DE | FR
Bild

kestone/shutterstock

Le Valais oblige les élèves non-vaccinés à porter un masque en cours

Pour cette rentrée scolaire, les élèves et les professeurs non-vaccinés seront obligés de porter un masque. Des contrôles ponctuels seront réalisés.



Dans les écoles valaisannes, la vaccination aura un poids tout particulier cette année. Pour la rentrée scolaire, le Valais fait le choix d'imposer le masque aux non- vaccinés. Cette mesure de lutte contre le coronavirus concernera les élèves et les professeurs à partir du secondaire II (pour la maturité ou les apprentis CFC):

«Les enseignants de tous les degrés et les étudiants et apprentis dès le secondaire II vaccinés et/ou guéris depuis moins de six mois sont dispensés du port du masque et de quarantaine»

Canton du Valais, dans un communiqué.

Comment le canton compte-t-il mettre en oeuvre ce choix? «Des contrôles ponctuels seront réalisés par les écoles, mais il sera de la responsabilité de chacun de venir en cours en respectant les règles en fonction de ses choix et de son statut immunitaire», répond le Département de l’économie et de la formation.

Cette différenciation des mesures selon le statut immunitaire concernera quelque 18 600 étudiants et 1400 professeurs.

Pour les autres degrés

Pour les autres degrés d’étude, la rentrée se veut la plus normale possible:

Pour les enseignants et les collaborateurs des écoles, la vaccination est encouragée. Là aussi, l’obligation de port du masque est levée pour les personnes vaccinées et/ou guéries depuis moins de 6 mois.

Globalement, l’objectif du canton du Valais est de garantir la poursuite des cours et «un déroulement d’une année scolaire presque normale». Il veut aussi être prêt à réagir rapidement à toute évolution de la situation.

Pour l’instant, le Valais semble être le premier canton à prendre une telle mesure de différenciation. La plupart des autres cantons se prononceront ces prochains jours sur leur stratégie pour la rentrée scolaire.

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Est-ce que le covid long existe vraiment? On fait le point.

Plus d'interviews sur le Covid:

«Arrêtons de collecter partout des virus et d'en faire n’importe quoi»

Link zum Artikel

Vous n'y comprenez plus rien au variant Delta? On décortique

Link zum Artikel

«On entend très peu la majorité silencieuse qui fait confiance au vaccin»

Link zum Artikel

Les jeunes face au Covid: une génération sacrifiée? «Non, ce serait exagéré»

Link zum Artikel

Londres débloque une aide pour l'éducation des filles

La pandémie de coronavirus a aggravé les obstacles déjà existants à la scolarisation des petites filles, comme la pauvreté, les violences sexistes et les mariages d'enfants.

Le Royaume-Uni a accordé mercredi 12 mai un financement de 55 millions de livres (64 millions d'euros) à un programme soutenant la scolarisation des petites filles dans les pays en développement. Il s'agit d'un plan pour scolariser 40 millions d'écolières supplémentaires d'ici 2026.

Cette somme sera octroyée à What Works Hub for Global Education. Un nouveau programme» de recherche qui conseillera les gouvernements d'Afrique et d'Asie sur les moyens les plus efficaces et rentables de réformer …

Lire l’article
Link zum Artikel