DE | FR

Les véhicules autonomes devront bientôt passer un test oculaire

véhicule autonome chercheurs scientifique robot test oculaire sciences empa

Image: Shutterstock

L'Empa, le laboratoire fédéral de recherche, cherche à développer un test oculaire qui permettrait de déterminer si les capteurs des voitures autonomes fonctionnent sur le long terme.



Les chercheurs de l'Empa développent un test oculaire pour les véhicules autonomes. L'objectif est de déterminer si les capteurs de ces voitures fonctionnent toujours correctement après plusieurs années.

«Tout conducteur humain doit passer un examen de la vue, afin de pouvoir obtenir un permis de conduire. Nous voulons développer un test visuel pour les véhicules autonomes, afin qu'ils soient fiables même lorsqu'ils ont plusieurs années et des milliers de kilomètres au compteur»

Miriam Elser, chercheuse à l'Empa, le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche.

La qualité des capteurs joue un rôle important dans l'homologation éventuelle des voitures à conduite autonome pour les transports publics. La sécurité de fonctionnement de ces voitures relève de la compétence de l'Office fédéral des routes (OFROU).

Avec ça, les auditions de témoins

L'organisme routier veut pouvoir évaluer la fonctionnalité des systèmes autonomes à intervalles réguliers et indépendamment des fabricants. Les experts veulent aussi pouvoir mener une sorte «d'audition de témoins», si une voiture autonome a été impliquée dans un accident. Il s'agit de déterminer quelles données récoltées par les capteurs doivent être stockées dans la voiture et être rendues accessibles pour les enquêtes.

Le projet est cofinancé par Innosuisse, l'Office fédéral des routes et des partenaires commerciaux. L'Empa étudie les capteurs disponibles dans le commerce et utilisés dans la pratique. L'Institut fédéral de métrologie analyse ces mêmes capteurs en laboratoire. (ats)

World of watson: la drague en français ou en schwyzerdütsch

Vidéo: watson

15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer

1 / 19
15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer
source: twitter/i drink good
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de prison

Link zum Artikel

Taylor Swift première femme sacrée «icône mondiale» aux Brit Awards

Link zum Artikel

Les Belges voudraient copier notre fédéralisme, mais est-ce possible?

Link zum Artikel

Burnout, dépression, insomnies, les infirmières appellent à l'aide

Link zum Artikel

On peut prédire s'il y aura beaucoup de tiques, selon une étude suisse

Chaque année, les experts se demandent s'il y aura beaucoup de tiques. Selon une étude neuchâteloise, on a maintenant la réponse: il faut regarder du côté des hêtres.

Si les hêtres ont produit beaucoup de graines, il y aura beaucoup de tiques deux ans plus tard. Voici en substance ce que révèle une étude menée par l'Université de Neuchâtel (Unine) faisant l’objet d’un article dans la revue scientifique Parasites and Vectors. Techniquement, ça marche comment?

Le lien entre les hêtres et la borréliose de Lyme, une infection bactérienne véhiculée par les tiques, constitue une étape importante pour la recherche, relève l'Unine. L'incidence de cette maladie, …

Lire l’article
Link zum Artikel