DE | FR

Image: EPA

Le président Saied s'octroie le pouvoir, 4 points sur la crise tunisienne

Il a gelé les travaux du Parlement 30 jours et s'est octroyé le pouvoir exécutif. Le principal parti au pouvoir, Ennahdha, a qualifié cette décision de «coup d'Etat» dans un contexte de manifestations.



Ce qu'il s'est passé dimanche soir

Le président tunisien Kais Saied a décidé de geler les travaux du Parlement pour 30 jours et s'octroyer le pouvoir exécutif:

«Ce n'est ni une suspension de la Constitution ni une sortie de la légitimité constitutionnelle, nous travaillons dans le cadre de la loi»

Le président tunisien Kais Saied

Saied, qui prônait pendant sa campagne électorale une révolution par le droit et un changement radical de régime, a donc annoncé qu'il gelait les activités du Parlement, et démettait de ses fonctions le chef du gouvernement Hichem Mechichi.

«Nous traversons des moments très délicats dans l'histoire de la Tunisie»

Le président tunisien Kais Saied

«La Constitution ne permet pas la dissolution du Parlement mais elle permet le gel de ses activités», a déclaré Saied, s'appuyant sur l'article 80 qui permet ce type de mesure en cas de «péril imminent». Le président a en outre annoncé lever l'immunité parlementaire des députés.

Le président «se chargera du pouvoir exécutif avec l'aide d'un gouvernement dont le président sera désigné par le chef de l'Etat», a-t-il ajouté.

Décision prise dans un contexte tendu dans le pays

Cette annonce fait suite à des manifestations dans de nombreuses villes du pays dimanche 👇, en dépit d'un important déploiement policier pour limiter les déplacements. Les milliers de protestataires ont notamment réclamé la «dissolution du Parlement».

A Tunisian police officer scuffles with protesters during a demonstration in Tunis, Tunisia, Sunday, July 25, 2021. Violent demonstrations broke out on Sunday in several Tunisian cities as protesters expressed anger at the deterioration of the country's health, economic and social situation. (AP Photo/Hassene Dridi)

Des manifestations se sont déroulées dimanche. Image: sda

L'opinion publique tunisienne est exaspérée par les conflits entre partis au Parlement et par le bras de fer entre le chef du Parlement Rached Ghannouchi – aussi chef de file d'Ennahdha – et le président Saied, qui paralyse les pouvoirs publics.

Elle dénonce aussi le manque d'anticipation du gouvernement face à la crise sanitaire, laissant la Tunisie à court d'oxygène. Avec près de 18 000 morts pour 12 millions d'habitants, le pays a l'un des pires taux de mortalité officiels au monde dans cette pandémie.

L'opposition dénonce un coup d'Etat

Le chef de l'Etat tunisien est engagé, depuis des mois, dans un bras de fer avec le principal parti parlementaire, Ennahdha. De son côté, ce dernier a fustigé la décision du président comme étant:

«Un coup d'Etat contre la révolution et contre la Constitution»

La formation islamiste a souligné que ses «partisans (...) ainsi que le peuple tunisien défendront la révolution».

Secousse pour la jeune démocratie tunisienne

Ce coup de théâtre ébranle la jeune démocratie tunisienne, qui fonctionne depuis l'adoption en 2014 d'une Constitution de compromis selon un système parlementaire mixte, dans lequel le président a comme prérogatives la diplomatie et la sécurité.

La révolution de 2011 a chassé du pouvoir l'autocrate Zine el Abidine Ben Ali, mettant la Tunisie sur la voie d'une démocratisation qu'elle a continué à suivre depuis, en dépit des défis sociaux et sécuritaires.

Mais depuis l'arrivée au pouvoir, en 2019, d'une Assemblée fragmentée et d'un président, Kais Saied, farouchement indépendant des partis, élu sur fond de ras-le-bol envers la classe politique au pouvoir depuis 2011, le pays s'est enfoncé dans des crises politiques quasi insolubles. (ats)

Et sinon, en Suisse, après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)

1 / 13
Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Violation des libertés et risques de dérives, le point sur la crise en Tunisie

Le Premier ministre s'est dit prêt à céder le pouvoir au futur chef de gouvernement désigné par le président. Ce dernier a suspendu, dimanche, le Parlement.

Le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi s'est dit prêt, lundi, à céder le pouvoir au futur chef de gouvernement désigné par le président Kaïs Saïed. Ce dernier a suspendu dimanche le Parlement, projetant dans l'inconnu la jeune démocratie en crise depuis des mois en Tunisie, le résumé ici 👇.

Le parti au pouvoir, Ennahdha, qui soutenait Hichem Mechichi, avait qualifié les mesures prises par Kaïs Saïed de «coup d'Etat».

Le président a, par ailleurs, limogé, lundi, le ministre de la Défense …

Lire l’article
Link zum Artikel