stratus fréquent-1°
DE | FR
Suisse
Université

Viols à l'Université de Lausanne: «Nous sommes choqués»

Student enters into an auditorium on the first day of university schools at the University of Lausanne (UNIL) during the coronavirus disease (COVID-19) outbreak, in Lausanne, Switzerland, Tuesday, Sep ...
Image: KEYSTONE

Viols à l'Université de Lausanne: «Les rapports de pouvoir favorisent ces abus»

Mercredi 7 décembre, l'université de Lausanne publie un rapport dont le but est d’établir une cartographie détaillée des vécus de discrimination et de harcèlement sur le campus. Mais les résultats de l'enquête sont plus graves qu'imaginés.
09.12.2022, 05:5809.12.2022, 09:05
Suivez-moi

L'Université de Lausanne (Unil) a publié ce mercredi 7 décembre un rapport d'une quarantaine de pages – en collaboration avec le centre de compétences suisse en sciences sociales (FORS) – qui expose, entre autres, les violences sexuelles et le harcèlement subi par les étudiants et le personnel de l'institution sur les cinq dernières années. Il fait également état des discriminations envers les personnes non-cisgenres, non-hétérosexuelles, racisées ou vivant avec un handicap. Mais ce qui interpelle, c'est que 4 viols ont été dénoncés.

Des résultats qui choquent

Si l'université savait qu'elle n'échappait pas à ce type de comportements, au sexisme et au harcèlement – elle compte 17 000 étudiants et 5000 employés – elle ne s'attendait toutefois pas à de telles déclarations.

«Nous sommes profondément en colère et choqués que des cas aussi graves aient eu lieu à l'Unil. Nous voulions certes ouvrir les yeux sur la réalité de la situation, mais aucun cas de viol n'était jamais remonté jusqu'à la direction, depuis que nous y sommes»
Liliane Michalik, Vice-rectrice Egalité, diversité et carrières à l'Unil.

Des cas d'attouchements sexuels «de nature non-désirée» ont également été rapportés dans l'étude.

Liliane Michalik, Vice-rectrice "Egalité, diversité et carrières"
Liliane Michalik, Vice-rectrice «Egalité, diversité et carrières» à l'Université de Lausanne.Image: UNIL

Pour rappel, en 2021, Liliane Michalik, Vice-rectrice Egalité, diversité et carrières, entre en fonction au sein de la direction, et Frederic Herman devient recteur de l'université. «Nous avons immédiatement commencé à travailler sur ces questions, car nous souhaitions garantir un environnement de travail et d'études sains à nos collaborateurs, employés et étudiants», explique Liliane Michalik.

Des actions ont donc rapidement été menées à l'interne, dont la commande de cette étude. Le but était de mesurer l'impact du climat général au sein de l'université, sur le stress et la santé psychologique des personnes. Plus de 3500 participants ont répondu de manière anonyme. Au total, 17% de femmes déclarent avoir subi du harcèlement sexuel. Celui-ci a eu lieu entre étudiants, entre étudiants et professeurs ou entre employés. Une femme sur 4 aurait vécu au moins une situation de violence psychologique.

Les faits sont désormais connus, mais l'anonymat des réponses ne permet pas d'identifier les victimes et les auteurs, à moins qu'ils ne se manifestent publiquement.

Un changement de culture

Mais comment se fait-il qu'il ait fallu attendre 2022 pour dénoncer de tels abus? Selon Liliane Michalik, la hiérarchie au sein des hautes écoles – entre étudiants, doctorants et professeurs – est une des explications. «Dans des institutions comme la nôtre, il y a des rapports de pouvoir, argumente-t-elle. Les personnes sont en effet souvent dépendantes d'un supérieur. L'université souhaite désormais casser cet isolement, par exemple en favorisant deux référents au lieu d'un seul lors d'un doctorat, ou en ajoutant un mentor vers qui se tourner, en plus d'un supérieur.»

Elle poursuit: «L'étude s'inscrit dans un contexte plus large de mesures visant à un changement de culture, qui a débuté avant même de recevoir les résultats de l'enquête.» Par exemple, le renforcement de la structure d'accueil et d'écoute existante, à disposition de la communauté universitaire pour gérer, lutter et sanctionner tous les comportements inadaptés.

Un recrutement de personnel est également en cours: des experts viendront renforcer cette structure, un délégué responsable du climat de travail sera engagé, et un juriste s'occupera d'écouter les victimes pour les aider à qualifier les faits et les accompagner dans la direction à prendre.

«Au printemps 2023, nous avons prévu une campagne pour visibiliser tous les changements apportés et exposer aux étudiants et au personnel les ressources qu'ils ont désormais à disposition», précise Liliane Michalik. En automne 2023, l'Unil lancera une seconde campagne, pour sensibiliser cette fois-ci aux discriminations en tout genre.

Mais surtout, l'enquête menée cette fin d'année 2022 sera réitérée en 2024. Il s'agit désormais d'un outil qui permet un suivi et une amélioration constante.

«C'est un gros travail que nous avons entrepris. Il y a une réelle prise de conscience sur ces thématiques et on ne veut plus que ce genre d'abus soient considérés comme normaux»
Liliane Michalik

Les élections complémentaires au Conseil fédéral en images

1 / 11
Les élections complémentaires au Conseil fédéral en images
source: sda / peter schneider
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Suisse Tourisme boude le français sur Twitter et ça fâche les Romands
«Au revoir & merci», mais aussi «Tschüss und danke». Vendredi matin, les comptes Twitter en français et en allemand de MySwitzerland ont été officiellement abandonnés. Si le flux en italien, lui, est épargné, vous pourrez aussi vous rabattre sur les comptes en japonais, arabe ou... néerlandais.

«Qui a pu prendre une telle décision? Vous ne comprenez donc pas que le français est la langue nationale suisse la plus utilisée dans le monde?» Les twittos suisses ont eu une mauvaise surprise en se réveillant vendredi matin. Suisse Tourisme a décidé d'abandonner ses comptes en français et en allemand sur le réseau social appartenant à Elon Musk. L'audience concernée? 25 000 followers en français, 47 000 auf Deutsch.

L’article