ciel couvert
DE | FR
Divertissement
Film

Prime Video: «Bottoms», le film qui a tout pour devenir culte

Ayo Edebiri (The Bear) et Rachel Sennott (The Idole) sont prêtes à tout pour pécho.
Ayo Edebiri (The Bear) et Rachel Sennott (The Idole) sont prêtes à tout pour pécho.Image: Orion Pictures

Ce teen movie pourrait bien devenir un film culte

Arrivée fin novembre sur Prime Video, cette comédie adolescente s'avère être un véritable succès inattendu outre-Atlantique, au point d'être l'une des bonnes surprises de cette année 2023.
25.11.2023, 18:53
Sainath Bovay
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

Deux lycéennes impopulaires et lesbiennes lancent un groupe de self-défense pour femmes, sans aucune expérience, dans le but de conquérir le cœur de leur crush, et peut-être perdre leur virginité avec des pom-pom girls populaires, bien que 100% hétéros…

Au début des années 2000, ce pitch n’aurait probablement eu droit à aucune diversité, des gags au-dessous de la ceinture, réduit les rôles féminins à des trophées et fait l'éloge de la masculinité toxique. C'est d'ailleurs ce qui rend Bottoms si savoureux: sa reprise des codes du teen movie, en mode inclusif, féministe et queer, qui s'éloigne d’un énième film de lycéens sans une once d’originalité.

Deuxième long-métrage de la réalisatrice Emma Seligman, ce Fight Club au féminin pourrait bien devenir le Mean Girls de cette génération, tant il bénéficie d'un succès imprévu qui a explosé grâce au bouche-à-oreille.

D'ailleurs, Mean Girls revient en 2024…

Sorti aux Etats-Unis en août dernier, en pleine période où régnaient encore les blockbusters Barbie et Oppenhimer sur le box-office, le film a bénéficié d'une sortie très limitée aux Etats-Unis, et n'a été distribué que dans une dizaine de salles.

Dès lors, le film bénéficia d'un succès immédiat qui l'amena à être programmé dès sa deuxième semaine d'exploitation dans plus de 700 salles, avec des recettes égalant celle du maintes fois oscarisé Everything Everywhere All At Once, lui aussi sorti en catimini en 2022.

La bande-annonce 👇

Vidéo: watson

Plusieurs mois après sa sortie aux États-Unis, Bottoms est arrivé dans nos contrées, disponible depuis le mercredi 22 novembre sur la plateforme Prime Video d'Amazon.

Quand Fight Club rencontre American Pie

Alors qu'on pensait avoir tout vu en termes de comédies adolescentes, Bottoms arrive tout de même à nous surprendre par ses punchlines, son second degré et sa vision sombre de l’adolescence. Point d'étudiants trop matures pour leur âge; les adolescents de Bottoms sont des ordures, parfois touchantes, mais souvent victimes des explosions hormonales liées à l'âge bête, qui les pousse à être obsédés par le sexe ou à céder à la violence physique.

Si le film n'hésite pas à surjouer le côté timbré de ses personnages, il ne tombe jamais dans le potache et préfère user d'un humour de situation pour faire rire.

Le film fait ouvertement référence au film de Fight Club de David Fincher.
Le film fait ouvertement référence au film de Fight Club de David Fincher.Image: Orion Pictures

À l'instar de la multitude de teen movies existants, Bottoms dresse le portrait de ces ados impopulaire, non pas parce qu'elles sont lesbiennes, mais simplement parce qu'elles sont banales. Un duo incarné par Rachel Sennott (The Idole) et Ayo Edebiri (The Bear) qui n'est pas sans rappeler Jonah Hill et Michael Cera de l'excellent SuperGrave (2007), dont Bottoms est le digne héritier.

Ces deux jeunes filles en fleur vouent évidemment une haine viscérale pour les hommes qui composent l’équipe de football, et une admiration sans faille pour les pom pom girls qui sont l'objet de tous leurs fantasmes. Leur «fight club» va ainsi se transformer en phénomène, lorsque de plus en plus de filles viennent apprendre à se défendre, victimes du patriarcat et de la masculinité toxique, et désireuses de s'en émanciper.

Le Barbie du teen movie

À la fois devant et derrière la caméra, les femmes sont omniprésentes et ça se ressent. Contrairement aux stéréotypes, chaque personnage féminin a son identité propre qui dépeint une certaine complexité, tout en respectant évidemment les codes du teen movie. Un traitement de l'adolescence qui n'est pas sans rappeler la série Sex Education.

Le film a l'intelligence de ne pas jouer sur le sexisme et l'homophobie pour faire rire. Bottoms est un film queer qui s'assume, qui préfère s'attarder à critiquer la masculinité toxique de l'équipe de foot, plutôt que de s'attarder sur des blagues éculées sur les clichés lesbiens.

Cependant, il est tout à fait possible que le ton absurde de ce film déjanté aux allures de cartoon puisse laisser indifférent. Cependant, pour peu que l'on se laisse emporter, celui-ci fait preuve d'une fraîcheur et d’une énergie débordante. En plus de jouer sur de nombreuses références, le film est également une réussite sur le plan sonore, faisait la part belle à une bande-son variée où Bonny Tyler rencontre Avril Lavigne, lui apportant une touche d'œuvre intemporelle. Si vous pensiez que Barbie était la seule satire féministe à taper sur le patriarcat, réjouissez-vous, car Bottoms fait tout aussi bien.

Bottoms est disponible sur Prime Video depuis le 21 novembre 2023.

D'ailleurs Barbie, on en pense quoi?

Des papas tristes qui emmènent leur fille en concert
1 / 21
Des papas tristes qui emmènent leur fille en concert
source: sadanduseless
partager sur Facebookpartager sur X
Les films les plus attendus de novembre
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Kanye West fait hurler des insanités aux hooligans du football italien
Dans son dernier album, en duo avec le jeune Ty Dolla $ign, le rappeur subversif a fait bosser un chœur un peu spécial: 200 supporters de l'Inter Milan qui beugle des trucs sexuels dans le meilleur morceau du disque. Bonus: il sera dans les tribunes ce soir.

Manifestement, Kanye West n'a pas passé la moitié de l'année dernière sous le soleil italien uniquement pour montrer ses fesses dans une gondole et se faire virer de Venise séance tenante. Entre deux balades romantiques (et remarquées) en compagnie de sa femme Bianca Censori et une grosse grappe de propos problématiques, le rappeur américain a travaillé.

L’article