DE | FR

Quelles conséquences en cas de «non» à Frontex?

Les affiches en faveur de Frontex, mais aussi celles en désaccord se multiplient dans les rues à l'approche des votations du 15 mai.
Les affiches en faveur de Frontex, mais aussi celles en désaccord se multiplient dans les rues à l'approche des votations du 15 mai. Image: sda
Que se passera-t-il en cas de «non» au financement supplémentaire de Frontex ce 15 mai? Une commissaire européenne avertit que les conséquences pourraient être très désavantageuses pour l'Europe et la Suisse.
15.05.2022, 10:42

La commissaire européenne aux affaires intérieures Ylva Johansson met en garde contre un éventuel «non» des Suisses au financement supplémentaire de Frontex. Si la Suisse décide de ne pas respecter ses engagements, il y aura des conséquences, prévient-elle.

«Et la conséquence pourrait bien sûr être la fin de Schengen et de Dublin pour la Suisse», déclare Johansson dans un entretien diffusé samedi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia.

Exclure la Suisse

La sociale-démocrate suédoise de 58 ans estime cependant que l'Union européenne (UE) n'a absolument aucun intérêt à ce que la Suisse sorte de Schengen. «Mais nous avons un accord et nous insisterons pour que la Suisse ne puisse pas choisir quelle partie de l'accord elle veut ou non respecter». L'adhésion à Schengen n'est pas un «menu à la carte», ajoute-t-elle.

Un refus des Suisses déclencherait un mécanisme de règlement des différends, alors que l'accord de Schengen prévoit un délai de 90 jours pour en sortir. «Je ne veux pas spéculer là-dessus maintenant», lâche la commissaire. Mais «nous insisterions pour que la Suisse remplisse ses obligations», précise-t-elle, sans se prononcer sur une éventuelle exclusion de la Suisse.

Hausse des contributions

Les Suisses doivent dire le 15 mai, s'ils veulent reprendre ou non le nouveau règlement de l'UE pour le développement de l'agence européenne de gardes-frontières Frontex. La contribution financière de la Suisse devrait passer de 14 millions à 61 millions de francs par an jusqu'en 2027. Elle devrait également mettre davantage de personnel à la disposition de Frontex. Pour l'instant, une quarantaine de renforts est prévue.

Des organisations défendant les migrants ont lancé un référendum avec le soutien de la gauche. Elles accusent Frontex d'être complice de violations des droits fondamentaux, notamment en participant aux refoulements illégaux le long de la route des Balkans. (sda/ats)

En parlant des votations, la loi Netflix est aussi au coeur des débats.

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Trop d'enfants et personnel à bout: les crèches suisses sont en crise
La pénurie de personnel qualifié s'aggrave, le nombre de places d'accueil a baissé, la qualité pédagogique aussi: les crèches sont en crise, comme le montre une nouvelle enquête dans la branche. L'Association suisse des structures d'accueil de l'enfance demande maintenant plus d'argent pour une offensive de qualité.

«La plupart des enfants quittent l'école au milieu de la vingtaine. Le manque permanent de personnel, la pression: tout cela te détruit», déclare Lara, 27 ans, dans la dernière édition du journal syndical Work. Le titre de l'article est le suivant: «Alerte à la crèche: le secteur se dirige vers d'énormes problèmes».

L’article