de Kiev.

Aujourd'hui, Iryna Venediktova réapparait sur le radar médiatique, et la Suisse est directement concernée. Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kuleba, a «signé la demande de nomination de Madame Venediktova comme ambassadrice en Suisse», selon une information de médias ukrainiens relayés par Le Temps. Pour justifier ce choix, il a précisé que «le président est constamment à la recherche de candidats pour les pays qui sont pour lui une priorité».

Un placard doré?

Pourquoi Iryna Venediktova? Et pourquoi en Suisse? Des questions encore un peu précoces, notamment parce que Zelensky doit valider définitivement cette proposition. Mais tentons d'esquisser quelques pistes. A chaud, René Schwok, professeur en science politique et relations internationales, se demande si ce n'est pas une manière de recaser l'ancienne procureure, «sans l'humilier, mais sans lui offrir non plus trop de pouvoir». Le professeur considère également que le boulot d'ambassadeur en Suisse «n’est pas un poste très prisé. Londres, Paris, Bruxelles, oui, c'est prestigieux. Pas en Suisse.» René Schwok voit aussi dans cette nomination la possibilité pour l'Ukraine «de faire coup double».

«Zelensky peut vouloir se débarrasser d'Iryna Venediktova en lui offrant un poste moyennement honorable, tout en s'assurant que la Suisse continue de suivre le mouvement des sanctions»
René Schwok, professeur ordinaire au Global Studies Institute de l’Université de Genève.

Mercredi, le chef de la diplomatie ukrainienne a évoqué le fait que le travail d'Iryna Venediktova «avec des partenaires internationaux au cours des derniers mois vient de montrer qu’elle peut faire ses preuves sur la voie internationale». Pascal Lottaz est d'accord avec ce passage du curriculum vitae de l'ex-procureure.

«Nous avons affaire à une personnalité connue et reconnue. Elle possède probablement un réseau international. Ses compétences devraient lui permettre non seulement de s'adresser aux autorités suisses, mais de fédérer les politiciens d'autres pays, grâce à la présence de l'ONU à Genève et au WEF à Davos.»
Pascal Lottaz, chercheur suisse, spécialiste de la neutralité à l'Université Waseda de Tokyo.

D'autant que la nomination d' Iryna Venediktova est une décision «politique», comme l'a précisé lui-même le chef de la diplomatie ukrainienne. René Schwok poursuit son analyse à chaud: «Elle n'a pas le profil type de la diplomate de métier et c'est probablement ce qui fait sa force aujourd'hui. Sans oublier que la Suisse est probablement encore considérée comme un potentiel maillon faible, ne faisant partie ni de l'Otan, ni de l'UE.»

«L'expérience de procureure d'Iryna Venediktova est peut-être un atout dans l'esprit de Zelensky pour débusquer les tentatives de contournement des embargos»
René Schwock.

Au point d'imaginer que sa nomination vienne volontairement bousculer le principe de neutralité de la Suisse? «Non, considère Pascal Lottaz. La Suisse est justement une plateforme de choix grâce à sa neutralité.»

Le chercheur précise tout de même que l'aspect prioritaire de la Suisse, spécifié par Dmytro Kuleba mercredi, est d'abord une locution de communicant: «Dans le contexte diplomatique, chaque pays est une priorité.»

Une fois que Zelensky aura validé (ou non) cette nomination, le cahier des charges exact d'Iryna Venediktova devrait également s'éclaircir.

Raves Reconstruction Ukraine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le congé paternité accordé même en cas de décès du bébé
Le National veut corriger une inégalité de traitement pour le congé paternité, lors du décès précoce de l'enfant.

Un père doit avoir droit à son congé paternité dans son intégralité même si son enfant est mort-né ou meurt à la naissance ou dans les quatorze premiers jours. Le Conseil national a transmis mercredi par une motion en ce sens.

L’article