Economie
Médicament

Prix des médicaments: le franc fort pénalise les Suisses

Prix des médicaments: voici la différence entre la Suisse et ses voisins

Antibiotiques délivrés sur prescription dans une pharmacie
La force du franc a un impact sur les médicaments vendus en Suisse.keystone
En Suisse, le prix des médicaments reste plus élevé que dans les autres pays européens. L'écart s'est creusé, principalement en raison de la force du franc.
31.05.2024, 10:15
Plus de «Economie»

Les prix des médicaments en Suisse restent en moyenne plus chers que dans les pays européens. L'écart s'est même creusé même pour les médicaments brevetés en raison, notamment, de la force du franc. A taux de change constant toutefois, le fossé s'est réduit, selon une étude périodique de santésuisse et Interpharma publiée vendredi.

Les prix des médicaments protégés par un brevet sont en moyenne 8,9% plus chers en Suisse que dans les pays européens, indique la comparaison réalisée conjointement par l'association faîtière de l'assurance-maladie et l'association des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche. Les traitements originaux dont le brevet a expiré sont même 14,3% meilleur marché à l'étranger.

Les différences de prix demeurent particulièrement importantes sur les génériques et les biosimilaires: dans les pays européens, les génériques sont presque moitié moins chers (45,3%) et les biosimilaires coûtent 29,9% moins chers.

Les prix ont été comparés avec la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas et la Suède entre janvier et avril. (jah/ats)

On vous explique l'initiative d’allègement des primes
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pourquoi le prix du pétrole va évoluer comme sur des montagnes russes
La demande de pétrole diminue alors que les pays producteurs augmentent leurs capacités. L'industrie pétrolière est à la veille d'un changement qui pourrait être turbulent.

Le monde serait sur le point de connaître une marée noire comme il n'y en a jamais eu auparavant, sauf pendant l'état d'urgence de la crise Covid. C'est ce qu'écrit l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son nouveau rapport sur le pétrole. La marée montante devrait s'accumuler régulièrement à partir de 2025 et atteindre sa plus grande ampleur en 2029. Cela fera baisser le prix de l'essence – mais ce ne serait que le début.

L’article