Suisse
ukraine

La Suisse romande a un problème avec les réfugiés ukrainiens

La Suisse romande a un problème avec les réfugiés ukrainiens

L'Ukrainienne Olha Shymko a trouvé un emploi dans la cuisine d'une auberge, depuis l'été 2022.
L'Ukrainienne Olha Shymko a trouvé un emploi dans la cuisine d'une auberge, depuis l'été 2022.
La Confédération souhaite mieux intégrer les Ukrainiens ayant fui leur pays sur le marché du travail. D'ici la fin de l'année, leur taux d'activité devrait atteindre les 40%. Un objectif sur lequel certains cantons, notamment romands, risquent fort de se casser les dents.
29.02.2024, 06:0029.02.2024, 09:05
Reto Wattenhofer / ch media
Plus de «Suisse»

Deux ans après le début de la guerre en Ukraine, près de 40 000 Ukrainiens en âge de travailler vivent en Suisse. Contrairement aux personnes qui passent par la procédure d'asile normale, ils sont autorisés à travailler dès le premier jour après l'obtention du statut de protection S. Aujourd'hui, un cinquième d'entre eux ont un emploi.

Bien que le taux d'activité soit ainsi plus élevé que pour les réfugiés d'autres pays ou régions du monde, il ne suffit pas au Conseil fédéral. Son plan? Que 40% des personnes en quête de protection trouvent un emploi d'ici la fin de l'année - un taux deux fois supérieur à aujourd'hui. Un objectif ambitieux fixé par le gouvernement en novembre dernier, lorsqu'il a décidé de prolonger le statut S jusqu'en mars 2025, faute de voir la fin de guerre se profiler.

Un taux d'activité de 40% est-il réaliste? Interrogé à ce sujet, le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) parle d'un «objectif stratégique» que la Confédération, les cantons et l'économie devraient s'efforcer d'atteindre ensemble. Le Conseil fédéral s'attend à ce que les personnes en quête de protection travaillent.

La Suisse romande en queue de peloton

D'après les statistiques, le taux d'activité des Ukrainiens varie énormément d'un canton à l'autre. Fin janvier, plus d'une personne sur deux en quête de protection travaillait en Appenzell Rhodes-Intérieures, contre seulement une sur dix à Genève ou dans le canton de Vaud. D'une manière générale, la Suisse romande et le Tessin sont en difficulté. Fribourg et Neuchâtel, les deux meilleurs cantons romands atteignent à peine les 15% alors que la moyenne suisse se situe à 21%.

Selon le SEM, ces taux «dépendent en premier lieu du marché du travail régional, du chômage local et donc de la place économique». Du point de vue de la Confédération, il n'est donc pas possible d'établir des liens directs entre les cantons «performants» et «moins performants». Indirectement, toutefois, le gouvernement sait où le bât blesse.

En novembre dernier, le Conseil fédéral n'a pas seulement formulé l'objectif de 40%. Il a aussi édicté des directives plus contraignantes pour l'utilisation des fonds fédéraux. Jusqu'alors, les cantons étaient en principe libres d'utiliser la contribution annuelle à l'intégration de 3000 francs par personne comme ils l'entendaient. Désormais, les cantons doivent prévoir des cours de langue pour tous les Ukrainiens et évaluer le potentiel et les besoins d'encouragement au cas par cas.

Vaud veut agir vite

Avec seulement 11% de réfugiés ukrainiens qui travaillent, le canton de Vaud est à la traîne dans les statistiques nationales. Mais la conseillère d'Etat Isabelle Moret compte empoigner le problème au plus vite.

«J'ai décidé que ce chiffre devait absolument augmenter»
Isabelle Moret au micro de la RTS

Pour ce faire, le canton souhaite lancer des formations pilotes dans les domaines «où il n'est pas nécessaire de développer des carrières sur dix ans». L'hôtellerie, la restauration ou la pose de panneaux photovoltaïques sont notamment évoqués.

Interrogée par la RTS, Isabelle Moret s'est toutefois demandée comment étaient établies les statistiques.

«C'est quelque chose que nous souhaitons éclaircir. Par exemple, est-ce que les 550 personnes qui sont autonomes financièrement dans notre canton sont comprises dans ces statistiques? Elles travaillent peut-être à distance avec l'Ukraine et ne demandent pas d'aide financière au canton.»

L'élue a souligné que sur les 6000 Ukrainiens présents dans le canton, «environ 2000 personnes ne suivent ni cours de français, ni cours d'intégration, ni ne cherchent un emploi.» Ces dernières seront donc prochainement convoquées pour se voir proposer un suivi individualisé. Des amendes seront adressées à ceux qui ne répondront pas aux convocations.

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

Réfugiés ukrainiens un an après la guerre. «Notre avenir est en Suisse»
Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Il se fait appeler «The Bomber»: 2 ados suisses arrêtés pour terrorisme
Deux jeunes suisses radicalisés planifiaient une attaque terroriste, selon les autorités. Ils discutaient de leurs projet en ligne. Voici ce que l'on sait.

Au moins un jeune suisse aurait échangé, via une messagerie, avec des sympathisants de l'EI en Allemagne. Ceux-ci préparaient une série d'attentats. Selon la commission d'enquête allemande Hybris, les membres du chat parlaient d'attaques au couteau, de cocktails Molotov et d'armes à feu. Leurs cibles: des églises et des synagogues, entre autres.

L’article