DE | FR
Image: ajour magazin/twitter

Manif féministe à Zurich, la police utilise du spray au poivre

La police est intervenue pour disperser une manifestation féministe non autorisée à Zurich. Près de 1000 personnes se seraient jointes au cortège.
06.03.2021, 17:3706.03.2021, 17:59

Des centaines de femmes se sont réunies samedi après-midi à Zurich pour une manifestation non autorisée, lancée par le collectif zurichois de la grève féministe (Feministisches Streikkollektiv Zürich)

Intervenue sur les lieux, la police de la ville de Zurich a utilisé du spray au poivre et a déployé des canons à eau. Plusieurs personnes ont été emmenées.

Sur Twitter, la police a fait savoir qu'elle ne tolérerait pas les rassemblements interdits. «Nous continuerons à contrôler, signaler et par conséquent poursuivre toute personne qui ne se conforme pas»:

Vers 16h30, un cortège d'environ 300 personnes s'est mis en marche. La police a empêché à plusieurs reprises les manifestants de marcher.

Changement de stratégie

Selon le Tages-Anzeiger, près de 1000 personnes se sont jointes au cortège. La police semble avoir changé de tactique, et laisse marcher les manifestants jusqu'à nouvel ordre.

(dfr)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Néo-féminisme», pourquoi ce terme divise tant
Sexiste, victimaire, vindicatif. Les critiques vont bon train contre le néo-féminisme qui, selon certains et certaines, s'oppose aux principes originels du mouvement. Analyse.

Sur les ondes de Sud Radio, la journaliste et essayiste Élisabeth Lévy dénonçait le 13 mai 2020 un «néo-féminisme qui criminalise le désir masculin». Elle n'est pas la seule. Le 8 mars 2021, le journal Marianne publiait une tribune intitulée «Quand le néo-féminisme dessert la cause des femmes». Une autre tribune, publiée le 10 août 2020 par Le Télégramme, indiquait: «Les dérives du néo-féminisme: c'est la haine des hommes!?».

L’article