DE | FR

Après 13 mois de galère, le Liban a enfin un nouveau gouvernement

Sur fond de crise économique et sociale, le président Michel Aoun (à g.) et le premier ministre Najib Mikati ont formé un nouveau gouvernement.
Sur fond de crise économique et sociale, le président Michel Aoun (à g.) et le premier ministre Najib Mikati ont formé un nouveau gouvernement.
Plus d'un an après la démission du dernier président, le Liban vient de constituer un nouveau gouvernement vendredi. Les défis pour sortir de la crise seront de taille.
10.09.2021, 16:2610.09.2021, 17:45

Treize mois d'interminables tractations politiques et de crise économique plus tard, un décret pour former le nouveau gouvernement libanais a finalement été signé par le président, Michel Aoun et le premier ministre désigné, Najib Mikati, en présence du chef du Parlement, Nabih Berri.

Mais il était passé où, ce gouvernement?

Au cœur de cette nouvelle équipe, composée de 24 ministres, des personnalités apolitiques qui ont plutôt bonne réputation. Parmi eux, Firas Abiad. Directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri, il est considéré comme une figure de la lutte contre le coronavirus.

Le Liban était sans gouvernement depuis l'explosion dévastatrice du 4 août 2020, qui avait fait des morts et ravagé des quartiers entiers de la capitale. Suite à la catastrophe, le cabinet de l'ancien président avait démissionné.

Une situation catastrophique

Depuis, le pays fait face à «l'une des pires crises économiques du monde», selon la Banque mondiale. Et 78% de la population libanaise vit aujourd'hui sous le seuil de pauvreté, selon l'Organisation des nations unies (ONU).

Petit tour d'horizon de la situation:

  • Des licenciements massifs.
  • L'effondrement de la monnaie locale.
  • Une pénurie de carburant et de médicaments.
  • La levée des subventions sur des produits de base.
  • Des restrictions bancaires inédites.
  • Une inflation galopante.

Pour couronner le tout, le pays est plongé dans le noir depuis plusieurs mois. Les coupures de courant culminent jusqu'à plus de 22 heures quotidiennement. Les habitants sont obligés d'avoir recours à des générateurs de quartier pour rationner les foyers, les commerces et les institutions.

Les défis à venir

Sans aucun doute, le prochain gouvernement aura du pain sur la planche. Première étape: conclure un accord avec le Fonds monétaire international (FMI). Une étape incontournable pour sortir le Liban de la crise et débloquer d'autres aides substantielles. Les pourparlers sont interrompus depuis juillet 2020.

Depuis plus d'un an, la communauté internationale promet d'apporter son aide, à condition qu'un gouvernement capable de lutter contre la corruption et de mener des réformes indispensables soit formé. Depuis l'explosion, elle s'est contentée de fournir une aide humanitaire d'urgence, sans passer par les institutions officielles.

La fin d'une interminable galère?

La formation de ce gouvernement semblait relever de l'impossible. La lourde tâche incombait à Najib Mikati, actuel premier ministre et homme le plus riche du pays. Ses deux prédécesseurs avaient laissé tomber.

Deux semaines plus tôt, l'ancien premier ministre, Saad Hariri, avait abandonné après neuf mois de difficiles tractations.

Pour comprendre ce qui s'était passé, voilà le topo:

Après sa démission, Hariri avait accusé l'Iran, principal soutien du Hezbollah, d'«entraver» l'accouchement d'un gouvernement réformateur.

Et avant lui, c'est l'ambassadeur Moustafa Adib qui avait rendu son tablier. Décidément.

Les dirigeants politiques libanais ont donc continué leurs habituels marchandages. «Business as usual» en somme, malgré les menaces de sanctions de l'Union européenne (UE), les avertissements et les accusations «d'obstruction organisée».

Début août, le président français, Emmanuel Macron, qui suit de près le dossier libanais, a accusé la classe dirigeante de faire «le pari du pourissement». (ats/mb)

Pour continuer dans la joie et la bonne humeur, voici des images du 11 septembre.

1 / 21
Les attentats du 11 septembre racontés en images
source: keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «International»:

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

La Chine est-elle à l'aube d'une dictature digitale?

Link zum Artikel

Angela Merkel part après 16 ans de règne, quel est son héritage?

Link zum Artikel

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

Link zum Artikel

Pourquoi Al-Qaïda pourrait menacer l'Afghanistan d’ici à 2 ans?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le premier ministre Hariri jette l'éponge face à la crise au Liban

En désaccord avec le président du Liban, Michel Aoun, sur la gestion de la crise que traverse le pays, le premier ministre Saad Hariri quitte le gouvernement.

Près de neuf mois après avoir été nommé, le premier ministre désigné au Liban Saad Hariri a annoncé, jeudi, qu'il renonçait à former un gouvernement. Le pays est confronté à la pire crise socio-économique de son histoire.

Saad Hariri a indiqué, jeudi, avoir rencontré le président Michel Aoun, qui avait réclamé des amendements à la liste du gouvernement, changements auxquels il était opposé:

Saad Hariri avait été désigné premier ministre en octobre 2020. Il n'a cependant pas réussi à former …

Lire l’article
Link zum Artikel