DE | FR

Holcim ne sera pas poursuivi pour avoir démoli la maison des zadistes

Bild

Le canton de Vaud renonce à dénoncer Holcim qui avait détruit sans autorisation la bâtisse du plateau de la Birette peu après l'évacuation de la Zad du Mormont à Eclépens (VD).



L'infraction n'est pas suffisamment grave pour être poursuivie pénalement, selon le Département du territoire et des institutions (DIS).

Le canton a pris cette décision à l’issue de l’examen rétroactif des procédures, a indiqué mercredi un porte-parole du DIS. Il confirmait une information publiée par 24 heures.

Pour rappel, le cimentier Holcim avait fait démolir début avril la maison dont il est propriétaire et qui était inhabitée depuis des années. Ce, quelques jours après l'évacuation de la Zad et sans autorisation formelle du canton. (ats)

Le combat de la ZAD en quelques images

1 / 7
Le combat de la ZAD en quelques images
source: keystone / laurent gillieron
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Au Mormont, ça chauffe

Plus d'articles sur la ZAD du Mormont

Chute du zadiste de son arbre et manif' à Lausanne, on fait le point

Link zum Artikel

Pourquoi la police vaudoise a tweeté comme jamais depuis la ZAD

Link zum Artikel

Suivi de la journée d'évacuation de la ZAD du Mormont

Link zum Artikel

La ZAD de la colline du Mormont n'est pas une «vaudoiserie»

Link zum Artikel

La Sarraz, quelques heures avant l’évacuation de la ZAD de Mormont

Link zum Artikel

1500 manifestants en soutien aux Zadistes à Lausanne

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Thèmes

Le géant de l’agrochimie Monsanto ramasse 400 000 euros d’amende

Personnalités publiques, journalistes et militants ont été fichés illégalement par l’entreprise d’agrochimie Monsanto en France. Résultat: une grosse prune.

Le gendarme français des données personnelles (la Cnil) a prononcé mercredi à l'encontre de l'agrochimiste Monsanto (propriété de Bayer) une amende administrative de 400 000 euros, soit l’équivalent de 432 000 francs suisses.

Sa faute: avoir fiché illégalement quelque 200 personnes, dont des personnalités publiques, des journalistes et des militants. L’objectif était d'influencer le débat public sur l'interdiction du glyphosate.

Le régulateur, destinataire de 7 plaintes «émanant notamment de …

Lire l’article
Link zum Artikel