DE | FR
La nouvelle Municipalite de la Ville de Lausanne, avec de gauche a droite, Pierre-Antoine Hildbrand, PLR, Florence Germond (PS), Gregoire Junod (PS), Emilie Moeschler (Verts), David Payot (POP), Natacha Litzistorf (Verts) et Xavier Company (Verts) pausent pour une photo de groupe apres l'annonce des resultats du 2eme tour de l'election communale vaudoise ce dimanche 28 mars 2021 a Lausanne. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Le PLR Pierre-Antoine Hildbrand (sans fleurs) paraît bien seul aux côtés des six élus de la gauche à Lausanne. Image: KEYSTONE

Pourquoi la Suisse romande ne vote qu’à gauche (ou presque)

Dimanche a raisonné comme une confirmation: notre coin de pays est à gauche. Très à gauche. C’est elle qui désormais a le contrôle sur la quasi-totalité des villes et des cantons romands. Voilà pourquoi.



A Lausanne, à Yverdon, à Renens, à Nyon, à Vevey, à Montreux. Dans le canton de Genève aussi. Le point commun: ces Municipalités et cet exécutif cantonal ont rejoint dimanche la longue liste des gouvernements (à différents niveaux) de gauche en Suisse romande

Cette journée du 28 mars constitue en effet un nouveau triomphe de la gauche unie, composée des socialistes, des Verts et – parfois – d’une gauche plus «radicale». Il y a bien quelques exceptions, comme le Valais et la ville de Morges, mais ça ne brise pas une tendance qui paraît claire.

Qu’est-ce que ces résultats racontent des sensibilités politiques dans nos villes et dans nos cantons? Vu la poussée des Verts, assistons-nous à un nouveau renforcement de la prise de conscience des problématiques environnementales? Les citadins sont-ils condamnés à vivre avec une politique de gauche? Nos réponses pour comprendre les résultats de ces élections.

Une prise de conscience

Les questions climatiques et environnementales figurent parmi les grandes préoccupations des Suisses depuis plusieurs années. Elles sont particulièrement saillantes depuis 2018 et les premières grèves pour le climat en Europe. Un mouvement qui a touché la Suisse et créé une base électorale solide pour les Verts.

«La population comprend désormais bien la problématique climatique et cela s’est à nouveau traduit dans les urnes ce dimanche. Cette prise de conscience est transversale au sein de l’électorat»

Dominique Bourg, philosophe et prof honoraire à l'Université de Lausanne, spécialiste des questions climatiques.

Tendance lame de fond

Les résultats des Verts dans nos contrées ressemblent à une traduction dans les urnes d’une lame de fond que l’on retrouve ailleurs en Europe. Comme en France où des écologistes ont gagné plusieurs mairies, dont Lyon, Bordeaux ou Annecy. Des experts y voient aussi «une bascule culturelle» qui sourit aux Verts, seul parti à s’y consacrer sérieusement.

«L’impact des élections 2019 a commencé à créer une tendance. C’est à la mode de voter vert ou vert’libéral; les jeunes électeurs en sont assez convaincus»», dit au Temps le politologue Nenad Stojanovic, se gardant toutefois d’analyser un mouvement encore jeune d’un point de vue historique.

Pour Michael Hermann, politologue à l’institut Sotomo, ce mécanisme à l’oeuvre est visible un peu plus tardivement en Suisse romande qu’ailleurs, «alors qu’il est observé depuis plusieurs années déjà dans les pays anglophones et germanophones. Là bas, les partis socialistes se sont ouverts plus rapidement aux questions climatiques.»

Une continuité historique

La gauche au sens large devient dominante dans bon nombre de villes romandes depuis les années 1990 pour deux raisons principales. La première, relevée par Roberto Di Capua, politologue à l’Université de Lausanne:

«Suite à la désindustrialisation, il y a eu un retour en ville des classes moyennes-supérieures. Elle vivait avant plutôt en périphérie des centres urbains et vote plus favorablement le centre-gauche.»

Bild

Roberto Di Capua, politologue à l’Université de Lausanne. DR

«C’est ici que l’on parle du phénomène de gentrification: exclure progressivement les couches populaires des centres-ville pour les pousser en périphérie», explique le politologue.

Là aussi, la Suisse romande rattrape un peu son retard:

«Dans le monde francophone, les centres-ville étaient (et sont encore) habités par une population plus diversifiée. Le retour en ville des populations de couche moyenne-supérieure est intervenu plus tardivement, notamment en raison de la présence des banlieues qui ont freiné ce rapatriement. Désormais, il y a une plus forte dynamique de gentrification en Suisse romande.»

Michael Hermann, politologue à l’institut Sotomo.

Deuxième raison: la transformation du programme politique des socialistes et l'émergence de ce qui deviendra Les Verts. On passe du fameux «capital vs travail» à des propositions ciblant les nouvelles classes moyennes, plus éloignées de la «lutte des classes».

Bref: ce mélange de gentrification et de glissements des idées de la gauche ont créé un terreau optimal pour la réussite de cette «nouvelle gauche» et donc, plus récemment encore, cette gauche hautement écologiste.

Une politique du bien-être

Dans les centres, les partis de centre-gauche défendent aujourd'hui volontiers les projets liés aux «usagers» des services urbains. On peut penser aux espaces verts, aux pistes cyclables, aux crèches ou encore aux projets participatifs.

«À ce propos, il est aussi possible qu’il y ait dans ces élections un effet psychologique supplémentaire lié aux mesures de semi-confinement. Ces couches sociales ne vivent pas en ville pour rester à la maison, mais pour profiter d’un certain mode de vie urbain qui se passe à l'extérieur, avec des regroupements sociaux (vie associative, bars, théâtres, musées, expositions, festivals, etc.).»

Roberto Di Capua, politologue à l’Université de Lausanne.

Cette nouvelle gauche écologiste est même prête à payer plus d'impôts pour jouir de ces aménagements urbains. Contrairement à certaines sensibilités de droite par exemple.

Une population éduquée

Plusieurs études le montrent: les centres urbains accueillent de plus en plus d'habitants avec un niveau d’étude universitaire élevé. Le profil-type: des individus travaillant dans le secteur tertiaire (public ou privé), des chercheurs universitaires, des professeurs au secondaire. «Ce sont des profils similaires à ceux qu’on trouve sur les listes électorales du centre-gauche», assure Roberto Di Capua.

Et comme c'est avant tout une couche sociale qui se mobilise davantage que la moyenne, nous assure le politologue, ça augmente son poids politique.

«Je rappelle en passant que les activistes du climat proviennent de la frange la plus formée de la jeunesse.»

Dominique Bourg, philosophe et prof honoraire à l'Université de Lausanne, spécialiste des questions climatiques.

Dominique Bourg, professeur honoraire de l'UNIL parle lors d'une conference de presse des mouvements ecologique Extinction Rebellion, XR, et la Greve du Climat Vaud sur la thematique

Dominique Bourg. Image: KEYSTONE

Une droite dans le déni?

Analyser le succès de la gauche, c’est aussi se poser la question des échecs de la droite. A ce propos, Dominique Bourg n’y va pas par quatre chemins: «La "vieille" droite vit dans une sorte de déni. Elle a préféré choisir une politique de l’anti-écologie, de la défense de la croissance et du libre-échange».

Oui, mais il y a (un peu) de nuance

«Nous avons besoin d’une droite urbaine intelligente sur les questions climatiques. J’en suis persuadé: il va y avoir des forces montantes de droite qui vont apporter des solutions de droite. Mais pour l’heure, on ne les voit pas encore venir. Il y a bien les Vert’libéraux, mais ils sont encore un peu timides et peinent à sortir d’un discours un peu technocratique.»

Dominique Bourg.

Ce qui semble se confirmer, élection après élection, c'est que la montée des Verts (que certains voient comme les «nouveaux progressistes») ne peut se faire à terme qu’au détriment des socialistes. Si on en croit les experts. Et certains observateurs vont même plus loin:

«Les thèmes du climat et du féminisme vont de plus en plus intéresser la droite même si on tend encore aujourd'hui à déconnecter ces thèmes des intérêts économiques.»

Roberto Di Capua.

A confirmer le 28 mars prochain avec le 2e tour des élections vaudoises. Et en novembre avec les cantonales fribourgeoises.

Revivre avec watson ce dimanche politique

A Moutier, la délivrance et des orphelins

Link zum Artikel

Le chouchou Mathias Reynard va devoir maintenant tout prouver

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

Maudet out. Fischer in. Les leçons de l'élection à Genève

Link zum Artikel

Analyse

Pourquoi les Yverdonnois changent de municipalité comme de chemise

Cela doit être du jamais vu en Romandie. Depuis un demi-siècle, la municipalité de la cité thermale change systématiquement de camp à chaque élection. Une instabilité qui s'explique notamment par de vieilles rancunes et un équilibre politique précaire.

Les Yverdonnois ont encore changé d'avis, en élisant une majorité de gauche dimanche dernier. Comme d'habitude, aurait-on envie de dire. Depuis cinquante ans, aucun parti n'a réussi à convaincre les habitants de la cité thermale plus de quelques années d'affilée.

Car pour suivre la politique de la deuxième ville vaudoise, mieux vaut avoir le cœur bien accroché. En 2016, les quatre candidats PLR avaient été élus dès le premier tour. En 2021, ce sont deux socialistes et une candidate verte …

Lire l’article
Link zum Artikel