DE | FR

La troisième dose est-elle pour bientôt?

Bild

Image: Shutterstock

Au Royaume-Uni, on pense déjà à la troisième dose. Aux États-Unis, Pfizer et Moderna lancent les premières enquêtes visant à déterminer non pas si, mais quand un vaccin de rappel serait nécessaire.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story

christoph bopp / ch media



Pfizer et Moderna font déjà des essais. Leurs vaccins à ARNm nécessitent-ils une troisième dose, comme une sorte de vaccin de «rappel»? Certains experts américains la recommandent pour septembre/octobre dans tous les cas, car le virus se transmet de manière plus importante à l'automne.

Entre-temps, de nombreuses personnes auront déjà été vaccinées et l'on sait que les vaccins protègent très bien contre les infections et surtout contre les formes graves de la maladie. Néanmoins, les recherches dans le domaine ne sont pas très nombreuses, a déclaré le virologue Barton Haynes de l'université Duke au Washington Post.

Trois questions restent ouvertes

  1. Une fois vacciné, quelle est la durée de l’immunité?
  2. Est-il nécessaire de faire un rappel? Si oui, est-il permis de mélanger les vaccins?
  3. Dans quelle mesure les vaccins protègent-ils contre les nouveaux variants du virus?

Et les anticorps s'effacent...

Les vaccins sont censés rendre le système immunitaire apte à lutter contre le virus. Pour ce faire, il produit des anticorps qui se lient au virus envahissant et le rendent inoffensif. Mais il y a des réinfections et nous savons aussi que le nombre d'anticorps diminue, dans certains cas assez rapidement.

L'expérience de l'immunité contre d'autres coronavirus (pas celui à l'origine du Covid-19 donc) montre que les défenses immunitaires s'affaiblissent. Dans le cas de l'OC43, qui provoque des rhumes, elle dure environ un an. Le coronavirus 229E produit des anticorps, mais pas suffisamment pour protéger contre l'infection par le Sars-Cov-2.

Il semble que dans une période d'environ six mois après la deuxième dose, le taux d'anticorps dans le sang peut descendre en dessous d'un niveau qui empêche l'infection. Cela prouverait la nécessité d'une vaccination de rappel.

Rien ne s'oppose à un cocktail de vaccins

Bien entendu, ce sont les scientifiques qui doivent répondre à la question de savoir si une troisième vaccination est nécessaire, et non les entreprises pharmaceutiques. Cela permet aussi de savoir si les vaccins doivent être mélangés. Si un booster Pfizer fonctionne aussi bien après deux doses de Moderna que l'inverse. D’un point de vue technique, rien ne semble s'y opposer.

Les deux sociétés expérimentent déjà le développement de nouveaux vaccins qui tiennent compte des nouvelles variantes. En Angleterre, cependant, il a été observé que le mélange d'une dose de Pfizer avec une dose d'Astrazeneca a produit des effets secondaires plus forts et plus fréquents. Il semble donc plus raisonnable d'utiliser le même vaccin auquel on a déjà bien réagi.

Et comment se termine la course contre le virus?

Il semblerait que les vaccins soient si efficaces qu'ils feront disparaître le virus. La revue Nature a mené une enquête. 89% des 119 scientifiques de 23 pays interrogés ont estimé qu'il était au moins «probable» que le virus devienne endémique. Autrement dit qu’il frappera par périodes, comme d'autres maladies infectieuses.

Un scénario similaire à celui de la rougeole serait concevable. Ainsi, certaines régions deviendraient dispensées du Covid-19 grâce au nombre de personnes vaccinées et à l'immunité collective, tandis que d'autres connaîtraient des épidémies à répétition. Cela ressemble à un schéma similaire dont nous traitons la grippe actuellement.

Il y a cependant des différences. Certes, nous ne savons pas encore comment le Sars-Cov-2 va évoluer. Tant que l'incidence est élevée dans certains pays, il continuera à muter. Cependant, la protéine du coronavirus n'est pas aussi mutable que l'hémagglutinine, la protéine de surface du virus de la grippe. C’est pour cette raison que le vaccin contre la grippe est nécessaire chaque année.

Article traduit et adapté de l'allemand par Sejla Besic.

Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin

1 / 12
Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin
source: sda / clemens bilan
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le vaccin et le Covid

Les 5 questions que pose le vaccin testé sur les enfants

Link zum Artikel

Ce qu'il faut savoir sur le nouveau vaccin Curevac commandé par la Suisse

Link zum Artikel

Un «super vaccin» suisse pour sauver le monde du Covid-19

Link zum Artikel

Jeunes et vaccin: «Ce n'est pas correct qu'on soit toujours les derniers!»

Link zum Artikel

Passeports, autotests, hausse des cas: le point sur la situation

Les experts de la Confédération se sont exprimés mardi après-midi lors d'un point presse. Voici ce qu'il faut retenir.

Les experts de l'OFSP ont fait un point sur la situation sanitaire en Suisse mardi après-midi.

Au menu: un certificat Covid-19 reconnu au niveau international d'ici l'été, une hausse des cas et des autotests disponibles en pharmacie d'ici le milieu de semaine prochaine. Tour d'horizon des points à retenir.

La Suisse comptait mardi 1923 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'OFSP. La tendance à la hausse du nombre de cas se poursuit depuis février, a relevé …

Lire l’article
Link zum Artikel