DE | FR

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

On est parti à la recherche des discrets opposants au mariage pour tous, en votation le 26 septembre prochain. Depuis le dépôt de leur référendum, ils laissent le champ libre à leurs adversaires.
07.07.2021, 12:5610.08.2021, 17:25

Les partisans du mariage pour tous sont en campagne depuis des mois, occupant les rues et communiquant tous azimuts. Dernière annonce en date: une nouvelle commande de dizaines de milliers de drapeaux arc-en-ciel, qui doivent «inonder le pays». Favorable à la modification de la loi en votation le 26 septembre prochain, le Conseil fédéral s’est lui aussi lancé le 23 juin dernier.

Et les opposants? Silence radio, ou presque, du moins en Suisse romande. Depuis qu’ils ont déposé leur référendum en avril dernier, ils laissent leurs adversaires occuper le terrain, hormis quelques mots d’ordre donnés ici et là, comme le «non» du Parti évangélique ou celui, controversé selon Le Courrier, des Jeunes libéraux-radicaux du canton de Genève.

Sur internet aussi, c’est paisible: on peine même à trouver des informations «officielles» sur la campagne du «non», le site romand des référendaires étant «en construction».

Le site internet francophone du «non»

Alors on a cherché à prendre le pouls du comité référendaire. A chaque fois, les réponses sont un peu évasives… Du côté de l’UDC, le président national Marco Chiesa nous renvoie vers le coordinateur, aussi UDC, Anian Liebrand. Sa brève réponse, par écrit:

«La seule chose que je souhaite dire à ce stade: Nous mènerons campagne et nous communiquerons en temps voulu»
Anian Liebrand

On se tourne alors vers les membres romands du comité. Il y a le conseiller national valaisan Benjamin Roduit (Le Centre/ex-PDC), dont le parti est favorable au mariage pour tous. Il le promet: il y aura bien une campagne, mais «il ne faut pas s’attendre à grand-chose avant le mois d’août». Il y a aussi Jean-Luc Addor, lui aussi valaisan, mais UDC, plus grand parti du pays, mais divisé sur la question.

Pas vraiment au courant des actions prévues, ce dernier nous informe qu’une réunion du comité référendaire a lieu ces jours et nous propose de contacter Olivier Dehaudt, directeur de la Fondation pour la famille. «L’été, la population a autre chose à penser que cette votation. C’est agaçant d’entendre parler de ça ces jours», nous lance celui qui est, avec d’autres, à l’origine du référendum.

Il ajoute:

«Nous nous préparons tranquillement, sans rien précipiter. Nous lancerons notre campagne en temps voulu»
Olivier Dehaudt

On cherche quand même à mieux comprendre pourquoi ils n'ont pas, au moins, organisé un petit quelque chose, notamment à la suite de la conférence de presse du Conseil fédéral pour le traditionnel lancement de campagne.

Pour ce faire, nous avons contacté le politicologue genevois Pascal Sciarini. Il ne s’étonne guère du calme plat qui règne du côté des opposants au mariage pour tous. Il imagine une courte et intense campagne de leur part, dès la rentrée.

Il évoque trois points importants:

  • Le fatigant scrutin du 13 juin
    Il y a un mois à peine, une votation populaire d’importance a monopolisé l'énergie de tout le pays, avec cinq objets soumis au peuple. Ce scrutin a possiblement fatigué les militants, et les partis ne disposent pas de moyens illimités.
  • Une opposition sans campagne
    Il est imaginable que l’UDC, officiellement opposée au mariage pour tous, se refuse à faire campagne activement. Resteraient alors plus que l’UDF (Union démocratique fédérale) et la Fondation pour la famille. Les moyens à disposition pour faire campagne seraient dès lors immanquablement limités.
  • Pour l’UDC, le risque de la division
    Le plus grand parti de Suisse pourrait ne pas prendre le risque de se lancer dans une campagne qui, on le sait, divise en son sein. Cela pourrait l’affaiblir pour les futures échéances politique. Surtout que les questions sociétales ne sont pas vraiment le core business de l’UDC.

Sur le front de la votation du mariage pour tous, l’été ne sera probablement pas très chaud. Chose certaine: Les partisans genevois semblent prêts à poursuivre leurs actions. Ils ont déjà annoncé un second volet de la marche des fiertés (Geneva Pride) dès le 8 septembre.

Pour rire un peu, le conseiller fédéral Ueli Maurer est désormais (aussi) un mème

1 / 13
Ueli Maurer est un mème
source: watson
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Voici ce que le Covid nous réserve pour cet automne
D'après les dernières analyses épidémiologiques, une recrudescence extrême des cas de Covid-19 semble peu probable. La Suisse est sur le point de revenir à une situation sanitaire d'avant 2020.

Les semaines passent et le nombre de nouvelles infections dues au Covid-19 et d'admissions à l'hôpital ne cesse de chuter. L'analyse des eaux usées venant des stations d'épuration suisses (permettant de déterminer les charges virales individuelles) a en effet récemment confirmé la tendance à la baisse.

L’article