DE | FR
Image: Shutterstock

7 questions qui vous brûlent les lèvres sur la vaccination

Efficacité du vaccin, utilité de la troisième dose ou encore «percée vaccinale». A la veille de la semaine nationale de la vaccination, nous répondons aux sept questions les plus importantes à ce sujet.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
07.11.2021, 14:5307.11.2021, 21:49
bruno knellwolf / ch media

Pourquoi le nombre de contamination repart à la hausse?

La Suisses se dirige actuellement vers une cinquième vague avec une augmentation rapide des cas de Covid. Ce boom a été prédit par la Taskforce. En cause notamment? 1,6 million de personnes ne sont toujours pas vaccinées. Le variant Delta, beaucoup plus contagieux, circule dans la population non vaccinée encore plus facilement.

Par ailleurs, le froid et la susceptibilité aux aérosols à l'intérieur jouent également un rôle. La Taskforce s'attend à ce que le nombre de cas double toutes les deux semaines. Et avec un certain décalage dans le temps, les hospitalisations pourraient aussi prendre l'ascenseur.

L'OMS considère désormais à nouveau l'Europe comme un point chaud du coronavirus, car le nombre de cas augmente fortement, en particulier dans les pays à faible taux de vaccination comme l'Allemagne, l'Autriche ou encore Suisse.

Cette semaine, il y a eu des percées vaccinales parmi les moins de 65 ans. Est-ce toujours aussi important de se faire vacciner?

Oui. Il était déjà clair que se faire vacciner ne protège pas à 100% contre le virus. Des percées vaccinales sont donc attendues. Dans toutes les tranches d'âge, la vaccination n'est plus aussi efficace en termes d'infections après six mois. En effet, la concentration en anticorps a diminue de manière significative.

Pendant ce temps, le système immunitaire constitue une armada de cellules mémoire qui peuvent à nouveau stimuler la production d'anticorps si le virus attaque à nouveau. Ainsi, la vaccination réduit massivement la probabilité de complications et d'une hospitalisation.

Cette semaine, l'OFSP a calculé que six fois plus de personnes de plus de 80 ans se retrouvent dans les hôpitaux sans être vaccinées. Les personnes non vaccinées ont une incidence 13 fois plus élevée d'hospitalisation chez les 60 à 69 ans.

Une personne vaccinée est-elle plus susceptible de se protéger ou de protéger les autres?

Les deux. En fonction de la réponse immunitaire de l'organisme, les mécanismes de défense contre le virus peuvent prendre quelques jours pour faire effet. Jusque-là, l'agent pathogène peut se multiplier et infecter d'autres personnes. C'est là que la vaccination joue un rôle crucial. Chez la personne vaccinée, la réponse immunitaire est beaucoup plus rapide et plus puissante que chez le non vacciné. C'est ce que confirme une étude parue dans le «Lancet Infectious Diseases». Ainsi, la vaccination réduit finalement le risque d'infection par le variant delta, écrivent les auteurs de l'étude.

Les personnes vaccinées peuvent transmettre le virus pendant environ trois jours, mais pour les personnes non vaccinées, cette durée s'élève à sept jours. Sur le plan épidémiologique, ces quatre jours représentent une grande différence. Ce temps d'infection plus court des personnes vaccinées a moins d'effet dans leur propre foyer, mais il a un effet à l'extérieur.

Une étude britannique parue dans la revue Science montre qu'en Grande-Bretagne, la troisième vague s'est déclenchée principalement chez des personnes plus jeunes et non vaccinées. L'Institut Robert Koch a déclaré cette semaine que le risque que des personnes soient infectées et transmettent le virus malgré la vaccination est considérablement réduit.

Au départ, on disait que les percées vaccinales se produisaient principalement chez les personnes âgées. Cela a-t-il changé?

On peut contracter le virus même en étant vacciné à tout âge, car la protection du vaccin contre le virus n'est pas garantie à 100%. La protection conférée par le vaccin diminue graduellement avec le temps.

En général, la protection contre l'infection diminue plus fortement que la protection contre l'hospitalisation et le décès. Cette protection diminue également après six mois, surtout chez les enfants les plus âgés, car ils n'atteignent pas le même niveau d'immunisation avec les deux premières doses que les plus jeunes.

La vaccination de rappel permet-elle d'éviter les percées vaccinales?

Comme la réponse immunitaire des personnes âgées n'est pas aussi élevée après deux doses que chez les plus jeunes, le rappel pour les plus âgés doit se faire le plus tôt possible.

Pour les plus jeunes, les immunologues ne se sont pas encore mis d'accord. Une récente étude suédoise a également constaté une baisse de la protection chez les personnes de 50 ans, ce qui justifierait un rappel pour les plus jeunes. D'autres immunologues demandent plus de temps avant de trancher.

Où se situe le taux de vaccination de la Suisse en comparaison internationale?

Dans l'UE, 64,5 % de la population totale a été complètement vaccinées et 69,2 % a reçu une seule dose. La Suisse en compte respectivement 64,1 % et 66,2 %. Parmi la population adulte et adolescente de 12 ans et plus, 73 % sont complètement vaccinés.

Certains prétendent qu'il y a plus de décès chez les vaccinés que chez les non-vaccinés, est-ce vrai ?

Non. La proportion de personnes décédées et qui étaient vaccinées a augmenté avec l'arrivée du variant Delta, beaucoup plus dangereux. Une autre raison est le déclin de la protection vaccinale chez les personnes âgées après six mois.

La proportion plus élevée de décès chez les personnes vaccinées est principalement due au fait que deux tiers des personnes décédées ont plus de 80 ans. En Suisse, cependant, environ 90 % de ces personnes sont vaccinées. Dans ce grand groupe de 400 000 personnes âgées vaccinées, à peu près le même nombre est décédé que dans le groupe de
50 000 personnes non vaccinées. Cette donnée montre que la proportion des personnes décédées est beaucoup plus élevée chez les non-vaccinés que vaccinés.

Marre des sujets Covid? Voici 10 ans de conseillers fédéraux avec des gorets dans les bras

1 / 12
10 ans de conseillers fédéraux avec des gorets dans les bras
source: keystone / gian ehrenzeller
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
6 points sur la votation autour de «la transparence des partis» dans le Jura
Dans le canton du Jura, les quatre objets fédéraux ne sont pas les seuls à être au centre du débat. Les Jurassiens devront aussi se prononcer sur l'initiative cantonale «Partis politiques: place à la transparence!» et son contre-projet.

Une votation toute particulière est prévue dans le canton du Jura. Dimanche 13 février 2022, les Jurassiens se rendront aux urnes afin de se prononcer sur la transparence du financement des partis politiques. Ils devront alors choisir entre le l'initiative validée en 2020 et le contre-projet mis en place en 2021.

L’article