DE | FR

Comment l'école genevoise se prépare à accueillir les petits Ukrainiens

Ils pourraient être près de 5000 à trouver refuge dans le canton.
Ils pourraient être près de 5000 à trouver refuge dans le canton.Image: Twitter
A Genève, le Département de l'instruction publique (DIP) se prépare à scolariser les jeunes Ukrainiens qui fuient la guerre. Ils pourraient être près de 5000 à trouver refuge dans le canton, selon des estimations de la Confédération.
12.03.2022, 11:1914.03.2022, 11:48

«Nous partons du principe que ces élèves pourraient rester à Genève plusieurs années: nous devons donc les intégrer correctement», indique la cheffe du DIP Anne Emery-Torracinta dans un entretien paru samedi dans la Tribune de Genève. La conseillère d'Etat ajoute:

«Le défi n'est pas d'accueillir des Ukrainiens, le défi c'est leur nombre dans un temps court»

Afin de faciliter les démarches des premiers arrivants, un protocole d'accueil simplifié a été mis en place avec une procédure à suivre sur le site de l'Etat pour inscrire son enfant à l'école, détaille Mme Emery-Torracinta. Actuellement, sept enfants qui ont fui la guerre sont accueillis à l'école primaire. Mais la situation évolue d'heure en heure, précise la cheffe du DIP.

«Une grande solidarité à tous les niveaux du département»

Il s'agit désormais de trouver des locaux et des enseignants supplémentaires. Un recensement a permis d'identifier 60 salles disponibles au primaire. «Sachant que les classes d'accueil sont à mi-temps, nous pourrions donc ouvrir 120 classes supplémentaires», précise Mme Emery-Torracinta. Des classes devraient aussi pouvoir être ouvertes au secondaire.

Le DIP pourra aussi faire appel aux quelque 200 à 300 remplaçants au bénéfice d'un titre pour enseigner. Autre solution envisagée: proposer aux enseignants qui travaillent à temps partiel d'augmenter leur temps de travail. «Il n'y a pas de miracle, la fin de l'année va sans doute être un peu bousculée», prévient la cheffe du DIP qui précise ressentir «une grande solidarité à tous les niveaux du département».

Et sur le plan financier?

Au niveau financier, c'est le budget actuel du DIP qui est sollicité pour déployer le dispositif d'accueil. «Mais il y a une réelle volonté du Conseil d'Etat de mettre les moyens qu'il faut», précise la cheffe du Département. Des crédits complémentaires seront demandés au Grand Conseil. «Ce n'est pas aux écoles de faire avec les moyens du bord face à cette situation exceptionnelle», estime Mme Emery-Torracinta. (ats/chl)

La guerre en Ukraine en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

«Je ne sais pas où est mon mari». watson s'est rendu à la frontière de l'Ukraine

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Genève, les élèves auront des tampons gratuits (et écolos)
Dès cet été, les écoliers genevois pourront disposer gratuitement de serviettes ou de tampons dans leurs écoles. Le projet a été mis en place en collaboration avec les jeunes.

Dès le premier trimestre de l'année scolaire 2022-2023, tous les établissements scolaires publics du canton de Genève mettront gratuitement à disposition des élèves des protections périodiques, comme l'a confirmé Anne Emery-Torracinta, conseillère d'Etat chargée du département de l'instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP).

L’article