DE | FR
Bild

Beaucoup de gens ont quitté les villes ces derniers mois, comme ici à Berne. keystone

Pourquoi de plus en plus de Suisses quittent la ville

Pendant des années, la population des grandes villes suisses a augmenté. Mais ces derniers mois, les citadins sont de plus en plus nombreux à la quitter. S'agit-il d'un «effet Covid» ou du début d'un renversement de tendance? Explications.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story

stefan ehrbar / ch media



Au cours des 18 derniers mois, un habitant par jour en moyenne, a quitté la ville de Berne, sans jamais revenir. Entre janvier 2020 et fin juin 2021, la ville fédérale a perdu 516 habitants. Et elle n'est pas la seule. Ces derniers mois, de nombreuses villes suisses, auparavant en plein essor, ont connu un recul ou une croissance nettement inférieure à celle du pays dans son ensemble.

Les six villes suisses de plus de 100 000 habitants - en termes de taille: Zurich, Genève, Bâle, Lausanne, Berne et Winterthur - ont été touchées, mais pas toutes de la même intensité. Ainsi, à Winterthur, la population s'est développée même pendant la pandémie. Lausanne, elle, a perdu près de 0,6 % de sa population résidente depuis le début de l'année 2020. À Berne, un peu moins de 0,4 %, à Genève 0,04 %.

Baisse du personnel diplomatique

Le maire de Berne, Alec von Graffenried, explique que la légère baisse en 2020 est due au fait que le personnel diplomatique a diminué d'environ 10% en raison de la pandémie.

«Si ce taux était resté constant, il y aurait eu une croissance du nombre d'habitants»

Alec von Graffenried, maire de Berne

En revanche, pour l'année en cours, la ville observe avant tout un solde migratoire négatif. Dans une publication de l'Union des villes suisses, Thomas Holzer, responsable des statistiques de la ville, analyse le phénomène comme n'étant pas lié à l'émigration. Il est en effet inférieur à celui des cinq dernières années. En parallèle, moins de personnes venant de l'étranger se sont installées dans la ville.

Les citadins plient bagage

Les chiffres de l'immigration en provenance d'autres communes suisses sont restés au niveau attendu, «alors que l'émigration a été très élevée pendant de nombreux mois», explique Thomas Holzer. Cette évolution s'est poursuivie jusqu'à présent, en 2021. En d'autres termes, la densité des villes ne diminue pas parce que les étrangers rentrent chez eux ou que la population rurale ne veut plus vivre en ville, mais parce que les citadins s'en vont.

Une tendance qui pourrait se poursuivre même après la crise du Covid-19. Ces dernières années, la population de la capitale suisse a augmenté plus vite que les logements existants, explique Alec von Graffenried. Cela signifie qu'un plus grand nombre de personnes partagent un même appartement et que le nombre d'appartements vides est en constante diminution.

Les gens veulent plus de surface habitable

Au 1er juin, le taux d'inoccupation dans la ville de Berne était de 0,54 %, soit 0,04 % de moins qu'un an auparavant.« Cela signifie que, contrairement à la tendance de ces dernières années, le taux d'occupation des appartements a de nouveau légèrement augmenté», indique von Graffenried. Cela peut s'expliquer par la pandémie et les mesures qui en découlent, comme l'obligation du télétravail:

«En ce moment, les gens recherchent un espace de vie plus grand»

La ville de Berne reste attractive

Et cela pourrait continuer comme ça. «Nous constatons que la plupart des personnes qui quittent la ville de Berne s'installent dans une commune environnante ou dans une commune de l'agglomération pour satisfaire leur demande d’une plus grande surface habitable. Si le télétravail s'impose comme une forme de travail après la pandémie, il est possible que l'augmentation des besoins en espace confirme cette nouvelle tendance.»

La ville de Berne reste toutefois attractive en raison de la qualité de logement et de vie qu'elle offre.

Bild

Berne s’accroît même après la pandémie, affirme le maire de la ville

«La construction résidentielle va gagner en dynamisme à Berne, de sorte que la ville continuera à connaître une croissance solide»

Pas de renversement de tendance

En outre, la perte de population pendant la crise du Covid-19 n'est pas une exclusivité bernoise. Récemment, le phénomène a également touché des villes qui étaient encore en croissance en 2020. La ville de Zurich, par exemple, a également perdu des habitants au cours des cinq premiers mois de cette année, avec un déficit de 0,03 %.

«Actuellement, nous ne voyons pas de renversement de tendance»

Michael Wilke, responsable du Bureau de la diversité et de l'intégration du canton

À Bâle, un recul de 0,4 % a été enregistré au cours du premier semestre. Il n'y a pourtant aucun signe d'une baisse de la population à long terme. «La ville de Bâle, le canton de Bâle-Ville et région sont en croissance depuis des années», explique Michael Wilke, responsable du Bureau de la diversité et de l'intégration du canton.

Un effet Covid? «C'est trop tôt pour le dire»

Les fluctuations de quelques centaines de personnes sont principalement dues aux changements dans l'offre de logements. «Il semble trop tôt pour tirer des conclusions sur un éventuel effet Covid», explique Michael Wilke.

La population résidente de la ville de Bâle devrait augmenter d'au moins 10% d'ici 2045. Ce serait moins que la population totale de la Suisse. Selon le scénario de référence du gouvernement, ce chiffre devrait augmenter de 19% d'ici 2045. En effet, la ville de Bâle est limitée par sa superficie d'un peu moins de 23 kilomètres carrés, poursuit le Bâlois.

«La croissance démographique n'est possible qu'en poursuivant la densification interne. Les possibilités limitées conduisent à une croissance en dehors du cœur de la ville»

Le taux de croissance actuel ne serait donc pas problématique. Ce n'est pas le signe d'une réduction de l’attractivité ou de performances économiques en baisse. «Il ne dépend que de la disponibilité limitée de zones habitables à l'intérieur des frontières cantonales»

Le discours est similaire à Winterthur, la ville qui s'est le plus développée récemment. Bien que la croissance en 2020 ait été la plus faible depuis dix ans, selon Fritz Zollinger, responsable du développement urbain, la ville s'attend à une croissance annuelle de plus de 1% au cours des prochaines années. Winterthur est une ville attrayante. Les correspondances des transports, notamment avec la ville de Zurich, sont excellentes. Mais un autre élément devrait être décisif. Fritz Zollinger, s'explique:

«De nombreuses surfaces habitables de bonne qualité à des prix abordables - inférieurs à celles de Zurich - continuent d'être construites et proposées sur le marché»

Ce n'est pas le cas dans de nombreuses autres grandes villes : à Zurich, par exemple, les prix des appartements à louer ont augmenté de 1,6 % en 2020. La demande continue de dépasser l'offre. Ainsi, la perte de densité des villes pourrait bien s'avérer n'être qu'un bref interlude.

Si Dubaï est une ville qui vous fascine...

1 / 10
Si Dubaï vous fascine, voici d'autres photos
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le nouveau plan de Biden impose le vaccin à 80 millions de salariés

La Maison-Blanche veut également faciliter les tests de dépistage et prolonger le port du masque aux voyages et bâtiments fédéraux pour freiner l'épidémie.

Le président américain Joe Biden a présenté jeudi un plan «courageux et ambitieux» pour renforcer la lutte contre le Covid-19 aux Etats-Unis. La vaccination sera notamment obligatoire pour des millions de salariés des secteurs public et privé.

Cette nouvelle «stratégie», déclinée en six volets, vise à convaincre les 80 millions d'Américains encore non vaccinés. Elle intervient alors que Joe Biden a subi cet été plusieurs revers sur les fronts sanitaire, économique et politique, …

Lire l’article
Link zum Artikel