DE | FR

Les véhicules autonomes devront bientôt passer un test oculaire

Image: Shutterstock
L'Empa, le laboratoire fédéral de recherche, cherche à développer un test oculaire qui permettrait de déterminer si les capteurs des voitures autonomes fonctionnent sur le long terme.
27.04.2021, 14:1830.04.2021, 17:20

Les chercheurs de l'Empa développent un test oculaire pour les véhicules autonomes. L'objectif est de déterminer si les capteurs de ces voitures fonctionnent toujours correctement après plusieurs années.

«Tout conducteur humain doit passer un examen de la vue, afin de pouvoir obtenir un permis de conduire. Nous voulons développer un test visuel pour les véhicules autonomes, afin qu'ils soient fiables même lorsqu'ils ont plusieurs années et des milliers de kilomètres au compteur»
Miriam Elser, chercheuse à l'Empa, le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche.

La qualité des capteurs joue un rôle important dans l'homologation éventuelle des voitures à conduite autonome pour les transports publics. La sécurité de fonctionnement de ces voitures relève de la compétence de l'Office fédéral des routes (OFROU).

Avec ça, les auditions de témoins

L'organisme routier veut pouvoir évaluer la fonctionnalité des systèmes autonomes à intervalles réguliers et indépendamment des fabricants. Les experts veulent aussi pouvoir mener une sorte «d'audition de témoins», si une voiture autonome a été impliquée dans un accident. Il s'agit de déterminer quelles données récoltées par les capteurs doivent être stockées dans la voiture et être rendues accessibles pour les enquêtes.

Le projet est cofinancé par Innosuisse, l'Office fédéral des routes et des partenaires commerciaux. L'Empa étudie les capteurs disponibles dans le commerce et utilisés dans la pratique. L'Institut fédéral de métrologie analyse ces mêmes capteurs en laboratoire. (ats)

World of watson: la drague en français ou en schwyzerdütsch

Vidéo: watson

15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer

1 / 19
15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer
source: twitter/i drink good
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Le lobby de l'argent freine la lutte contre la mafia en Suisse»
La lutte contre le crime organisé a toujours été difficile en Suisse, déplorent deux spécialistes. Si peu de progrès ont été faits depuis 50 ans, les choses pourraient commencer à bouger.

La journaliste d’investigation Madeleine Rossi était en train de boire un café dans la vieille ville de Lucerne. Un rédacteur en chef d'un média romand s'est alors manifesté. Il lui a demandé son avis sur l’affaire Nespresso, où 500 kilos de cocaïne ont été découverts dans une usine à Romont. En quête d’explications, il était logique que les médias se tournent vers une des grandes spécialistes de la mafia italienne en Suisse.

L’article