DE | FR

Sur Instagram, un paraplégique se joue des absurdités architecturales

SHUTTERSTOCK/dR
Benoît Dumont, paraplégique, tient un compte Instagram dédié aux problèmes liés à l’accessibilité pour les personnes en fauteuil. Le contenu qu'il propose est à la fois tragique et fascinant.
17.04.2021, 17:5819.04.2021, 09:25

Rampe inutilisable, mauvaise signalétique ou incohérences urbaines: ces images, parfois personnelles, parfois piochées sur le net, font sourire tant elles relèvent du non-sens. Et pourtant, elles sont toutes véridiques.

Sur son compte Instagram Benoît Dumont, paraplégique de 36 ans, les collectionne.

Benoît Dumont a commencé son compte Instagram en juillet 2019.
Benoît Dumont a commencé son compte Instagram en juillet 2019.DR

Panorama sur l'accessibilité

Ce projet, baptisé «Fullaccess», il l'a débuté il y a plusieurs années. «Dans ma vie de tous les jours, j’ai été très vite confronté aux problèmes liés à l’accessibilité», raconte-il. C'est comme ça que lui est venue l'idée de rassembler ces clichés sur une même plateforme.

Les publications ne sont ni datées ni accompagnées de leur localisation. Le graphiste originaire de Haute-Savoie s'explique:

«Le but n'est pas de dénoncer mais de livrer un panorama auxquelles les personnes à mobilité réduite sont confrontées, au quotidien»

Le bon sens, il est où?

Ces photos, qui déconcertent, rappellent à quel point la vie en fauteuil roulant peut-être un véritable casse-tête au quotidien.

De part leurs absurdités, elles créent une certaine fascination chez le trentenaire: «Comment une personne avec un minimum de bon sens a pu réaliser cela?», interroge-t-il. Mais il tient tout de même à souligner:

«Dans une majeure partie des cas, la volonté de bien faire est là. Il s'agit davantage d’une mauvaise connaissance des contraintes de l’accessibilité, preuve qu’il reste encore beaucoup de travail à faire dans le domaine»

Des réactions de partout

Ce projet a permis à Benoît d’être en contact avec des personnes qui vivent en fauteuil roulant dans le monde entier. Mais aussi d'échanger avec beaucoup d'autres, qui ne sont pas concernées par le handicap.

«Ces gens réagissent car ils trouvent ces clichés simplement hallucinants»
Benoît Dumont, à l'origine de «Fullaccess»

Parmi son millier de followers, on retrouve aussi:

  • Des photographes
  • Des amateurs d'architecture
  • Des comptes humoristiques, pourvoyeurs de «fails»
Le handicap en Suisse
On parle de «handicap» lorsqu’un problème de santé affecte les fonctions et les structures anatomiques de la personne, sa capacité à réaliser certaines activités ou ses performances dans son environnement social. Selon l'Office fédérale de la statistique (OFS), la Suisse compte environ 1,7 millions de personnes dans cette situation, soit environ 1 personne sur 5. Pour ProInfirmis, ces personnes sont, aujourd’hui encore, désavantagées dans beaucoup de domaines.

C'est quoi la suite?

L'association genevoise «Club en fauteuil roulant» a inscrit Benoît pour qu'il puisse, s'il est retenu, participer à l'amélioration de l'accessibilité en ville de Genève.

Le projet, conduit sur l'ensemble de la Suisse, prévoit d’évaluer «160 points d’intérêts» de la ville: musées, bâtiments ouverts au public ou lieux de loisirs.

Pour vous, voici un petit best of de Fullaccess

Partagez vos photos!
Vous aussi, vous êtes témoins de ce genre d'absurdités architecturales? Envoyez vos photos à Benoît Dumont à hello@fullaccess.cc. Il les publiera peut-être!
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elles ne sont pas punies pour avoir manifesté seins nus, mais pour autre chose
Six personnes ont comparu, jeudi, devant le Tribunal de police de Lausanne. Elles contestaient leur condamnation pour avoir manifesté seins nus. Et le juge les a entendues, mais les condamne pour autre chose.

Le verdict est tombé, jeudi après-midi, pour les six personnes qui avaient manifesté – avec une vingtaine d'autres – torse nu, à Lausanne, le 8 mars 2021. Elles comparaissent, en effet, pour habillement contraire à la décence. Leurs avocates avaient plaidé l'acquittement.

L’article