Suisse
Zurich

Pourquoi Zurich n'aurait pas dû interdire la prostitution sous Covid

Voici pourquoi Zurich n'aurait pas dû interdire la prostitution durant le Covid

Image
La prostitution fait partie des secteurs qui ont le plus pâti de la pandémie: à Zurich notamment, son interdiction temporaire a eu des conséquences désastreuses.
13.01.2022, 10:1013.01.2022, 14:25
Plus de «Suisse»

En Suisse, durant la pandémie de coronavirus, le canton de Zurich est celui qui a imposé la plus longue interdiction d'exercer le plus vieux métier du monde.

Du 17 mars au 5 juin 2020, puis à nouveau du 8 décembre 2020 au 31 mai 2021, les travailleuses et travailleurs du sexe, ont été interdits de pratiquer leur métier.

Enfin... officiellement. Car une bonne partie d'entre eux, confrontés à des problèmes financiers, ont continué à exercer malgré tout – et dans des conditions précaires, avec des risques de contrainte et de violence.

Plus de contraintes et d'escroquerie

Une équipe de la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) a mené une enquête en ville de Zurich sur les effets de cette interdiction. Elle conclut que les conséquences ont eu bien plus d'effets négatifs que de conséquences positives.

Pour aboutir à ce résultat, l'étude a interrogé quatorze intervenants spécialisés et onze travailleuses et travailleurs du sexe.

Elles ont indiqué avoir été exposées à davantage de tentatives de contrainte et de fraude: par exemple, en tentant de faire baisser le prix de la prestation ou en refusant de payer après avoir obtenu leur service.

Les agressions et la violence ont augmenté

En plus de la pression financière, la situation des travailleuses du sexe s'est aggravée par les changements de comportement des clients: l'interdiction de travailler a augmenté le pouvoir de négociation de ceux-ci.

Ainsi, les agressions et la violence ont augmenté. Les clients étaient en position de force du fait de l'impossibilité de porter plainte.

Faute d'alternative, il a également fallu accepter des clients qui auraient été refusés avant la pandémie.

Plus d'offres que de demande

Par ailleurs, l'offre était supérieure à la demande. De nombreux clients âgés ou faisant partie de groupes à risque ont fait faux bond, par peur de contracter le Covid. Les tarifs étaient donc à la baisse, empirant encore la situation de précarité dans laquelle se trouvent certaines prostituées.

Conclusion: il ne faudrait plus interdire la prostitution

Sur la base de ces résultats, les auteurs recommandent de renoncer à l'avenir à de telles interdictions. Les effets négatifs dominent, notamment dans la tentative de traçage des contacts au moyen de l'enregistrement des clients.

Il serait plus sensé de développer des mesures applicables et adaptées au marché du sexe, conclut le directeur de l'étude Michael Herzig. (mbr/ats)

Une autre conséquence de l'interdiction de la prostitution 👇

Un spectateur fait le buzz en chantant avec son idole en plein récital
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La fille du libérateur du Jura se confie: «Notre famille a payé cher ce combat»
A l'occasion des 50 ans du plébiscite du 23 juin 1974 qui allait donner naissance au canton du Jura, Marie-José Béguelin, la fille aînée du leader autonomiste Roland Béguelin, raconte les bons comme les moins bons côtés de ce que fut le combat jurassien pour sa famille.

Marie-José Béguelin avait 25 ans en 1974, l'année du plébiscite du 23 juin, grâce auquel les Jurassiens allaient obtenir leur indépendance en se détachant du canton de Berne. Elle est la fille aînée de Roland Béguelin, le leader charismatique du combat autonomiste décédé en 1993. Professeur honoraire de linguistique à l'Université de Neuchâtel, Marie-José Béguelin, «Mijo» pour ses proches, raconte les moments heureux et les moments dramatiques d'une famille entièrement dévouée à la cause jurassienne et à son chef.

L’article