DE | FR
Récolte d'abricots en Valais. Juillet 2002.
Récolte d'abricots en Valais. Juillet 2002.Image: KEYSTONE

Gel en vue: les producteurs d'abricots valaisans retiennent leur souffle

A Martigny, le producteur d'abricots Bernard Lucciarini, après une récolte 2021 calamiteuse, craint le gel nocturne annoncé pour la fin de la semaine.
30.03.2022, 11:4630.03.2022, 14:05

L'année passée, à cause du gel exceptionnel d'avril, Bernard Lucciarini, arboriculteur à Martigny, en Valais, a perdu 80% de sa récolte d'abricots. Or voilà qu'on annonce des températures en dessous de zéro pour la fin de la semaine. Pas de chance, car la floraison touche à sa fin et va bientôt laisser le fruit à nu. «Lorsque l'arbre est en fleur, les pétales protègent le fruit, qui résiste alors mieux au gel», explique Bernard Lucciarini, avec sa femme à la tête d'une exploitation d'environ onze hectares, le domaine de Courvieux.

Le couple n'a pas du tout envie de revivre l'horrible mésaventure de 2021. «Nous, les producteurs d'abricots, on avait été plus touchés que les vignerons par le gel», se souvient-il. Hégémonique producteur d'abricots (97% du total suisse), le Valais en fournit huit millions de kilos en année normale.

Comment prémunir le fruit encore frêle des attaques mordantes du gel? «On arrose les arbres avec de l'eau», répond Bernard Lucciarini, originaire des Marches, en Italie:

«L'eau, en gelant, forme une pellicule qui maintient la température à la surface du fruit à -0,5°C, le protégeant ainsi contre des températures plus froides.»

Mais attention, il ne faut pas que le gel revienne sitôt fondue la pellicule d'eau, sinon, le froid se fait encore plus intense et «grille» le fruit. «Le noyau gèle, noircit, entraînant la chute de l'abricot en formation», détaille l'arboriculteur martignerain.

Actes de malveillance

Lorsqu'il gèle la nuit, Bernard Lucciarini est dans ses vergers. Pour observer l'état de ses arbres, mais aussi pour empêcher les «actes de malveillance», des gestes souvent purement gratuits, visant ses tuyaux d'eau et petits moteurs.

«Le gel, ça commence à bien faire», dit-il. En 2017, les abricotiers de Bernard Lucciarini avaient échappé comme par miracle à une offensive de froid intense qui avait provoqué de gros dégâts partout en Valais. Les trois jours de gel nocturne annoncés pour la fin de la semaine, venant après une longue période de redoux, menacent aussi les cerisiers, toutefois bien moins nombreux que les abricotiers en terre valaisanne. La récolte des abricots, écoulés tels des fruits patriotiques en magasins ou transformés en abricotine, cette eau-de-vie au soyeux fumet, ne commencera pas avant l'été.

Et la vigne?

La vigne, elle, devrait traverser sans dommage la brève parenthèse de gel attendue. «Les bourgeons ne sont pas encore développés», respire de soulagement un vigneron du Jura bernois, salement touché l'an dernier comme tous ses confrères romands par la flambée hivernale d'avril.

Un peu de détente... Copin comme cochon: Megève

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
500 kilos de cocaïne chez Nespresso, voici ce qui a «mal tourné»
Début mai, 500 kilos de cocaïne ont été retrouvés dans une vingtaine de sacs de café à l'usine Nespresso de Romont. Comment cela a-t-il pu arriver? Paul Meyer, ex-trafiquant l'a expliqué à la RTS.

Pour rappel, début mai, des employés de l'usine Nespresso à Romont ont découvert des sacs remplis de poudre blanche: le café qui devait être livré avait été remplacé par de la cocaïne.

L’article