DE | FR

La plus grande colombe pour la paix dans le monde est dans les Alpes suisses

En faveur de la paix en Ukraine, la plus grande colombe de la paix du monde, selon UNICEF, a été projetée samedi soir sur le Grand Mythen (SZ). Le motif est créé par l’artiste suisse, Simone Torelli.
En faveur de la paix en Ukraine, la plus grande colombe de la paix du monde, selon UNICEF, a été projetée samedi soir sur le Grand Mythen (SZ). Le motif est créé par l’artiste suisse, Simone Torelli.Image: unicef
L’objectif de cette action, pour le moins originale, est d’attirer l’attention sur les enfants en détresse en Ukraine.
21.03.2022, 05:0021.03.2022, 07:05

L'ONG pour les enfants, UNICEF, a voulu envoyer un signal fort en faveur de la paix en Ukraine et dans le monde entier en diffusant une colombe pour la paix d'un kilomètre de long, visible depuis samedi, sur la paroi du Grand Mythen (Schwytz). C'est la plus grande image de ce type jamais projetée au monde.

Plus d'1,5 million d’enfants ont déjà dû quitter le pays. Une multitude d’autres ont été blessés ou sont morts. Des familles ont été déchirées à la frontière car les pères sont partis à la guerre, constate l'UNICEF dans un communiqué. Et l'organisation de l'ONU de rappeler la Convention relative aux droits de l’enfant:

«Chaque enfant dans le monde a le droit de grandir en bonne santé et en sécurité et de développer son potentiel. Des droits qui sont actuellement bafoués en Ukraine.»

La projection d’une colombe sur le Grand Mythen doit permettre de diffuser dans le monde entier ce symbole de la paix présent au cœur de l’Europe. L’objectif de cette action est d’attirer l’attention sur les enfants en détresse en Ukraine, mais aussi de donner au monde le courage de bâtir un avenir pacifique:

«Les conséquences de l’escalade du conflit sur la population civile prennent des proportions terrifiantes. Ce sont les enfants qui souffrent le plus».
Bettina Junker, directrice d’UNICEF Suisse et Liechtenstein

Risque de famine mondiale

Les conséquences de la guerre ne sont pas seulement ressenties dans toute l’Europe, mais peut-être bientôt aussi dans le monde entier, notamment les pays en développement. L’Ukraine et la Russie étant d’importants producteurs mondiaux de céréales - ces deux pays représentent plus de la moitié de l’offre mondiale d’huile de tournesol et environ 30% de l’offre mondiale de blé - une pénurie aura des conséquences directes sur la situation alimentaire d’un grand nombre de pays, avertit l'UNICEF.

«Nous devons tout mettre en œuvre pour éviter un effondrement du système alimentaire mondial et donc une famine aux proportions dramatiques», a déclaré le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, le 14 mars lors d’une conférence de presse à New York. (ats/jch)

D'ailleurs: Qui est ce journaliste chinois qui raconte la guerre côté russe?

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment Syngenta et le lobby des agriculteurs profitent de la guerre
La guerre en Ukraine aggrave la faim dans le monde. Pour des organisations comme Syngenta ou l'Union suisse des paysans, c'est une occasion en or de faire valoir leurs propres intérêts, sous couvert d'aide humanitaire.

Dans un monde globalisé, une guerre comme celle en Ukraine a des répercussions qui vont bien au-delà des rapports de force politiques. Les avertissements d'une crise alimentaire mondiale se multiplient. Bien que ces menaces soient à prendre au sérieux, elles offrent également le prétexte idéal pour stopper les efforts en lien avec une agriculture plus écologique.

L’article