DE | FR

La violence augmente massivement en Suisse et c'est inquiétant

La pandémie de Covid-19, entre autres, a souligné une augmentation de la violence dans notre pays, selon Nicoletta della Valle, directrice de l'Office fédéral de la police (fedpol).
13.04.2022, 11:4513.04.2022, 12:16
Des policiers de Fedpol sécurisent l'entrée du Palais fédéral avant le début de la session d'automne des Chambres fédérales, le lundi 13 septembre 2021 à Berne.
Des policiers de Fedpol sécurisent l'entrée du Palais fédéral avant le début de la session d'automne des Chambres fédérales, le lundi 13 septembre 2021 à Berne.Image: KEYSTONE

C'est dans une interview publiée mercredi, par les journaux de Tamedia, que Nicoletta della Valle a fait état de la situation suivante: En Suisse, le recours à la violence augmente. Parmi les cas concernés, on compte certaines personnes armées et d'autres ayant des antécédents criminels, a-t-elle relevé.

De nombreuses personnalités politiques liées d'une manière ou d'une autre à la pandémie, ainsi que leurs familles, sont victimes de menaces dans une mesure jamais vue auparavant. De nombreux politiciens sont désormais habitués aux insultes et les cas ne sont même plus signalés. Cela témoigne d'une pauvreté pour la culture politique en Suisse, estime la directrice de l'Office fédéral de la police (fedpol).

Si les menaces arrivaient, autrefois, par courrier, des messages de haine sont aujourd'hui publiés sur Internet, ce qui peut encourager n'importe qui à passer à l'acte. Cette nouvelle dimension est inquiétante.

Les gros moyens ont été employés

Della Valle a rappelé que le conseiller fédéral Alain Berset et sa famille bénéficient, depuis un an et demi, d'une protection rapprochée, ce qui mobilise beaucoup de ressources pour les services de police mandatés. Parmi les personnes à protéger, figurent également:

  • Tous les membres du Conseil fédéral et du Parlement.
  • Des employés et juges fédéraux.
  • Les représentations diplomatiques et les hôtes de l'Etat.

En Suisse, plusieurs cas graves de menaces ont récemment été révélés. Pour rappel, le président de la Commission fédérale pour les vaccinations, Christoph Berger, a été enlevé dans le but de lui extorquer de l'argent. L'ancien conseiller aux Etats (PLR/TI) Dick Marty vit sous haute protection policière depuis plus d'un an, suite à des menaces de mort. (ats/sia)

Roger Federer promeut la Suisse avec Anne Hathaway

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pas de matériel de guerre suisse en Ukraine: le paradoxe de la neutralité
La neutralité armée implique que la Suisse dispose de sa propre industrie d'armement. L'interdiction de livrer des armes contenant des composants suisses remet en question ce système. La ministre de la Défense Viola Amherd s'est exprimée sur cette contradiction.

L'interprétation de la neutralité de la Suisse anime les débats. Au niveau national, les présidents du PLR et du Centre critiquent fortement la situation. Au niveau international, le vice-chancelier allemand Robert Habeck a déclaré dimanche à Davos: «Si l'on refuse de livrer des armes, on ne fait plus la différence entre l'agresseur et l'agressé. Une loi qui est quasiment aveugle à la Russie et à l'Ukraine est une loi qui ne comprend plus la réalité.» Le président letton, Egils Levits, a lui aussi déclaré:

L’article